• Une histoire vraie...

                Une fois n'est pas coutume ! Je vais laisser au "copier/coller" l'honneur de vous rapporter cette petite histoire que j'avais racontée il y aura bientôt 3 ans, en novembre 2011...Il me semble que cette histoire s'impose alors qu'on s'apprête à commémorer le centième anniversaire de la Grande Guerre...et que la Télévision notamment nous a remis dans "l'ambiance" avec cette admirable série "APOCALYPSE" qui retrace la vie de nos anciens poilus dans les tranchées.

                Voici donc ce que j'écrivais en novembre 2011...

     

                " Petite histoire vraie...de la Grande Guerre..

                          Un déclic...

     

     

                          Il était très jeune lors de la déclaration de guerre. Il était antimilitariste disait-il. Il était "de gauche" et à dix ans, était entré dans une usine comme souffleur de verre ! Dur métier pour un enfant, ceci expliquant peut-être cela. Ah, j'oubliais, il était de LILLE, un gars du Nord têtu et courageux. Mon père qui avait été dans les tranchées avec lui, le considérait comme un frère...et nous avait conté son histoire...

     

                           Alors qu'il n'avait que 16 ans, les allemands avaient envahi le Nord...et malgré son antimilitarisme, un déclic s'est fait et il n'a pu le supporter. Voir son pays en partie occupé, sa région surtout, l'a fait réfléchir et n'écoutant que son courage et sa conscience, il a traversé les lignes allemandes pour venir s'engager dans l'armée française . Mais voilà, il n'avait pas l'âge...alors, il a triché...Il a prétexté qu'il avait perdu tous ses papiers en traversant les lignes ennemies et qu'il avait 18 ans...Il a donc pu être intégré dans l'armée française, une enquête devant être faite... En attendant, son courage et son patriotisme faisaient l'admiration de tous. Alors qu'il allait atteindre ses 18 ans, il a été convoqué par les autorités françaises qui avaient enfin pu avoir son identité complète....Étant donnés ses états de service, il n'a été "que" réprimandé et congratulé en même temps. Lui disait "je ne pouvais tout de même pas rester inactif et laisser faire l'ennemi "! Il a été blessé plusieurs fois et a fait de longs mois d'hôpital, même après la guerre. Moi, je l'ai toujours connu "boitant" bas et soignant les séquelles de ses blessures. Lui trouvait ça tout naturel ce qu'il avait fait...Héros il était, mais il ne fallait surtout pas le lui dire !

     

                              Les grands blessés de la grande guerre avaient droit à des places réservées dans les administrations après l'armistice. Notre ami vient un jour voir mon père et lui demande de l'aider à remplir un dossier...il voulait postuler à un emploi dans les bureaux à la Préfecture de Police. Il y avait tout un questionnaire à remplir, concernant notamment les études faites...Mon père qui savait qu'il avait commencé à travailler à 10 ans, lui dit bon, j'inscris BAC oui et ensuite...son ami lui répond "licence de sciences"...ce qui fit rire mon père...provisoirement...Fernand (tel était son prénom) lui précisant :"ah tu sais, quand j'étais à l'hôpital, je ne savais pas quoi faire...alors, comme nous avions la possibilité d'étudier, c'est ce que j'ai fait. Les diplômes nous ont été donnés..." Toujours cette modestie ! il ne s'en vantait à personne et trouvait tout naturel...

     

                                Mon père nous donnait toujours cet homme en exemple...Nous l'aimions beaucoup ... mais je l'ai quand même vu avoir peur, alors que nous étions en vacances ensemble au bord de la mer, un papillon de nuit est entré dans la salle à manger où les adultes jouaient aux cartes...Il ne pouvait pas supporter ce vol autour de lui et avait jeté son jeu de cartes en l'air ! Les plus courageux ont leurs faiblesses !

     

                                 C'était une histoire simple et vraie de cette Grande Guerre dont j'ai tant entendu parler dans ma jeunesse.... Combien d'autres héros inconnus se sont surpassés à cette époque dont on reparle ces jours-ci?"

                Oui, on en reparle et je crois qu'on en reparlera longtemps encore ! Des héros discrets, ils ont été des milliers (peut-être même des millions...) Ils ne se vantaient pas...C'était ainsi ! Il me semble que pour moi, c'est un "devoir de mémoire" de raconter cette histoire...Si seulement nos jeunes écoliers retenaient ces récit et films télé vus récemment ! ils n'oublieraient pas ce que peut être une guerre et les horreurs qu'elle peut apporter...ainsi que les suites (pour la guerre de 1914/1918, ne pas oublier "la suite"...la guerre 1939/1945 !  Combien de morts militaires et civils, de déportés....Ma génération a toujours entendu parler de guerre...récits de celle de 1914...et peur de celle à venir...Elle était à nos portes !

               Je crois qu'encore une fois, je "me suis répétée" ! mais comment oublier ça ?

     

     

     

    « Mais surtout un "bazar" monsdtre !....Etre ambitieux.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Avril 2014 à 15:29

    Le début de votre "histoire vraie" me rappelle celle d'un de mes grands-oncles, un Corse.

    C'était le troisième garçon d'une fratrie nombreuse, il était né en 1898.
    Ces deux frères ainés étaient partis au front dès le début de la guerre : ils avaient l'âge, de justesse pour l'un, mais ils l'avaient. (Rappel : on était engageable à 20 ans. Par exemple, le grand-oncle dont je parle, né en 98, était de la "classe 1918").
    Les deux frères y moururent dès les premiers mois. Même l'un fut "porté disparu", on n'a jamais retrouvé ses restes.

    On était en 1915, par là, mon grand-oncle, enfant de troupe, n'avait pas l'âge.
    Lui aussi il mentit !
    Et il s'engagea.

    Il a survécu et à même ensuite fait carrière militaire (Il est mort presque centenaire).

    Voilà : vos deux frères viennent de disparaître, vous n'avez pas l'âge, vous êtes Corse, mais vous êtes Français.
    Alors, par devoir patriotique, vous trichez pour aller combattre l'envahisseur.

     

    2
    Samedi 5 Avril 2014 à 15:42

    Oh bien sûr, il y a eu tellement de "héros" qui s'ignoraient à l'époque...Ils obéissaient à leur conscience...

    Il serait bon de pouvoir raconter tous ces exemples...Mon frère s'est engagé à 18 ans tout juste (la guerre avait éclaté le 3 septembre 1939, mon frère devait avoir ses 18 ans le 4 septembre...D'autres de ses copains ont fait la même chose...Certains sont revenus, d'autres pas...Mon frère était de ceux-là....

    3
    Samedi 5 Avril 2014 à 17:15

    Je pense que ce sont les grands évènements qui font les grands hommes.

    Et c' est pourquoi je regrette l' actuelle médiocrité , qui ne peut que nous donner du médiocre .

    Espérons que la solution à la  crise mondiale ne soit pas comme ce fut souvent le cas, une nouvelle guerre, qui remettrait tout à plat !

    Bonne soirée

     bisous

    4
    Samedi 5 Avril 2014 à 17:19

    @ Trublion

    C'est pourtant loin d'être improbable.

    Il n'y a rien de tel que de tout casser pour relancer l'économie :
    faut reconstruire.
    Comment ? Ça tue des gens ?
    Bah pas grave puisque ça fait des dividendes...

     

    5
    Samedi 5 Avril 2014 à 18:52

    Des événements que l'on n'oublie pas.

    Ici plein soleil comme chez vous je pense.

    Bon week end Geneviève

    6
    Samedi 5 Avril 2014 à 19:30

              @ trublion -  Bien d'accord avec vous et...gardons l'espoir. Une guerre n'arrangerait rien. Mais comment ne pas penser à la réponse que vous fait Leoned et qui pourrait bien arriver ? Allons, ne soyons pas pessimistes ...

              @ - Chris - "Ne pas oublier de se souvenir"....
              Vous pensez bien : ici, douceur et soleil aujourd'hui.

              Bonne fin de semaine à tous.

    7
    Samedi 5 Avril 2014 à 20:09

    Parfois, c'est bien de répéter encore et encore. Il m'a toujours semblé que les  " vrais " héros avaient l'héroïsme modeste. Peut-être parce qu'ils savent mieux que quiconque à quel point nous sommes peu de choses ...

    Merci pour ce texte, dont je n'avais pas eu connaissance.

    8
    Samedi 5 Avril 2014 à 22:34

    Les plus héroïques ne sont pas ceux qui le clament le plus haut ! Cet ami que j'ai bien connu, en était un exemple. Simple et gentil il était, et nous avons eu beaucoup de peine lorsqu'il nous a quittés.
    Je pensais qu'il fallait que je publie cet article à nouveau. Peut-être avons-nous besoin d'exemples de ce genre actuellement ?
    Bonne nuit "Véro".

    9
    Mardi 8 Avril 2014 à 06:12

    Bonjour,

    Ton univers est si défirent car il est le reflet de la vérité.

    Je ne puis que constater que TRUBLION a raison, nous allons vers le médiocre et dans cette direction je refuse de m' y faire transporter. Freiner des quatre fers, ralentir cette course folle.

    Si cela continue témoigner pour les générations futures pourrait passer pour un acte d’héroïsme et bien soit, note pays a besoin de cette résistance à la médiocrité. Bon combat. 

    10
    Mardi 8 Avril 2014 à 08:10

      @ Loupzen -

    Ce n'est pas vraiment un combat : j'aime la vérité et j'aime surtout mon Pays. J'aimerais être fière de lui et en ce moment, "ce n'est pas ça" !
    Oui, nous allons vers le médiocre et j'ai bien du mal à accepter. Et il me semblait que raconter cette histoire vraie, était de mon devoir (quel mot "désuet" !). Très âgée maintenant, il y a beaucoup de choses que j'ai du mal à accepter ! question d'éducation ? oui sans aucun doute...

     

    11
    Jeudi 10 Avril 2014 à 03:50

    Mon père, tout jeune lui aussi, s'était engagé dans la 2° DB de Leclerc. Il a été blessé et a passé dix-huit mois à l'hôpital. Pour quoi ? Pour que des abrutis, plus tard, traitent ses parents, mes grands-parents d'immigrés et de métèques. 

    Heureusement que les Hommes qui se dévouent pour les autres ou pour la liberté n'attendent rien de la Patrie si peu reconnaissante.

    Je vous embrasse, Geneviève, et vous dis "Bonne journée".

    Le beau temps semble s'installer dans la région toulousaine.

    12
    Jeudi 10 Avril 2014 à 07:31

    L'héroïsme est entièrement gratuit et n'attend rien en échange..."c'est même à ça qu'on le reconnaît..."

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :