• Un matin à PARIS... dans le métro...


                                          Fin mars 1978.....

                                          Une page de ma vie se tournait, et quelle page ! Je rejoignais cette corporation des "inactifs", je veux dire retraités...C'en était terminé, plus que quelques jours et j'avoue bien franchement que cela me rendait un peu triste ! Mais puisque la possibilité m'était donnée (grâce aux trois enfants que nous avions élevés ), de quitter ce monde du travail à 55 ans...après mûre réflexion (?) la décision fut prise ! le ler avril 1978, je quitterais mon travail et je pourrais profiter des trois petits-enfants déjà en piste ! Décision pas facile à prendre il faut le reconnaître....Mais c'était ainsi.

                                         Donc, un des derniers jours de mars, je prends le métro parisien un matin vers 8 heures. Je me posais toujours des questions sur le bien-fondé de ma décision et les autres voyageurs devaient avoir des problèmes aussi, parce que les sourires n'étaient pas vraiment présents ! Bien des raisons sans doute pour ces voyageurs pour être un peu "renfrognés", d'autant plus que la crise (déjà !) battait son plein et que le nombre de chômeurs allant croissant  chacun se demandait si le soir il serait toujours en activité .... En un mot la gaieté n'était pas présente....Et tout à coup, montent deux jeunes d'une vingtaine d'années, porteurs de guitares...Sympathiques ces jeunes...Et ils se mettent à jouer, très bien ! C'était jeune, c'était gai, c'était entraînant ! Tous les visages se sont éclairés, les idées tristes semblaient parties pour un petit moment et la journée commençait joyeusement ! Alors, quand ces jeunes sont passés pour la petite quête de rigueur, tout le monde a mis la main à sa poche ou à son porte-monnaie, de très bon coeur. On leur devait bien ça, ils nous avaient redonné l'espérance et pour un temps, la joie de vivre. Ils ne quêtaient pas pour rien, ils ne faisaient pas la manche, non, ils avaient donné en échange un article inestimable : le bonheur ! Je revois toujours ces jeunes et l'ambiance qu'ils avaient eux-mêmes créée dans le métro...Je n'ose pas dire que tout le monde s'aimait, mais au moins tous les voyageurs étaient d'accord ! pour moi, c'était une belle fin de carrière.

                                          C'était fin mars 1978, il y a déjà...oh là là, tant que ça ? Une petite précision : le 1er avril 1978 début de la retraite, le 2 avril 1978, début des regrets !!! Mon patron m'avait prévenue, il me connaissait bien ! Mais en compensation, j'ai vu grandir tous ces petits qui sont arrivés et qui m'ont évitée de m'ennuyer !  Compensation de taille ! Je pourrais chanter "Non rien de rien, non je ne regrette rien" !


                                         

    « Pas si facile que ça d'arriver au bout !.....Moi Squirou....chien heureux ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 21 Mars 2009 à 12:39
    Et ils ont eu beaucoup de chance vos petits enfants que leur grand-mère les accompagne au long de leur croissance, de leur adolescence et partage leurs joies et leurs soucis... et vous, cela vous a beaucoup apporté aussi car vous auriez été triste de ne pas participer à leur équilibre!
    2
    Samedi 21 Mars 2009 à 15:54
    Cela existe ces petits moments de bonheur où tout le monde semble à l'unisson.Surtout dans des endroits et à des horaires où l'on pense plutôt aux contrariétés à venir.
    Mais que le temps passe : qui, en 78 aurait pu imaginer internet ?
    Amitiés Geneviève.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :