• Un départ en vacances.....

                                           Quand c'était laborieux !

                        Je me souviens d'un départ en vacances particulièrement éprouvant quand il fallait concilier la préparation des valises, le travail de la maison, et...le travail tout court ! Je travaillais beaucoup et il fallait absolument que mon travail soit terminé avant mon départ ! Ah ! ces actes, ces dossiers, ces papiers ! Ce qui n'empêchait pas que mes enfants avaient des estomacs qui me rappelaient à l'ordre...et qu'eux, déjà en vacances, auraient aimé être partis dès la sortie de l'école ! Bon, j'avais cette chance inouïe d'être aidée par mon mari qui essayait de me décharger de la routine quotidienne ! Mais...Je n'oserais dire que j'étais indispensable, encore que...

     

                        Nous étions Dimanche et nous devions partir le lundi matin, après être passés à mon étude pour déposer ce fichu dossier sur lequel je suais sang et eau ! Comme le reste de la famille, j'aspirais à ces vacances dans le Jura, belle région où nous retrouvions amis, copains des enfants, et surtout le calme et le repos ! A minuit, je n'avais pas tout à fait terminé et je décide d'aller faire un somme réparateur, jusqu'à 4 heures du matin ! C'était court, mais j'avais préféré cette solution à celle de terminer mon travail le soir, alors que je n'avais plus les idées très nettes ! Mon réveil ne m'a pas oubliée (mon mari non plus) et après un petit café vite avalé, me voici à nouveau plongée dans ces termes de notaires qui ne ressemblent en rien à un roman feuilleton ! A 6h.30, mon mari fait lever les enfants et s'occupe d'eux...Tout était en bonne voie, mais j'étais un peu énervée ! pas le moment de venir me demander quoi que ce soit ! Les enfants n'osaient venir voir où j'en étais, mais les deux aînés, courageusement, ont envoyé le plus jeune, Philippe qui m'a demandé timidement "tu travailles encore ? tu en as encore pour longtemps ?" Le rôle d'estafette n'est pas toujours le meilleur et le pauvre s'est fait rabrouer par la maman au bord de la crise nerveuse :"J'en ai encore pour trois jours, ce n'est pas la peine de revenir me demander "....Retour auprès de ses frère et soeur et j'entends "elle dit qu'elle en a encore pour trois jours" ! Au moins, il me croyait ! Le pauvre....Au bout d'un quart d'heure, ayant ramassé dossier et papiers, et préparé ce que j'avais à déposer, je suis allée leur dire :"Alors, on part quand ? vous n'êtes pas prêts ?" Oh que si ils étaient prêts, ils n'attendaient que le feu vert !

     

                          Tout le monde en voiture et direction PARIS (nous habitions alors la banlieue ce qui n'arrangeait rien). La Nation, les Grands Boulevards et, enfin !!! le panonceau de notaire ! C'était l'ouverture des bureaux, je dépose mon travail en un temps record après un bonjour à droite, un bonjour à gauche, et me voici à nouveau assise à ma place près de mon chauffeur attitré...Tout le monde semblait satisfait et moi, j'étais absolument lessivée ! Je sentais mes yeux qui se fermaient, mais oh bonheur, j'étais en vacances !...et je me suis réveillée dans une ville que je croyais encore être la banlieue...erreur, c'était DIJON ! J'avais dormi tout ce temps et personne n'avait eu le coeur de me réveiller !

     

                          Quel départ en vacances ! ça ne s'oublie pas....

    « Quand la campagne était si près....Trésors cachés.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Juillet 2010 à 12:33

    c' est là que l' on comprend que des vacances peuvent se révéler indispensable.

    IL faut dire que la préparation des vacances ajoute au stress.

    et la nature remet les choses en ordre quand il faut rattraper le sommeil manquant.

    Mais le Jura, sans nul doute, fera mieux encore.

    bonne journée

    2
    Mardi 6 Juillet 2010 à 12:41

    Le Jura si vert et reposant remettait tout en place !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :