• Un déménagement......

                  Quitter sa maison pour des raisons que seuls les parents connaissent, même pour aller à proximité dans une maison tout aussi belle, et surtout "changer de chambre", j'ai connu ça jadis alors que j'avais une douzaine d'années...et je comprends d'autant mieux mon arrière petite-fille un peu peinée ! Nous restions dans le même quartier, à 30 mètres à peu près de notre ancien pavillon ! Maison plus confortable, plus grande dans l'ensemble, avec un plus grand jardin ! Oui, mais !....Si tout le monde autour de moi semblait apprécier, je regrettais ... ma chambre ! Elle était plus petite et pourtant, elle était uniquement pour moi ! J'aimais l'autre maison, celle qui nous avait reçus lorsque nous étions arrivés en banlieue, venant de PARIS. Je la trouvais plus jolie...Peut-être était-elle moins confortable, moins moderne puisque construite avant la guerre de 1914. La nouvelle venait d'être construite en 1935...Les normes avaient changé...Mon père me disait que j'étais comme les chats, attachée à ma maison...Et c'était un peu vrai bien que jamais je ne sois retournée dans la première, contrairement à un de nos chats qui allait y coucher tous les jours mais qui venait prendre ses repas dans la nouvelle habitation ! C'était si près....

                  Pendant des années, j'ai repensé à cette ancienne maison que j'aimais tant. J'ai fini par aimer ma nouvelle chambre que mon grand-père ébéniste, m'avait meublée...Cela a duré jusqu'à cette nuit d'avril 1944 au cours de laquelle des bombes ont eu raison de mes "deux maisons" l'ancienne et la nouvelle ! Quand je pense à cette dernière, je me remémore ma chambre que je revois telle qu'elle était au moment où les sirènes se sont mises à hurler. Je l'ai photographiée dans ma tête ! L'ancienne maison a eu le même sort...Je l'ai revue un jour, il y a quelques années, sur une ancienne carte postale et j'en ai eu un petit pincement au cœur ! Ma petite enfance était là...

                  Alors, c'est dire que je comprends ma petite Anaëlle qui a le "cœur un peu gros" . Elle non plus ne change pas de quartier, ne changera pas d'école, pas de camarades, mais...change de chambre ! A 13 ans, on a de ces petites peines... Rien n'a changé depuis mon enfance...comme le lierre on s'attache et même si on n'en meurt pas, quitter des lieux qui étaient nôtres et où on se sentait bien, laisse des traces...Mais la vie continue !

                   Est-ce pour cela que je n'aime pas les déménagements ? Je sais que je ne suis pas "opérationnelle" alors et que mes larmes ne sont pas loin !

                  C'était comme ça "avant"...et ça le reste !

    « Liberté, Liberté chérie...La veille d'un grand jour...... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Juin 2015 à 16:59

    j' ai dans ma vie déménagé plusieurs fois avant de  m' établir définitivement dans ma maison, avec mon jardin.

    Mais il est vrai que j' avais toujours plaisir à retrouver ma chambre chez maman.

    On s' attache vite, et on n' aime pas forcément le changement !

     Passe une bonne soirée Geneviève

     Bisous

    2
    Lundi 15 Juin 2015 à 17:11

    J'avais pensé qu'après le bombardement de JUVISY, je ne m'attacherais plus aux maisons. Mais j'ai toujours un pincement au cœur quand je déménage !Ce qui explique que je comprenne bien ma petite Anaëlle...elle a 13ans...!
    J'ai horreur du changement (et pourtant, j'ai toujours aimé déménager mes meubles...changer de place, ce n'est pas déménager !)

    Passez une bonne fin de journée.

    3
    Lundi 15 Juin 2015 à 18:07
    Fabymary POPPINS

    Je vous comprends, les déménagements j'ai par contre toujours aimé et là je vais en faire deux dans un laps de temps court, DROME puis GARD, et j'ai par contre été attachée à deux maisons une  quand j'avais 7 ans environ, superbe petit chateau, ma famille en occupait un étage,  ça appartenait au patron de mon père et je pense que de là j'ai eu le goût des belles demeures et celle de MOUVAUX près de Lille, elle aussi avec une âme, la prochaine faudra aussi qu'elle ait une âme et je la ressens l'âme des maisons., je vous embrasse et votre petite Anaelle aussi

    4
    Lundi 15 Juin 2015 à 18:33

    Son âme, c'est vous qui la lui donnerez ! Je vous souhaite bien du courage pour ces deux déménagements ! On repense toujours à ses maisons ou appartements ! Je revois encore notre logement de jeunes mariés, en 1946 !Mimi Pinson en aurait été jalouse ! Et en plus, la vue donnait sur la Seine. Nous étions en hauteur...Adorable...mais trop petit quand notre fils est né ! Et c'était un logement qui nous avait été prêté par des amis. A l'époque, on ne trouvait rien !!!

    Bises et bonne soirée.

    5
    Mardi 16 Juin 2015 à 17:43
    Fabymary POPPINS

    cc Magitte, pas faux pour l'âme des maisons, on m'a toujours dit qu'on se sentait bien dans mes maisons successives, par contre me concernant dans certaines maisons vous m'auriez pas faite rester, je ressens ces choses là.

    J'imagine bien la galère que vous traversiez après la guerre pour vous loger, bises à vous

    6
    Mardi 16 Juin 2015 à 18:28

           La galère ? le mot est trop faible ! un vrai parcours du combattant pour se loger, jusqu'au début des années 1960 !

           Je crois en effet que chaque maison a une âme, celle qu'on veut bien lui donner ! Et certaines maisons donnent l'impression d'être rébarbatives ... je ne saurais dire pourquoi. On ne s'y sent pas à l'aise...

           Bonne soirée et bisous.

          

    7
    Mercredi 17 Juin 2015 à 09:07

    Oui, quand on peut, on a les maisons qui nous correspondent et locataire après locataire, chacun y dépose son âme.

    Déménageuse professionnelle devant l'éternel, je sais que j'aurai encore d'autres déménagements. Par la force des choses. Ainsi va la vie aujourd'hui.

    J'ai été bien dans certains lieux précédents, je suis bien dans celui d'aujourd'hui, mais jamais je ne m'attache car je sais que je ne suis que de passage.

    Comme sur cette terre.

    Ne pas m'attacher, c'est me protéger d'éventuelles souffrances et avoir l'impression de conserver une certaine liberté d'esprit et de mouvement.

    8
    Mercredi 17 Juin 2015 à 10:29

    Je m'attache beaucoup moins à mes lieux de résidence que lorsque j'étais jeune! Je me suis aperçue en 1944 qu'il suffisait de quelques minutes pour que tout ait disparu !

    Mais je crois que je suis encore trop attachée quand même ! je laisse toujours un petit "morceau" de mon âme dans mes anciens appartements ! Mais....c'est la vie....

    Je conserve quand même ma liberté d'esprit et de mouvement !

    9
    Mercredi 17 Juin 2015 à 10:35

    Oh oui ! Magitte, je ne pensais pas à vous du tout. J'étais lancée dans mes pensées personnelles à écriture haute ... Je connais votre indépendance tous domaines confondus et je m'y retrouve totalement.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :