• Un chantage en chanson....

                        Quand c'était beau d'être jeune...

     

                         Qu'on ne me demande surtout pas pourquoi je me suis souvenue aujourd'hui des taquineries de mon frère ! ça remonte si loin...Joyeux, bon camarade, excellent élève, mon frère était aussi horriblement taquin. En 1938/1939, il avait intégré une classe de mathématiques spéciales dans un lycée parisien...Son rêve était d'entrer à Polytechnique...Si mes souvenirs sont exacts, il était en "taupe", classe préparatoire à l'X et faisait donc partie des "taupins"...Pour moi, ils étaient surtout tous matheux, ce que je n'étais pas ! Enfin....

     

                          Et il chantait, très faux,"l'Artilleur de Metz" revu et corrigé pour la Taupe...Mais voilà, mon père lui interdisait de chanter ce chant devant moi...c'est qu'à l'époque, les filles n'étaient pas très dégourdies...c'est le moins qu'on puisse dire ! Alors André faisait du chantage..."Si tu ne me permets pas de faire ce que je demande, j'apprends à ma soeur les paroles de l'Artilleur de Metz..." Oh, on allait vers le drame, mon père promettant à mon frère monts et merveilles s'il osait faire ça ... Et comme les menaces d'un père à l'époque passaient vite de promesse à exécution, j'avais juste droit au début "Quand l'artilleur de Metz..." la suite étant prudemment remise à plus tard... Ce qui fait que je n'ai jamais connu les paroles de cette chanson ! Il parait que c'était aussi bien comme ça ! Jamais mon frère n'aurait osé m'apprendre les paroles en cachette, il surveillait de trop près sa "petite soeur" comme il disait !Chanter ce chant, pour une fille, ça ne se faisait pas ! je l'avais bien compris ! et très franchement, ça ne me manquait pas ! Mais ça nous faisait rire...Il nous en fallait peu jadis pour nous amuser...Malgré les nuages qui s'accumulaient au-dessus de nos têtes, notre jeunesse était bon enfant ...

     

                           J'ai donc des lacunes, tout au moins dans les chants un peu paillards...ça ne m'a pas manqué et je me suis souvenue de cette époque avec amusement et nostalgie...

     

     

     

                           

     

                           

     

                           

    « Serais-je en danger ?....Cadeaux et économies.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Jeudi 6 Janvier 2011 à 16:31

    Mon grand père qui avait fait le Chemin des Dames en 1914-18 se laissait parfois aller à chanter "Il est cocu l'chef de gare"...puis il s'arrêtait brusquement. Je n'ai su que plus tard pourquoi

    2
    Jeudi 6 Janvier 2011 à 17:39

    Chansons de "corps de garde" !

    3
    Jeudi 6 Janvier 2011 à 18:04

    Moi c' est à l' armée qu' on m' en a appris quelques unes !

    Et je me souviens aussi que si j' aimais taquiner mes deux soeurs, elles savaient s' arranger pour me faire punir !

    Sinon, pour le paillard, sur you tube, tu mets  pierre Perret ! il y en a quelques unes comme on dit, pas piquées de vers

     bonne soirée ! amitiés

    4
    Jeudi 6 Janvier 2011 à 18:41

    La taquinerie entre frères et soeurs, ça met l'ambiance !
    Confidence : je n'aime pas du tout les chansons paillardes !

    5
    Jeudi 6 Janvier 2011 à 19:14

    Nous aussi, nous avions un employé sncf en "ligne de mire" ! le pauvre ! C'était à la gare de Juvisy...ça nous amusait.
    Mes soouvenirs font revenir les vôtres ? c'est ça que j'appelle "donner le la" ! après, tout revient.

    6
    Vendredi 7 Janvier 2011 à 10:18

    On trouve tout sur Google, y compris les paroles de l'artilleur de Metz ...mais je vous préviens c'est plus que paillard ... Votre père avait raison d'en préserver vos oreilles chastes.

    7
    Vendredi 7 Janvier 2011 à 10:21

    C'est vrai que j'ai chanté faux très longtemps....

    Aujorud'hui je ne suis pas un as du chant... mais j'y arrive un peu mieux et si ça va faux, je sais l'entendre, c'est déjà ça....

    Amitiés

    Jean

    8
    Vendredi 7 Janvier 2011 à 13:52

    mon frère ne se rendait absolument pas compte ! et mon mari, quelques années plus tard, c'était pire !

    9
    Vendredi 7 Janvier 2011 à 13:55

    Mes oreilles chastes de très jeune fille, sont restées ce qu'elles étaient ! alors, pas de recherche sur Google ! J'ai vécu 88 ans sans connaître les paroiles, je peux bien continuer encore un nombre imprécis d'années !!!

    10
    Vendredi 7 Janvier 2011 à 16:06

    C’est bien vrai que nos amusements, même à mon époque, étaient bon enfant, si on les compare à aujourd’hui ! On savait sûrement mieux vivre son âge sans devenir adulte avant terme. Mieux et plus sûre comme attitude…

    Avec mon amitié. Loic

    11
    Vendredi 7 Janvier 2011 à 16:17

    Il y avait différentes étapes dans la vie et la jeunesse restait jeune. Trop innocente ? peut-être pas...

    12
    Brigitte
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:58

    Bonsoir Geneviève
    A part les chansons de "Pierre Perret",je ne connais aucune chanson paillarde tout au moins en entier,et à moi non plus ça ne me manque pas.
    Quand au chef de gare d'Armide et Pistol",qu'est ce que nous avons pu chanter juste ces quelques mots dans le souterrain de la gare d'Athis,ce qui ne faisait surement pas rire un employé (de le sncf)que tout le monde appelait "Aimable" ,en plus nous ne savions même pas ce que ça voulait dire,c'était je pense juste pour l'agacer à cause de son manque d'amabilité!!!!
    Vous voyez Geneviève,vos souvenirs font revenir les notres,car je l'avais completement oublié.Toujours et encore merciiiiiiiii .
    Bonne soirée. Brigitte

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :