• Tiens...voilà le facteur !



                                          Ce facteur tant attendu jadis...

                                          Petit commentaire d'une lectrice (ou lecteur) fidèle ce matin, sur les bonnes vieilles lettres qui ont été remplacées presque toujours par des coups de fil.... Eh ! oui, les temps ont changé et ce commentaire m'a ramenée bien des années en arrière, lorsque j'étais jeune.... Ah ! ce courrier, on l'attendait avec impatience ! on guettait le facteur, plusieurs fois par jour à l'époque...pour nous, à PARIS ou en région parisienne, c'était trois fois ...Non, vous ne rêvez pas : matin, midi et vers 16 heures....Ce facteur dévoué vous apportait les nouvelles de la famille...Moins de publicité que de nos jours, moins de factures peut-être... Non, grâce à lui, on savait si les vieux parents restés au loin, si les enfants partis en colonie de vacances, si le jeune appelé sous les drapeaux pour le service militaire, si....si tout ce monde là allait bien . Il n'y avait pas d'autres moyens et en plus, en règle générale, on aimait écrire et raconter...Et dans les familles, on se repassait la bonne lettre reçue de l'un à l'autre, afin que tout le monde en profite et soit tenu au courant.

     

                                            Chez nous, les lettres familiales que nous attendions nous venaient de mes grands-parents en Lorraine...Ma mère les espérait et se dépêchait d'y répondre, sachant que ses parents comptaient les jours pour recevoir la réponse. C'était loin la Lorraine à cette époque et mes grands-parents ne voyaient pas souvent leurs petits-enfants. Alors, quand ils recevaient une lettre, ils la lisait une première fois, puis une seconde, puis....sûrement d'autres fois ! Ah ! oui, le facteur était attendu et il le savait, il venait par tous les temps ! C'était le fidèle des fidèles ! Il s'inquiétait lorsqu'il n'y avait rien au courrier, il n'aimait pas décevoir !

     

                                             Recevoir une bonne et grande lettre c'était un plaisir. En envoyer aussi était un vrai plaisir....Avions-nous plus de temps ? Et je me souviens qu'à l'école, on nous apprenait l'art de la correspondance en guise de rédaction.... Toute une époque....

                                            Puis il y eut la guerre et les lettres qui circulaient avec ou sans autorisation lorsqu'elles nous arrivaient de la zone dite libre...Puis les correspondances inter-zones.... Mais surtout, les correspondances entre les prisonniers  et déportés du travail et leurs familles...Elles reflétaient, reçues ou envoyées, le moral de l'expéditeur et son impatience devant cette situation qui s'éternisait..... Et le pire, il y eut les lettres qu'on espérait mais qu'on ne recevait pas....Pas de traces d'un correspondant éventuel....Qu'était-il devenu ? Jusqu'au jour où malheureusement on apprenait qu'il n'y avait plus rien à espérer.... Ces lettres absentes qui n'étaient qu'un rêve....Chez nous, nous avons attendu deux ans et ma mère espérait encore...Notre brave facteur que nous avions depuis des années, n'osait plus sonner chez nous....C'en était fini d'attendre fébrilement une bonne nouvelle...

                                              Et dans les années soixante, le téléphone a été installé un peu partout....Les correspondances sont devenues plus commerciales....Si, il y avait encore les lettres des militaires....Petit à petit, téléphone, téléphone mobile, mails, ont remplacé ce "bonheur des mots qu'on écrit". Il faut aller vite....


     

                                           

    « "Le bonheur, c'est simple comme un coup de fil...""Tu peux quitter l'enfance....." »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Dimanche 12 Octobre 2008 à 21:27
    A part quelques cartes postales, il est vrai que le facteur aujourd'hui nous amène plus souvent des courriers commerciaux, des factures, des publicités que des lettres de notre famille ou de nos amis.....Se téléphoner permet de s'entendre, d'avoir des nouvelles en "temps réel". Encore une évolution de notre société....
    Affectueuses pensées. A bientôt.

    2
    Mardi 14 Octobre 2008 à 16:08
    Il est vrai que ça touche beaucoup d'avoir une VRAIE lettre, pas un mail ! Il y a tellement de différences...  et puis l'un n'empêche pas l'autre, mais ce n'est pas évident à faire comprendre aux jeunes générations..
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :