•               Déjà 11 ans....Alors que, à cette époque, je ne "me donnais" pas plus de deux ans pour continuer cette vie que nous avions entreprise à deux depuis de très nombreuses années, les années se sont succédées pour moi jusqu'à m'amener à cet âge "mémorable" actuel ! Non, je n'y croyais pas....

                  Est-ce que par le jeu des souvenirs, j'ai été aidée ? Les moindres petites choses me reviennent à l'esprit, parfois avec un sourire amusé, parfois avec tristesse...Notre vie a été celle de bien des couples qui se sont formés dans l'immédiat après-guerre...c'est-à-dire pas toujours facile...Fallait-il être inconscients pour se marier à cette époque, ou avoir bien du courage ? Un peu des deux je crois...Quand je pense à ces couples actuels qui se font et se défont avec autant de facilité, malgré souvent la présence d'enfants nés de ce couple...je me dis que nous méritons des éloges !!! 3 enfants sont venus agrandir notre famille...et ce ne fut pas toujours très facile. La vie vous donne bien du tourment et ce n'est pas exceptionnel ! Mais à cette époque, nous avons eu la chance d'avoir toujours du travail ! il fallait réparer les dégâts occasionnés par toutes les années de guerre ! Mais dans l'ensemble, notre vie était peut-être plus facile  que la vie actuelle ? Nous avons vu les progrès arriver...et notre retraite ! enfin, nous allions pouvoir respirer un peu et récupérer une petite partie des cotisations que nous avions versées ! et nous occuper de nos petits-enfants ! Ce que nous avons fait avec joie !

                  Puis la maladie s'est installée à la maison et nous a conduits à ce matin du 25 juillet 2004. Horrible matin....Je ne voulais pas y croire....Tu étais parti rejoindre notre fils aîné parti quelques mois avant toi...

                  Entourée de tous et surtout de tous les nôtres, je me suis "accrochée" contre toute attente. Et grâce à ces nouveaux outils : ordinateur et Internet, j'ai continué seule cette vie à deux. J'ai connu virtuellement des amis que je remercie encore une fois, et que j'espère bien avoir l'occasion de remercier encore ! Et je me remémore nos souvenirs communs....sans et avec des enfants !

                  Et je me dis à nouveau que "si le temps passe, les souvenirs restent" !

     

    Google Bookmarks

    8 commentaires
  •               Quand je dis "jadis", qu'on ne s'y trompe pas ! Il ne s'agit pas du jadis de mon enfance, mais de celui de la fin des années 1950 ! Et par la chaleur encore atroce que nous subissons aujourd'hui dans le Sud-Ouest (entre autres) je ne peux m'empêcher de me souvenir de ces vacances dans la baie du Mont St Michel, plus exactement à JULLOUVILLE-les-PINS où nous adorions aller ! Cette année-là (1957 ?), nous étions partis avec notre trio et ma mère qui devait nous garder les enfants un fois nos 15 jours de vacances terminés...

                  Comme toujours, j'avais préparé trop de choses (vêtements d'été, vêtements chauds pour tous ) Mon mari, porteur de valises (!) me signale que nous sommes en été et que les vêtements d'hiver sont peut-être superflus ! Il ne laisse pour lui et moi que des vêtements d'été ! Oui, mais voilà ! il n'avait pas prévu que le crachin normand était souvent accompagné d'un très net refroidissement....Je "gelais" avec mes vêtements d'été...Un jour que nous allions à GRANVILLE, mon époux me dit:" tu t'achèteras quelque chose de plus chaud"... Il avait donc décidé de faire le généreux....Et moi, avec un certain esprit "revanchard", je n'ai pas été économe....Cette dépense, nous aurions pu l'éviter s'il avait laissé dans la valise ce que j'avais préparé ! J'ai donc choisi un ensemble en jersey "mignon comme tout" et peut-être un peu cher ? Tête basse, mon mari a payé sans rien dire ! Comme il avait bien fait ! Mes reproches étaient "sur mes lèvres" et il en aurait entendu !!! J'ai gardé reproches et ensemble ! Ce dernier, j'ai pu l'utiliser pendant plusieurs années, après des transformations ! Ah ! mais !....

                  Pour la petite histoire, lorsque nous avons réintégré PARIS, nous avons reçu quelques jours plus tard une lettre de ma mère nous demandant instamment d'aller la rechercher le dimanche suivant, les enfants ayant eu qui angine, qui otite, mais ayant tous les trois été malades ! Ma pauvre mère n'en pouvait plus ! Pour un été "pourri", c'était réussi !

                  Et moi qui me plains de la chaleur ces jours-ci ! Il faut dire que "trop, c'est trop"...

    Google Bookmarks

    8 commentaires
  •               Et ça, ça ne date pas d'hier....fin des années 1920, début des années 1930 ?Souvenirs lointains que des journalistes viennent de faire remonter ... en nous parlant des Images d'Epinal qu'une personne "courageuse" vient de relancer après avoir découvert l'ancienne usine et le matériel....

                  Ah, ces images d'Epinal, je les revois encore...Elles se vendaient notamment sous forme de "planches" qu'on pouvait découper...Petits soldats, petites figurines diverses, paysages, images diverses...Tout ceci me rappelle les "gros rhumes" qui nous faisaient rester à la maison mon frère et moi. Ma mère allait alors faire les courses et ne manquait pas de nous rapporter une de ces planches, afin de nous occuper disait-elle...Mon frère découpait les soldats et leur faisait faire des manœuvres...Quant à moi, je découpais plutôt les petites poupées aux vêtements colorés et passais des heures avec elles !

                   Ces images étaient gaies, colorées, attrayantes...Comme on dit en Lorraine "Mon Dieu que c'était beau" !

                   Quelle bonne idée de vouloir "relancer" cette industrie vieille de quelques deux cents ans ! Bien sûr, d'autres nouveautés verront le jour grâce aux techniques nouvelles. Faire des abat-jour, et divers objets de décoration deviendra un jeu d'enfant ! Combien d'applications nouvelles deviendront des objets courants, admirés de tous...Et pour certains, l'enfance ne sera pas loin ... ou se rapprochera !J'ai été personnellement ravie de cette initiative et de tout mon cœur, j'espère qu'elle sera suivie d'effet ! N'est-ce pas un peu un "retour aux sources" ? Et quel baume sur la blessure ressentie hier à l'annonce de la perte de revenus pour les retraités...dont je suis ! Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas !

                   Et je garde en moi l'espoir (je suis incorrigible !) de voir les enfants abandonner leurs jeux électroniques pour se passionner pour toutes ces figurines annonçant la résurrection des images d'Epinal !

     

     

    Google Bookmarks

    8 commentaires
  •               Par une publicité arrivée dans ma boîte mail, j'apprends qu'aujourd'hui 8 juin, c'est la fête des meilleurs amis...et je me souviens de tous ces amis que j'ai eus étant beaucoup plus jeune et de mes amis actuels. De mes amis d'enfance, beaucoup ont disparu, certains et certaines morts trop tôt. Même chose pour les amis que mon mari et moi avons eus en commun...Des amis qui pouvaient compter sur nous et inversement...J'en ai eu la preuve pendant ces années de maladie de mon époux...A eux tous, en cette journée qu'on dit "spéciale", je veux dire que je n'oublie rien ni personne.

                  La vie a bien voulu que je continue mon chemin...On parlait dernièrement du "devoir de mémoire". C'en est un de se souvenir de ses amis et de se remémorer les bons moments passés ensemble...et ils furent nombreux...Et je ne sais pourquoi (?) plus j'avance en âge, plus je me souviens de tous et toutes ! "Y a un truc" !

                  Et je ne voudrais pas oublier tous ces amis nouveaux connus virtuellement par la grâce d'Internet ! Je vous ai tous connus à une époque où, à la suite de la disparition de mon mari, j'ai décidé d'acheter un ordinateur histoire de "m'occuper l'esprit"... J'ai eu la chance de mon côté puisque ce que j'écrivais a obtenu des éloges ! Mais qui était cette "mémée" qui ne se rendait pas compte qu'elle n'avait plus l'âge de jouer "chez les jeunes" ! Accrochée à mon ordinateur et à ses possibilités, je ne saurais plus m'en passer !

                  Alors, comme je suis "fidèle en amitié", à tous et toutes, je dis Bonne Fête des Meilleurs Amis, amis anciens et nouveaux.

                  

    Google Bookmarks

    12 commentaires
  •               Il y a deux jours, j'ai regardé à la télévision les cérémonies du transfert des cendres de quatre résistants de la dernière guerre au Panthéon...Emouvant ce transfert et qui nous a plongés dans une époque "hors normes".... Ces femmes et ces hommes ont fait preuve alors d'un tel courage et d'une telle abnégation , qu'on ne peut que les admirer et leur dire "merci", puisque grâce à eux nous sommes redevenus des êtres libres...

                  En revoyant ces lieux de ma jeunesse, je croyais avoir 17 ans et parcourir encore la rue Soufflot, le Boulevard St Michel, la Place du Panthéon, la rue St Jacques, la rue Cujas, enfin toutes ces rues que j'ai "arpentées" pendant l'année scolaire 1938/1939 ! Tout, je reconnaissais tout et mes souvenirs sont revenus en bloc ! souvenirs d'une jeunesse insouciante malgré les bruits de guerre qui circulaient depuis des mois (pour ne pas dire des années). Je revoyais mes camarades et même "je les entendais" ! Faculté de Droit (l'Ancienne), bibliothèque Ste Geneviève où nous nous réunissions pour travailler après avoir demandé aux bibliothécaires les bouquins qui nous étaient utiles ! Jeunesse studieuse ? pas toujours ! mais jeunesse prête à rire, à s'amuser, et à apprendre bien évidemment ! Pour moi, c'était la liberté accordée par mes parents...Enfin, je n'étais plus "trop" surveillée ! C'est que, à cette époque, les jeunes filles n'étaient pas lâchées aussi facilement dans la nature ....

                  Le Panthéon, des camarades et moi l'avions visité un jour. Nous avons "écumé" tout le quartier ! Que dire du Jardin du Luxembourg où, dès les beaux jours, nous allions étudier nos "polycopiés" et refaire le monde ! En paroles, nous pouvions tout faire ! L'avenir nous appartenait...Oui, mais, il y eut la guerre et Juin 1940 ! Et nous n'avons pu que subir et pour certains de nos camarades, mourir pour la Patrie et un peu plus tard, dans des camps...

                  Geneviève de Gaulle, Germaine Tillion, Pierre Brossolette, Jean Zay, quatre français qui ont voulu que la France ne meurt pas et qui ont souffert pour ça, jusqu'à donner leur vie pour certain. D'autres ont connu la vie des camps de concentration...Epoque horrible...

                  Commémoration et rappel de souvenirs pour moi ! Rappel ? mais je n'ai rien oublié !

                 

     

    Google Bookmarks

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique