• Retour en....1939


                                          Les réfugiés -


                                          Le sort en était jeté ! en ce dimanche 3 septembre 1939, nous étions en guerre. Rien déjà n'était plus comme avant.  Du pont SNCF de la gare de JUVISY, nous regardions passer tous ces trains de militaires. C'était angoissant. Ma mère est allée très vite s'inscrire à la Croix Rouge et se tenir à disposition. On pouvait avoir besoin de beaucoup de monde... La gare de triage étant très importante, presque tous les trains y transitaient et notamment des trains de réfugiés d'Alsace-Lorraine et du Nord de la France. Tous ces pauvres gens étaient partis très vite de chez eux, avec simplement quelques valises... Des hopitaux et des maternités de ces régions avaient été évacués en partie...Je revois ce spectacle...Je ne sais pas si je comprenais déjà très bien ce qui se passait, tant cela semblait irréel !. Je ne croyais pas une telle chose possible !

                                          Dans un ancien wagon de marchandises désaffecté, la Croix Rouge, aidée par les officiers et soldats en poste à la gare, avait installé provisoirement une "Cantine Militaire", où ceux qui le voulaient et étaient en transit, pouvaient se restaurer un peu et boire café, vin chaud etc...et se reposer quelques heures.  Lorsque les trains de réfugiés stationnaient à JUVISY, les volontaires de la Croix Rouge leur portaient un peu de ravitaillement....La cantine a été, un peu plus tard, installée plus confortablement dans les locaux de la gare centrale, près du bureau du Commissaire de Gare, un capitaine dont j'ai oublié le nom mais que je revois comme si tout s'était passé récemment ....La gare était sous contrôle militaire bien entendu; c'était un point stratégique... Je suis allée un peu avec ma mère pour aider, mais.....elle n'aimait pas trop voir sa fille au milieu de tous ces soldats ! 

                                            Et des "ouvroirs" ont été également installés par la Croix Rouge, ouvroirs dans lesquels nous nous retrouvions pour tricoter chaussettes, gants, pull-overs, le tout en laine de couleur kaki ,destiné à être envoyé sur le front pour les soldats qui subissaient cette drôle de guerre....Quand je repense à tout ça, il me semble que c'était dans une autre vie, une vie "hors circuit"...entre parenthèses...Et pourtant, c'était bien réel... Et les jeunes filles (dont j'étais !) ont pris des cours de secourisme, pour être infirmières au cas où....Les gens se souvenaient de la guerre de 1914 encore si proche ! J'ai appris à faire des pansements, c'est toujours ça ! Toutes les bonnes volontés, et il y en avait, étaient acceptées !

                                             Ce petit retour en arrière décrit une période "à part" de cette guerre qui devait durer six ans....La drôle de guerre, c'est vraiment le terme qui convient.
    « Tu deviens grande.....Puisque ça rapporte....pas d'états d'âme ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :