•                     Ce n'est pas une catastrophe !

     

                         Il aurait été vraiment dommage que cette idée de déménagement ne me soit pas venue ! Je m'aperçois que j'étais "bourrée" de manies, entre autres, cette habitude de couvrir des bouts de papiers d'annotations diverses ! Et surtout de les garder !

     

                         Je viens de retrouver un de ces papiers, daté de 2006 et que j'avais intitulé "Vieillir" ! Parce que quelqu'un de ma connaissance m'avait dit "je vieillis mal"...Je m'étais demandée si c'était sérieux et comment pouvait-on vieillir mal à 45 ans ? Alors qu'on a autant de projets en tête, et surtout tant d'années pour les réaliser ! Des projets ? mais j'en ai encore plein la tête, mais qui ne sont pas tous réalisables...ça je m'en aperçois...Les années sont bien là et ce qui manque souvent, c'est la force de faire ! La volonté et la bonne volonté ne suffisent pas toujours...Mais à 50 ans, il me semble que j'aurais pu refaire tant de choses.

     

                         Vieillir, mais c'est aller de l'avant, avoir du temps compté devant soi mais le mettre à profit, sans se retourner sur ce qui aurait pu être, mais en se souvenant de ce qui a été et qui fait notre richesse. Et en regardant l'avenir représenté par nos enfants, petits-enfants et même...arrières-petits-enfants...Les voir naître et grandir ceux-là, n'est-ce pas merveilleux ? Nous bénéficions maintenant de ce privilège que n'ont pas connu nos grands-parents. On ne vivait pas vieux jadis...Les progrès de toutes sortes nous donnent cette possibilité pour la plupart d'entre nous, de connaître les nouvelles générations. Profitons-en...

     

                          Ah non, vieillir quand on reste en bonne santé, ce n'est pas une catastrophe...Sachons profiter du temps qui passe...

     

                        

    Google Bookmarks

    8 commentaires
  •                                         Dire...ou se taire ?

                        

                        J'en fais des découvertes au milieu de toutes les notes que j'ai accumulées au fil des années ! Un vrai musée chez moi, dont les documents sont peu ou mal classés, mais que je redécouvre au cours de ces journées de rangement que je m'impose (par obligation soyons franche !)... Ce matin, voici une citation extraite de Galilée de Bertolt BRECHT, que j'avais rapportée dans ce cahier datant de...1977...(après l'avoir entendue à la radio ou à la Télévision vraisemblablement...)

     

                        "Celui qui ne sait pas est un ignorant. Celui qui sait et qui se tait est un malfaiteur"....

     

                        Est-ce toujours le cas ? D'accord quand on ne sait pas...on ne sait pas, on ne peut inventer (quoique....combien de journaux sont faits d'articles dont la source laisse parfois à désirer)...Parler quand on ne sait pas peut être très dangereux. On peut d'abord passer pour un imbécile, ce qui ne fait de mal qu'à vous-même ! Mais on peut aussi faire beaucoup de mal....aux autres.

     

                        Ne pas parler quand on sait...Tout dépend du sujet dont il est question ! Ce n'est pas toujours être un malfaiteur..On peut se taire pour ne pas porter tort...Pendant l'occupation, combien de personnes se sont tues pour aider ceux qui étaient poursuivis, recherchés, résistants ou autres...C'était un devoir à cette époque. Parler quand on sait ? on peut très vite basculer dans la délation !

     

                        Le problème est vaste et cette citation donne lieu à réflexion et est à "méditer" ! Ce que je vous laisse faire ... en demandant à ceux qui me font le plaisir de me lire de donner leur avis!!! Quelle responsabilité je vous laisse là....Je me repose comme je peux !!!

    Google Bookmarks

    12 commentaires
  •                     Au fil des années...

                        Quand j'étais jeune...C'était il y a longtemps...mes parents m'avaient appris qu'il fallait toujours être franche...Et je l'étais, trop sans doute ! Ils étaient en transe parce que je disais trop ce que je pensais, sans réfléchir à qui je m'adressais  ! Ils sont compliqués ces parents : il faut toujours dire la vérité, mais...avec des limites qu'alors je ne connaissais pas. Dire ce que l'on pense, d'accord, mais avant tout "penser à ce qu'on va dire"...Nuances... S'il est bon de penser ce qu'on dit, il n'est pas toujours bon de dire ce que l'on pense !

     

                          Petit à petit, au fil des années, j'ai compris le message, souvent à mes dépens ! Puis, la maturité venue, sans rien abdiquer de mes prérogatives, c'est-à-dire de ma liberté de penser, j'ai commencé à me rendre compte que "toute vérité n'était pas bonne à dire"....et que se taire n'était pas toujours approuver ! Alors, je me suis "écrasée" ! Pas par manque de courage, mais pour ne pas froisser, ne pas peiner, ne pas supporter les conséquences de réflexions faites sans autre but que prouver que je croyais avoir raison ! Etait-ce le début de la sagesse ?

     

                           Penser, c'est un droit et si on peut m'empêcher de "dire", on ne peut pas m'empêcher de "penser" ... Ces deux petits mots sont si différents.

     

                           Nous sommes à une époque de la vitesse, on a à peine pensé que, vite, vite, on dit...on colporte...Et les conséquences sont souvent catastrophiques ! Réfléchir avant tout devrait être la règle...Oui, mais voilà, il faut être le premier à annoncer une nouvelle et plus elle est sensationnelle, mieux c'est...

     

                           C'est bien compliqué la vie ! Faut-il dire ce que l'on pense ou penser ce que l'on dit et surtout à ce qu'on va dire ? Un vrai rébus...

    Google Bookmarks

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique