• Quels souvenirs !.....

                         La SAMARITAINE........

     

                         Ah oui ! quels souvenirs m'envahissent quand je repense à ce magasin...Souvenirs d'enfance d'abord, quand nous venions de Juvisy pour voir mes grands-parents qui habitaient alors Place Dauphine, à deux pas...Il n'y avait que le Pont Neuf à traverser.... "On trouvait de tout à La Samaritaine"...c'était bien connu...Outillage, fleurs, vêtements, sous-vêtements, meubles, tapis, tissus, fils, laines à tricoter.....tout, tout et encore plus que ça ! Pour mon frère et moi, petits banlieusards, aller à La Samaritaine, c'était LA sortie...., la récompense...Et il y avait les ascenseurs...Un petit groom annonçait à chaque arrêt ce qu'on trouvait à l'étage...C'était immense !Et ne pas oublier la féerie de Noël, avec les vitrines animées, racontant toujours de si jolis contes....

     

                           Plus tard, nous y sommes allés avec nos enfants, toujours avec le même plaisir. Et toujours ces vitrines de Noël qui mettaient en joie les petits...et même les plus grands ! Puis un restaurant a été installé, tout en haut du bâtiment principal...Restaurant panoramique qui nous laissait admirer la Seine.... Et la roue ayant tourné, ce sont nos petits-enfants parisiens que nous avons emmenés un soir de Noël, admirer les vitrines. Nous les avons même emmenés déjeuner au self (progrès obligent) et ce jour là, visiter au même étage je crois, le village des Stroumpfs !

     

                           Le magasin avait été fondé en 1869 par Ernest COGNACQ et son épouse, Marie-Louise JAY. Petit à petit, il a été agrandi et se trouvait sur les rues de la Monnaie, de l'Arbre Sec, du Pont Neuf, Baillet, Boucher, de Rivoli...Tout un quartier du 1er arrondissement de PARIS. L'été 2005, partant pour quelques jours à PARIS, je me faisais une joie d'aller "traîner" à La Samaritaine....Pas de chance, le magasin avait été fermé le 15 juin pour "restauration" et ce, pour plusieurs années....Même âgée, j'ai eu de la peine, il m'a semblé qu'on me volait quelque chose....


                                                A la tête du progrès, la Samaritaine avait fondé une Société de Crédit "La Semeuse de Paris", permettant aux plus modestes d'acheter avec des "bons de la Semeuse" dans les divers rayons du magasin....Crédit à la consommation....

     

                          C'était "mon" PARIS d'avant.....

                          

     

    « Expression désuète !.....Zéro sera toujours zéro !.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mercredi 4 Mai 2011 à 11:38

    Les grands magasins… c’est vrai que l’évocation des rêves de Noël est immédiate pour les enfants. Pour les grands, c’est l’image de la mode, de la foison de trouvailles plutôt chic. Nostalgie pour ceux qui ne sont plus parisiens. Symboles un peu passés, peut-être ?... Avec mon amitié. Loic

    2
    Mercredi 4 Mai 2011 à 12:26

    On parle de transformer ce bâtiment de la Samaritaine en hôtel de luxe. Je suis sceptique quant à la non conformité aux normes de ce magasin où j'ai reçu mon premier salaire (je travaillais au rayon articles de Paris). Je me revois descendre fièrement le magnifique escalier, en regagnant mon rayon.

    3
    Mercredi 4 Mai 2011 à 13:19

    Il en reste quelques uns...mais si peu...détrônés par les hyper-marchés ? rien de comparable pourtant !

    4
    Mercredi 4 Mai 2011 à 13:22

    Souvenirs du magasin, souvenirs du premier salaire ! Moi, je le trouvais formidable ce magasin, de même que les catalogues de jouets qu'il nous envoyait avant Noël !

    5
    Mercredi 4 Mai 2011 à 14:42

    Une magnifique bâtisse, ce doit être immense.

    A Marseille aussi il y a La Samaritaine sur le Vieux Port, c'est un café et restaurant 

    Bon mercredi

    6
    Mercredi 4 Mai 2011 à 15:32

    C'était effectivement très grand...

    7
    Mercredi 4 Mai 2011 à 21:19

    Ernest COGNACQ et son épouse, Marie-Louise JAY, fondateurs du magasin La Samaritaine sont-ils les initiateurs du prix qui porte leur nom ? Ils avaient l'esprit au "social", alors pourquoi pas eux ?

    A Noël, je n'ai pas vu, enfant, les vitrines des Grands Magasins parisiens, sauf à la télévision, mais j'ai trouvé merveilleux ce que je voyais en province. Une question me taraude aujourd'hui le merveilleux existe-t-il toujours pour les enfants ? Je l'espère. J'ai peur qu'en les protégeant et en les gatant trop, on ne les prive de la part du rêve.

    Bonne soirée et à bientôt.


    8
    Mercredi 4 Mai 2011 à 22:37

    Je crois que la réponse est "oui" à votre question concernant Ernest COGNACQ et son épouse.
    Les vitrines animées des Grands Magasins à PARIS sont une pure féerie...Je doute un peu aussi concernant le merveilleux pour les enfants d'aujourd'hui...Ils ont tellement de choses. Rêver, comme nous le faisions n'est peut-être plus à leur portée. Ils sont blasés... quel dommage et aussi quel gâchis. L'enfance est une si belle période...

    9
    Jeudi 5 Mai 2011 à 08:51

    Il était immense ce rayon et quand je parlais de fleurs, c'est à lui que je pensais !J'ai beaucoup regretté "la Samar" et quand ça a fermé en 2005, quelques jours avant mon séjour à PARIS, j'étais catastrophée !

    10
    Jeudi 5 Mai 2011 à 09:43

    tu as remarqué comme aujourd 'hui, tout devient impersonnel !

     même à la banque il y a de moins en moins de monde pour te recevoir !

     bonne journée

     amitiés

    11
    Jeudi 5 Mai 2011 à 10:10

    Il paraît que c'est le progrès !

    12
    juvisienne
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:56

    Bonjour Geneviève

    eh oui!!! les Bons de la Semeuse ! je me souviens bien de ma Grand'Mère m'emmenant à la "Samar" y faire des achats, mais surtout de flâner parmi tous ces rayons si merveilleusement achalandés. Pour moi, le plus féérique, c'était l'immense -du moins me paraisait il immrense! ) rayon de fleurs artificielles! comme c'était beau !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :