• "Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle...."ou le cri de détresse d'une z'agée"

                  On peut toujours "parodier" ces vers de RONSARD qui ont fait le "bonheur de ma jeunesse" ! Et je vous le demande, qu'en restera-t-il aux jeunes de notre époque, lorsqu'ils seront en âge de s'asseoir au coin du feu ? Ils sembleront tellement désuets qu'ils seront bons à expédier dans les oubliettes ! D'ici là, notre vocabulaire (vous savez, celui qui nous a occasionné jadis des punitions, des points en moins, et j'en passe...) aura cessé de vivre. Au train où vont les réformes, il n'en restera rien ! Peut-être un langage informatique subsistera-t-il ? Et encore...les progrès dans ce domaine vont si vite que les nouveaux termes sont vite obsolètes !

                  Les "pauvres vieilles" de RONSARD et même celles des siècles suivants, n'auront connu que des changements...Nous ne les verrons plus "devisant et filant", puisque cela leur sera devenu impossible : pour deviser, il faut avoir appris un minimum de mots, et pour filer ou même coudre, tricoter, broder, elles poseront la question de savoir ce "que ça veut dire" ! Devenir des occupations "anciennes" inconnues des femmes du XXI°siècle et des suivants, tel sera leur devenir ! "On ne fait plus, on jette et on rachète....Quand je pense qu'à l'école, j'avais appris à coudre des brassières, des tabliers...et à raccommoder (!) je me dis que les élèves et leur institutrice avaient bien du temps à perdre ! Encore que...j'ai pu faire une partie de la layette de mes trois enfants et coudre des robes pour ma fille à une époque où tout était tellement cher que s'abstenir ressemblait à se...suicider !

                  Mais, pauvres vieilles, que vous restera-t-il ? De par la volonté de nos dirigeants et pour des raisons méconnues du simple mortel, nous ne saurons plus rien ! Ni lire correctement, ni écrire encore plus correctement...Quelle tristesse ! Nous faut-il subir ? Et notre liberté, tant prônée par les politiques, que devient-elle ? Nous ne décidons plus de ce qui est bien pour les jeunes...Mettre au monde un enfant, c'est parfait ! mais pourvoir à son éducation dans la foulée, ne serait-ce pas bien aussi ? Je suis "indécrottable" (comme ce n'est pas un mot très beau, il est sûrement appris à l'école encore à notre époque !) . Il n'en sera que mieux compris et retenu....

                  Mon Dieu, que je suis donc triste ! qui viendra à mon secours ?

    « Qu'ils soient aigus, graves ou circonflexes,....exit les accents !Exercice de style...pour rester "dans le vent" ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Dimanche 7 Février 2016 à 17:34

    quelle tristesse en effet de voir attaquée notre langue, et cela avec l' approbation  de l' académie !

     tu veux que je te dises, c' est voulu pour marquer plus encore la différence entre la France d' en  haut et celle d' en bas, comme disait un ancien ministre !

    Nous avons beaucoup perdu, avec cette société qui ne pense qu' à jeter pour vendre toujours plus !

     Passe une bonne soirée Geneviève

    Bisous

      • Dimanche 7 Février 2016 à 17:58

        Beaucoup perdu à tous égards ! On fait n'importe quoi en étant persuadé d'avoir raison ! C'est d'un triste !
        Nos jeunes ne sont déjà pas très érudits, que va-t-il leur rester ? Rien...ils sont forts en informatique et dérivés, c'est tout ...

        Passez une bonne fin de dimanche...

    2
    Dimanche 7 Février 2016 à 18:50

    Je résume ça à un NIVELLEMENT PAR LE BAS, je vous embrasse.

      • Dimanche 7 Février 2016 à 20:30

        C'est bien ce que je pense ....

        Bonne soirée et grosses bises.

    3
    Lundi 8 Février 2016 à 15:04
    Chris (cryfil)

    Faire n'est plus rentable, acheter coûte moins cher !

    Je tricote, je crochète mais pour le plaisir du fait main et non de la rentabilité.

    Tout se perd même notre langue ce qui est bien triste.

    Bon début de semaine Geneviève

      • Lundi 8 Février 2016 à 16:07

        C'est bien certain, on jette le plus possible ! Le plaisir du "fait main" est vraiment un grand plaisir, contrairement à la rentabilité ! Je me souviens de ma mère qui adorait repasser et surtout ...raccommoder ! C'était de la vraie broderie ses reprises ! Et j'entends encore mon mari me dire !"mes chaussettes, elles n'ont plus rien d'origine, elles n'ont que des reprises "! Ma mère était heureuse que je lui garde "ça" à faire quand elle venait chez moi...mais mon mari très sensible des pieds, ne pouvait remettre les chaussettes. Mais pour du beau travail, c'était du beau travail !!!! elle y avait passé tout un après-midi ! On trouve maintenant des chaussettes à des prix imbattables....

        Les temps changent. Et les femmes travaillent hors de chez elles pour la plupart (ce qui n'était pas le cas de ma mère jadis !)

        Concernant notre langue, je ne décolère pas depuis quelques jours !!!

        Passé un bon apres midi (je fais preuve de bonne volonté, je m'exerce !)

         

    4
    cotentine
    Mardi 9 Février 2016 à 20:52

    j'ai même appris à faire un bavoir  .....  comme vous MAGITTE,j'ai habillé   mes filles  tricots et couture ,et même fait  robes de soirée et ensemble chic ,pour moi  ....  mais nous n'avions ,ni télé ,ni ordi  ,seulement la radio  p


    our toute compagnie  nos yeux étaient donc libres...... nos filles ne sont pas plus heureuses ,métro ,boulot dodo  ,elles ont perdu le plaisir d'élever leurs enfants !

      • Mardi 9 Février 2016 à 22:40

        Moi, j'ai même fait les robes de grossesse de ma fille alors qu'elle habitait à MARSEILLE et moi...à PARIS ! Il fallait le faire ! je ne doutais de rien alors !....Curieusement, nous étions heureux !!!

        Cette fois, bonsoir ! Mon lit me tend les bras !

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :