• Quand verrons-nous ?

                        Des martinets à l'école maternelle...

     

                         Apportés par de jeunes enfants, histoire de remettre les maîtresses dans le droit chemin ... C'est que "ces gens là" Madame, ont besoin d'être éduqués ! Si on les laissait faire, la vie des enfants ne serait plus facile ! La preuve ? Écoutez les informations à la radio ou à la télévision (ce sont les mêmes), et vous comprendrez...Il ne se passe pas un jour sans qu'un enseignant ne soit battu par un élève, de plus en plus jeune : 13 ans, 15 ans, 18 ans...Même les parents s'en mêlent parfois !

     

                          Alors, je pose cette question, faut-il, dès la petite enfance, que nos jeunes partent armés à l'école ? Le martinet est une arme "à plusieurs tranchants" et je ne me souviens pas qu'on ait interdit sa vente ! Alors, je ne crois pas exagérer...ou si peu ! Est-il "interdit d'interdire de faire un petit pipi dans sa culotte ?" hop, un petit coup de martinet sur les jambes de la maîtresse qui ose interdire !

     

                           "De mon temps"...je suis au regret de préciser qu'on ne lisait pas ces informations dans les faits divers ! ils n'existaient pas ! Il y avait un mot qui résumait tout : EDUCATION...Elle était d'abord donnée par les parents, puis à l'école. Les petits écoliers (et même les grands) acceptaient les remontrances, voire les punitions des enseignants, simplement parce que, dans l'ensemble, ils admiraient ceux-ci et les respectaient... Pas la peine de se plaindre à la maison de la sévérité des maîtres, professeurs, surveillants...La réponse était simple "si tu as été puni, c'est que tu l'avais mérité"...Et il fallait s'estimer heureux quand, en plus, le père ou la mère ne rajoutaient pas quelques lignes à toutes celles que vous aviez déjà récoltées pour occuper vos loisirs !Nous n'étions pas parfaits et...nous les chahutions bien un peu ces professeurs ou ces surveillants, mais sans dépasser les bornes !

     

                            Je suis bien d'accord que, parfois, au nom de l'éducation, la sévérité était trop omniprésente....Mais maintenant, à force de laxisme de part et d'autre, nous en sommes arrivés à ce résultat, le NON RESPECT....Si ça me touche autant, ce n'est pas pour moi...je suis arrivée au terme de ma vie (ou presque), mais je pense à tous ces jeunes qu'on critique, qu'on estime pas faciles à vivre, alors que nous n'avons pas su leur inculquer un minimum de politesse et de savoir-vivre....Responsabilité partagée...

     

                            Éducation, morale...remettons ces mots et leurs applications au goût du jour. Sait-on jamais ? ça pourrait être efficace !

     

                           

     

                         

    « Reste avec nous moral....Comment c'était avant ?.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Septembre 2012 à 07:32

    Ah !Magitte ce n'est plus du tout comme avant tout cela .Oui nous avions du respect et même une certaine  crainte existente envers nos instits et profs  et surtout envers nos parents .Il ne fallait pas trop amoncer les mauvaises notes ou les retenues .

    Le monde a changé et depuis un certain temps .

    25 ans je suis restée dans l'école de mon village ici en Normandie ,école pourtant bien protégée dans un petit coin  de campagne comme celui-ci.Enfants ,parents et enseignants ,j'ai eu le temps de voir l'évolution .

    Les enfants ne sont plus les mêmes ,obnubilés  et éblouis par la folie de ce monde  par tout ce qui  se vend ,toujours à la pointe du nouveau jeu numérique ou autre .(ils ont tout ce qu'ils veulent dès la naissance ) Les parents stressés  entre les nourrices ,la maison , le  travail  et parfois le chomage .Plus beaucoup le droit de punir un enfant aussitôt les parents réagissent  à croire que ces jolis petites têtes blondes sont des anges .

    Le monde de l'éducation  qui n'a plus non plus  de conscience professionnelle pour la plupart ,je précise bien . 

    L'ancienne génération  a bien du mal à rivaliser avec la nouvelle ,je vous assure  et je peux en parler .

    Pas plus tard qu'hier j'ai vu une petite voisine  que j'ai eue en maternelle et qui est en cours moyen maintenant ,qui rentrait de l'école avec son portable à l'oreille .

    C'est la faute à qui ?

    Je crois qu'ils ont remis les leçons de morale en primaire mais n'est il pas trop tard ?Le monde est pourri .

    Je ne généralise pas il y a des exceptions mais elles sont rares .

    Ceci est mon point de vue

     

    2
    Samedi 29 Septembre 2012 à 09:56

    Merci de dire...tout ce que je n'ai pas osé dire ! Le monde de l'éducation ? Je crois qu'il y a de tout...du bon et du moins bon...de même que pour les parents.
    Je n'aime pas dire "de mon temps" (ça fait vieux !!!), mais tout de même, parents et enseignants marchaient "main dans la main", se complétant l'un l'autre.
    Les leçons de morale qui semblaient inutiles (!), semblent devenir indispensables....Il n'est que temps...

    3
    Samedi 29 Septembre 2012 à 12:25

    Des valeurs simples, évidentes sont à remettre d'URGENCE au goût du jour !!! Et celà commence à la maison : politesse, respect des autres, qu'ils soient adultes ou pas, humains ou animaux, retrouver la valeur de l'argent (quelle désolation de voir des enfants "pourris", ayant envie de tout et de rien), la valeur de l'effort, oublier de temps en temps la télé et certains de ses programmes débiles et débilitants.
    Mais comme vous le dites justement qui sont les responsables ?????
    Les "jeunes" ne sont que le reflet de leur éducation.....J'ai quelquefois l'impression que nous sommes en pleine "décadence".....

    Bon week-end Geneviève. Prenez soin de vous. Pensées d'ici et à bientôt. 

    4
    Samedi 29 Septembre 2012 à 13:28

    Comme je suis heureuse de ne pas être "la seule de mon avis" ! Petit à petit, les enfants sont devenus "rois" et les parents s'exécutent.  Pensent-ils se faire aimer davantage ? Ils ont alors tout faux ! les enfants aiment qu'on s'occupe d'eux. Quoi de plus triste qu'un enfant qui vous dit "oh moi, mes parents s'en fichent...."Aimer ses enfants, ce n'est pas tout accepter d'eux. Même chose pour les enseignants...Parents et enseignants devraient travailler la main dans la main...Si l'éducation doit commencer à la maison, elle doit se poursuivre à l'école...Je m'arrête, je pourrais continuer pendant des heures !
    La décadence ? nous y sommes en plein.
    Bon week-end Martine. A quand sur VOTRE blog ? Amicalement.

    5
    Samedi 29 Septembre 2012 à 15:26

    Ni mon frère, ni moi n'avons connu de professeurs distribuant des giffles à leurs élèves. Je crois que mon père n'aurait pas admis ! Mais ça, c'était...avant la guerre ! Mon père nous racontait qu'il prenait des coups de règles sur le bout des doigts...
    Il est certain que l'absence des parents à la maison n'arrange rien pour l'éducation des enfants. Et le slogan "il est interdit d'interdire" a été beaucoup trop appliqué...! Revenir en arrière sera sans doute difficile....et pourtant, ça devient urgent.
    Amicalement.

    6
    Samedi 29 Septembre 2012 à 18:13

    Vraiment ça devient grave.

    Comme vous dites tous les jours on lit un fait divers de ce type.

    Où est le respect.

    Je suis plus jeune que vous mais on respecte la maîtresse ou les professeurs.

    Heureusement car on aurait pris une bonne volée et en rentrant à la maison une de plus !

    Bonne soirée Geneviève

    7
    Samedi 29 Septembre 2012 à 20:49

    Mes enfants, nés quelques années après la guerre, étaient encore de l'époque où le respect était de mise à l'école...et à la maison... C'est maintenant que ça ne va plus et que, comme vous le dites, ça devient grave.
    Amicalement.

    8
    Dimanche 30 Septembre 2012 à 18:53

    Trop, c'est trop ! mais à force de laisser faire, les résultats ne sont pas très bons...

    9
    Pimprenelle
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:46

    De mon temps, les professeurs étaient respectés et ce sont eux qui distribuaient des gifles aux élèves. Les temps changent. A chacun son tour! Je me rappelle d'un salopard prof de maths qui a failli me dégoutter de sa discipline. J'ai reçu une belle paire de baffes, pour avoir contesté une de ses démonstrations. Pourtant, je m'étais comportée poliment et correctement vis à vis de lui en prenant des précautions pour éviter de le blesser. Mais il semblait manquer d'humilité. Je n'en ai jamais parlé à mes parents, car je connaissais le sort que lui aurait réservé mon père, excepté au prof de français qui voulait en découdre avec ce collègue, car les plaintes commençaient à s'accumuler à propos de son comportements inadaptés vis à vis des enfants. Actuellement, les conditions ont bien changé. Mais il est vrai que cela a commencé à l'école et a proliféré dans la société, à cause de l'absence des parents à la maison, de leurs faibles engagements dans l'éducation des enfants,  ainsi que les mouvements libertaires où le slogan était "il est interdit d'interdire". Il faut désormais pour palier à cette situation, responsabiliser les parents, afin que tout acte d'incivilité ne soit pas impuni. Bonne journée. Amicalement, Pimprenelle.

    10
    Josette Bazan
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:46

    comme je suis d'accord avec ce que vous dites;, Geneviève, et avec vos amis...

    ah! oui! il est plus que temps que cela change...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :