• Quand tout était à utiliser....

                        Histoire macabre...

     

                        L'histoire se passe au Commissariat de Police d'ATHIS qui avait eu l'honneur de m'avoir comme employée ! Le commissaire était un peu "potache", reste de ses années d'études sans doute ! Dans son bureau, il y avait un radiateur de chauffage central qui fonctionnait...comme fonctionnait le chauffage pendant la guerre ! Douce tiédeur, juste assez pour ne pas avoir l'onglée...Sur ce radiateur étaient posés des livres et un cendrier, le tout pour la décoration. Le cendrier ? curieuse pièce, d'un modèle peu courant.

     

                        Un jour, le commissaire jette dans ce cendrier la moitié d'une cigarette...s'apercevant immédiatement de son erreur, il refuse de la reprendre et de la fumer...Bon, c'était lui le maître après tout ! Entre un Inspecteur qui se met à discuter et qui aperçoit cette cigarette. Horrifié, alors que le tabac était contingenté, il demande qui avait bien pu gâcher ça ? Le commissaire se nomme et lui dit qu'il n'en veut pas et qu'il lui permet de la prendre...Pendant la guerre, il n'était pas rare de voir les messieurs utiliser les mégots qui traînaient à droite ou à gauche, et celui-là était de taille ! Bonne aubaine pour l'inspecteur qui le prend, le rallume avec bonheur. Et regardant le cendrier de plus près, il dit au commissaire qu'il le trouve curieux avec ses petits dessins rouges qui le décoraient comme des fils...Rire du "patron" qui avoue que le "cendrier" lui avait été donné la veille par un médecin-légiste, au cours d'une autopsie...C'était le dessus de la boîte crânienne de l'autopsié, encore trop fraîche...Il l'avait posé sur le radiateur pour...le faire sécher et dans la foulée faire une bonne blague ! Mais lui, ça le dégoûtait....quelle horreur !

     

                           Et j'ai appris ce jour-là qu'il n'était pas bon pour des nouveaux, d'assister à des autopsies...On ne les ménage pas !

     

                          

     

                         

    « C'était en temps de guerre...et j'étais jeune !Bonjour les dégâts.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Mars 2011 à 11:05

    C' est vrai que dans ma jeunesse, les cigarettes étaient rares, et on les fumait en tirant chacun son tour, une bouffée qu'on appréciait.

    Les carabins eux mêmes arrivent à s' écoeurer avec des  parties de cadavre !

    Bonne journée

     amitiés

    2
    Jeudi 17 Mars 2011 à 11:42

    Bien digne des plaisanteries de « carabins » ! Prémonitoire de ce que l’on peut dire aujourd’hui sur le tabac… Ça dérange la tête !

    Avec mon amitié. Loic

    3
    Jeudi 17 Mars 2011 à 13:08

    Les cigarettes étaient certainement rares, elles sont mauvaises pour la santé et sont encore plus dangereuses quand on les rallume.

    Bon jeudi Geneviève

    4
    Jeudi 17 Mars 2011 à 13:55

    Très rares...les femmes ne fumaient pas (ou presque) à l'époque !) Les mégots étaient recherchés ... et tout était tellement rationné...

    5
    Jeudi 17 Mars 2011 à 13:57

    C'est sans doute leur façon de se défouler !

    6
    Jeudi 17 Mars 2011 à 14:01

    Plaisanteries bien innocentes, mais qui nous faisaient rire et à cette époque, ça semblait bon !

    7
    Jeudi 17 Mars 2011 à 15:52

    Les policiers sont mêlés à toutes les sauces. J'en apprends tous les jours.

    8
    Jeudi 17 Mars 2011 à 16:17

    C'est un métier varié !

    9
    Vendredi 18 Mars 2011 à 18:43

    Il a fait une belle journée.

    Passes une bonne soirée

    10
    Vendredi 18 Mars 2011 à 18:46

    Merci. Le printemps arrive à grands pas...

    11
    Samedi 19 Mars 2011 à 09:34

    ça pourrait s'appeler "Un mégot dans un crâne "....Un peu macabre non ?
    Bon week-end.

    12
    juvisienne
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:57

    Finir la tête dans un nuage.... de fumée.... Après tout, pourquoi pas ?

    Bon weekend ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :