• Quand l'hiver ne se montrait pas clément...


                                          Dur, dur de supporter ces hivers là !

                                          On ne peut le nier, l'hiver cette année se montre précoce, même dans les régions du sud de la France, un peu privilégiées habituellement ! Je reviens d'une "expédition en ville" et la pluie aidant, j'ai bien du mal à me réchauffer !  Et cela me rappelle ces hivers de guerre qui, allez savoir pourquoi, ont été des hivers plutôt rudes....A une époque pendant laquelle nous aurions bien apprécié que le ciel soit clément, il ne l'était pas ! Pluie, froid, neige, gel..nous avons tout connu, tout supporté ! . Les restrictions ont été pour tout, sauf pour le froid .... Alors qu'il gelait à pierre fendre, il n'était pas question d'arriver dans une maison bien chauffée, le charbon et le bois étant absents de toutes les maisons et de toutes les cheminées ou autres moyens de chauffage....Rien à donner à manger aux poëles et cuisinières qui avant la guerre vrombissaient de plaisir et rougissaient à qui mieux mieux ! Non, les foyers restaient noirs et tristes et nous grelottions....Lorsque nous arrivions bien mouillés par la neige ou la pluie, se réchauffer et faire sécher les vêtements n'était qu'un rêve parmi tant d'autres ! Bout du nez, pieds et mains engourdis par le froid, il fallait faire preuve de beaucoup d'imagination pour croire que ce n'était qu'un mauvais moment à passer....Le seul moyen pour résoudre ce problème, c'était le fond du lit et bien recouverts par des couvertures "d'avant-guerre", en vraie et bonne laine....

                                               Je me souviens de linge qui avait été mis à sécher dans la cuisine et que nous retrouvions bien raide parce que tout gelé ! c'était courant...Nous gardions le peu de charbon ou bois qu'on nous attribuait avec tickets bien sûr ,pour faire un bon feu le Dimanche et se sentir à peu près bien à la maison. Ma mère profitait alors que la cuisinière était allumée pour cuisiner un peu plus et faire des repas plus acceptables que les autres jours....Quelle vie ! Tous les hivers de guerre ont été très rudes. Au cours de l'hiver 1940/1941, j'avais été "expédiée" à PARIS chez ma tante pour profiter de la famille et...de la douceur de l'appartement parisien, notre grande maison étant impossible à chauffer !  Il avait alors gelé très fort pendant plus de deux mois consécutifs...Ça fait quand même un peu long...Et comme pour le reste, petit à petit on s'est organisé et on a "fait avec"..On s'est surtout endurcis ! Il fallait bien, nous avions quatre hivers de même type à vivre .

                                                 En rentrant chez moi tout à l'heure, j'ai repensé à ces hivers et pourtant...je suis arrivée dans un appartement chauffé,  mon accompagnatrice (encore plus gelée que moi malgré sa jeunesse !) et moi avons pu nous faire un café bien chaud et apprécier la douceur d'une maison accueillante. Ce n'était pas le cas dans les années quarante ! Ne nous plaignons pas. Il y a bien d'autres personnes actuellement qui n'ont pas la chance d'avoir un toit ou même simplement un petit coin bien au chaud. Je comprends ce qu'elles doivent ressentir et combien il est dur de supporter l'hiver quand il ne veut pas se montrer clément !

                                                  Vivement le printemps !

                                               

    « En allant prendre le train....un hiver avant la guerre..Humour...une façon de vivre.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Décembre 2008 à 23:39
    Chez nous il fait doux avec une espèce de bruine qui n'arrête pas;
    Bonne nuit.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :