• Promenade en forêt de Sénart....

                            Fin d'été 1941....

                            Il faisait très beau et c'était dimanche...Rien n'était bien gai à la maison, mais ma mère avait invité un ami de mon frère (et de moi évidemment), pour me permettre de me distraire un peu. Après déjeuner, nous décidons de faire une promenade en bicyclette, moi sur un vélo d'emprunt puisque je n'en possédais pas...Bon, ça irait quand même ! Nous voici partis direction Forêt de Sénart, jolie petite forêt de banlieue où nous allions souvent jadis avec mes parents. Cet ami était gentil et amusant...Il faisait partie de la bande de copains d'avant-guerre...Je le trouvais bien un peu "vieux garçon", mais il nous faisait bien rire et n'avait pas abandonné la maison après le départ de mon frère. Notre promenade commence très bien, les allées ombragées nous permettaient de rouler agréablement...Bel après-midi en perspective... Oui mais....

                              Tout à coup, nous décidons de prendre un petit chemin un peu caillouteux peut-être, mais qui semblait "roulable". Pas pour longtemps ! Un vague tournant et nous voici sur un chemin plein d'ornières...Mon ami avait une bonne bicyclette, la mienne était ploutôt genre "tacot", pas très moderne, et je n'avais pas l'habitude de cet engin....Je sautais d'une ornière de droite à l'ornière de gauche, sans pouvoir rien faire, me disant seulement que ça ne pouvait pas durer longtemps comme ça ! Exact...Me voici par-dessus le guidon, volant littéralement sur le bas-côté du chemin, bordé de ronces ! Mon ami pédalait toujours, devant, sans s'arrêter...Pour me sortir de mes ronces, un brave cycliste m'a aidée et...il avait très envie de rire ! le spectacle n'était pas triste ! Ce cycliste m'aide à remonter en selle, je lui dis que j'étais avec un ami qui n'avait pas dû s'apercevoir de ce qui m'était arrivé....Et à une centaine de mètres, au bout du chemin, je trouve mon copain assis sur une borne...m'attendant tranquillement ! Il m'avoue qu'il avait bien pensé "qu'il m'était arrivé quelque chose" mais que le chemin étant mauvais, il avait préféré m'attendre !!! Peut-on être plus galant ??? J'étais furieuse, pleine d'égratignures, la rage au coeur....Je le retenais...Vieux garçon égoïste va ! Et quand je pense que nos parents respectifs auraient bien aimé nous voir mariés !!! On en aurait parlé dans les journaux, je serais certainement devenue criminelle ! J'ai prévenu ma mère qu'il fallait abandonner cette idée...ah mais...je crois qu'il aurait fini sa vie coupé en morceaux pour alimenter le foyer de la cuisinière....Et en plus, il ne m'a même pas proposé de m'offrir une limonade !!!

                                C'était pourtant un beau dimanche de fin d'été, un dimanche dont on se souvient !

    « Une arrière saison agréable....Aïe, aïe, aïe....... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Septembre 2009 à 16:58
    Alors là Geneviève vous lisez dans mes pensées : je voulais justement consacrer mon article à une grande criminelleA près avoir lu votre article effectivement je me rends que ce jeune a échappé à un grave dangerTant pis pour lui après s'il lui fût arrivé quelque chose ! quel mépris des convenances ! et quelle agréable saynète racontée avec humour de votre part ! je vous imagine sur ce vélo tressautant sur chaque ornière.Mes amitiés et bonne fin de journée.
    2
    Mardi 29 Septembre 2009 à 17:23
    J'aurais pu faire la UNE des journaux ! dommage...
    3
    Mercredi 30 Septembre 2009 à 09:39
    A l'époque, j'avais été très choquée et "pas amoureuse du tout" !
    4
    Mercredi 30 Septembre 2009 à 10:49
    Vous vous en êtes bien sortie.
    Et votre ami qui ne s'est aperçu de rien, ah ces hommes
    Bon mercredi 
    5
    Mercredi 30 Septembre 2009 à 20:06
    Oh, le goujat !!!!
    6
    Jeudi 1er Octobre 2009 à 01:33
    A défaut de bonne compagnie le soleil était au rendez-vous.
    Les mufles existaient-ils déjà à l'époque ?
    7
    Jeudi 1er Octobre 2009 à 08:27
    Mufle ? très égoïste surtout ! mais ça existait déjà !
    8
    juvisienne
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:08
    eh bien !! Geneviève, vous l'avez échappé belle ! quel mufle ...
    Depuis 58 ans que je suis mariée, j'ai bien eu envie d'ssassiner mon Mari une centaine de fois - ou même plusieurs centaines? - mais.. je ne suis jamais passée à l'acte. Maintenant il est trop tard!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :