• Plaignons les enseignants....

                                            Quel métier parfois !    

     

                         Dans tous mes cadeaux de Noël se trouvait un livre offert par mes enfants...Pas un roman, non ! mieux que ça...de quoi se distraire et même pleurer de honte parfois...Ce livre, intitulé "Mots d'excuse - Les parents écrivent aux enseignants", est écrit par un directeur d'école, Patrice ROMAIN, lequel a, pendant vingt ans collectionné des petites lettres écrites par des parents....mots d'excuse ou autres réclamations...

     

                         J'ai ri pour certaines de ces lettres, j'ai "presque pleuré" pour d'autres, non pas qu'elles aient été tristes en elles-mêmes, mais parce qu'il est triste de constater qu'à un moment ou à un autre, il y a eu des lacunes dans l'enseignement en France !  

     

                         Et je comprends le découragement des enseignants qui ont déjà fort à faire avec leurs élèves et qui doivent, en plus, déchiffrer des mots trop courts ou au contraire "tarabiscotés"venant des parents...De quoi s'arracher les cheveux....Pauvres enseignants respectés et admirés jadis, tant par les élèves que par leurs parents...Dur, dur métier ! Au hasard, je relève quelques exemples cités par Patrice ROMAIN:

     

                         "Monsieur,

                         "Cela fait quatre fois que ma fille est absente et cela fait quatre fois que vous me demandez un mot d'excuse. Je crois savoir que vous n'avez pas d'enfant. C'est sans doute la raison pour laquelle vous vous acharnez ainsi. J'excuse donc une nouvelle fois Bénédicte.

                          "Salutations distinguées."

     

                           "Monsieur,

                           "Sa commence a bien faire : sa fait pleins de fois que des petits morveux minsulte au téléphone ! Et en plus il racroche au nez ! je sais que ses les copins a Cédric parce que ils se batte tout le tant a l'école. Merci de leur dire que leur histoires de gosse jan veut pas a la maison. Quils se démerde à l'école je vous fait confiance pour leur en maitre une et que sa sarrête.

                           "Merci Monsieur"...

     

                           Des élèves bagarreurs, des parents excédés, des enseignants découragés...bien sûr que ça existe...Mais, lisez ce livre écrit sans acrimonie et qui fait dire "Enseignant, quel métier parfois !".

     

                                               

    « Pour sourire ou...réfléchir ?Juste un petit clin d'oeil... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 12 Janvier 2013 à 18:15

    Je vous recommande ce livre ! J'ai aimé votre histoire de bourses !
    Ici, il ne fait pas chaud du tout et pluie prévue pour demain. C'est l'hiver.
    Bonne soirée.

    2
    Dimanche 13 Janvier 2013 à 00:50

    Il y a certainement des choses positives, des choses négatives, mais de nos jours ce ne dot pas toujours être facile d'être enseignant.

    Passez un bon week end Geneviève

    3
    Dimanche 13 Janvier 2013 à 08:33

    Enseignante je le fus et je dois dire que ce métier qui m'avait fait rêver est devenu plus que difficile. Quand je rencontre mes anciennes collègues qui en ont encore pour deux, trois ou cinq ans encore à travailler, j'entends des mots que je n'aurais jamais imaginés dans leur bouche. L'une m'a dit "je n'enseigne plus, je suis devenue gardienne de monstres".

    Quant aux mots d'excuse, j'en ai lus quelquefois qui m'horripilaient. Je vous passe les détails.

    Bon dimanche, Geneviève et à bientôt.

    4
    Dimanche 13 Janvier 2013 à 08:56

    Les parents qui avaient passé leur certificat d' études, parlaient le plus souvent correctement.

    Les nouvelles générations ont beaucoup perdu, et certains présentateurs et même journalistes font peine à écouter.

    On en prend conscience, c' est déjà quelque chose !

    J' ai eu l' occasion de lire de larges extraits du livre en question, il est vrai qu' on est partagé entre rires et pleurs !

     bon dimanche

     bisous


    5
    Dimanche 13 Janvier 2013 à 09:21

    Je le crois !
    Bonne journée.

    6
    Dimanche 13 Janvier 2013 à 09:32

    Mais la vie est remplie de rires et pleurs....D'accord avec vous pour les présentateurs et journalistes...Le "z" de quatre est souvent de trop notamment !
    Bon dimanche

    7
    Dimanche 13 Janvier 2013 à 09:34

    Et pourtant, quand on est enfant, on rêve d'enseigner plus tard.....
    A bientôt.

    8
    Lundi 14 Janvier 2013 à 09:05

    Bravo pour cette profession qu'on nous apprenait, jadis, à admirer et à respecter...Est-ce toujours le cas ? Ils ont souvent fort à faire avec les élèves et...leurs parents !
    Bonne journée.

    9
    COTENTINE
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:45

    27 années de présence à l'education nationale ,m'ont appris ,beaucoup de perles !Dommage ,nous n'avions pas le temps d'en copier quelques unes . Lorsque je travaillais au service des bourses :la pire ,'monsieur .... pourquoi ,avez vous coupé les bourses à mon fils ....Bonne fin de semaine MAGITTE ,ici toujours l'eau et le gris ,AMUSEZ ,vous bien  et pensez à nous ,c'est un régal ...

    10
    Pimprenelle
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:45

    Sans tomber dans la démagogie, nous dirons que les professeurs sont tombés bien évidemment responsables de tous les maux de la société, puisqu'ils la forment, ils sont aussi, les pauvres, bien malmenés,maltraités, mal outillés et rarement choyés. Avoir par sa pratique, contact avec les générations nouvelles, celles qui arrivent, celles qui les suivent, donne aux enseignants une avance extraordinaire sur tous les autres métiers : celle de sentir et de préparer la société qui vient. Les enseignants savent, prévoient, préviennent, forment, d'une certaine manière le monde qui va venir. Personne Geneviève, n'écoute les prévisions de ces prophètes-là, que l'on oblige à rester dans le présent, dans l'actualité, et quelquefois, hélas, dans le passé. Alors qu'ils ont les deux pieds dans l'avenir par leur contact avec les générations futures. Nous n'avons pas conscience que nous vivons peut-être aujourd'hui une coupure sans aucun rapport avec les changements que nous avons connus dans l'histoire de jadis et de naguère. La crise dure depuis les années 70 et ce pour encore cinquante ans grosso modo. En attendant, l'héroïsme de l'enseignant, c'est de tenir au jour le jour et de savoir quoi transmettre au moment où se détruit le savoir ancien, quoi transmettre de la langue alors que se détruit la langue ancienne, ect.. quoi transmettre de la morale, de la santé, du corps et que sais-je ? Toute la question est de préparer cet avenir-là. Alors bravo pour cette profession. Bonne nuit. Amicalement Pinprenelle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :