• Passons à autre chose ! ......

                        Oubli provisoire...

     

                         Et si, pendant un petit moment, on essayait d'oublier toutes ces nouvelles qui ne sont pas bonnes ? Tout semble aller mal, en France, dans le monde...Attentats, émeutes, crimes, chômage, coût de la vie et j'en passe...A quoi bon rappeler ce que tout le monde sait et vit tous les jours ? Ah mon père, si tu pouvais me souffler une des nombreuses histoires que tu connaissais et racontais si bien...mais aujourd'hui, aucune ne me revient à l'esprit...C'est un comble, au moment où nous aurions bien besoin de rire un peu ! Tiens, me souvenant de toi, une histoire vraie qui t'est arrivée retrouve sa place dans mes souvenirs...

     

                          Cela se passait tout au début des années 1930. Nous étions en vacances à Pâques chez des amis de mon père qui avaient une magnifique villa à JULLOUVILLE, dans la baie du Mont St Michel. La villa donnait sur la mer et mon père voulant profiter de la vue imprenable et du bon air (!) avait laissé les volets de la chambre ouverts et la fenêtre entrouverte...On m'avait installé un lit dans la chambre réservée à mes parents. Comme beaucoup d'hommes à cette époque, mon père portait une chemise de nuit à pans...c'était la mode....

     

                           Tout à coup, violent coup de vent qui ouvre la fenêtre avec force. Mon père se lève d'un bond et attrappant les deux battants de la fenêtre, essaie de refermer celle-ci ! Rien à faire...La tempête était là, le vent s'engouffrait et hurlait dans la pièce..., tout comme mon père ! Nos hôtes frappent à la porte pour demander ce qui sepasse et sur la réponse qu'ils obtiennent, n'écoûtant que son courage, l'ami de mon père, grand et fort donne un coup d'épaule dans la porte qui, plaquée par le vent, ne voulait pas s'ouvrir. Enfin, après plusieurs essais, la porte s'ouvre en force, ce qui fait un appel d'air ! Et voilà mon pauvre paternel, pans de chemise au vent, complètement recouvert par le pan arrière, l'air s'étant engouffré dedans !Mais il n'avait toujours pas lâché sa fenêtre qu'il n'arrivait pas à refermer . C'était tellement drôle que ma mère, nos amis et moi, au lieu d'essayer de secourir ce pauvre papa, nous nous mettons à rire...sans pouvoir nous arrêter ! Enfin, au bout d'un instant, les efforts conjugués des uns et des autres, sont arrivés à repousser les battants de la fenêtre...et tout est rentré dans l'ordre, mon père retrouvant une tenue décente...la chemise de nuit ayant repris sa place...

     

                             Cette histoire a fait le tour de la famille et des amis, alimentant les rires de tous...Pauvre père, quand il racontait ses déboires d'alors, il s'y croyait encore et nous les vivions avec lui !

    « S'instruire d'exemple....Conclusion simpliste.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mercredi 2 Février 2011 à 14:28

    Eh oui tout va mal !!!

    Une belle histoire qui fait sourire.

    Aujourd'hui la Chandeleur on fait 

    Bon mercredi

    2
    Mercredi 2 Février 2011 à 15:49

    Rire ou sourire, c'est bien agréable !

    3
    Jeudi 3 Février 2011 à 00:16

    Ces aventures là restent longtemps dans les annales de la famille, et se transmettent de génération en génération. Ils permettent aux plus jeunes d'appréhender leurs ancêtres sous un aspect simplement humain.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Jeudi 3 Février 2011 à 08:43

    Bien dommage qu'à l'époque, je n'aie pas pu filmer ! un vrai dessin animé ! Pas chaud ici....
    Bises ma chérie.

    5
    Jeudi 3 Février 2011 à 08:44

    Et les ancêtres aimaient parfois bien rire, ce qui était le cas avec mon père !

    6
    Jeudi 3 Février 2011 à 10:02

    c' est une façon d' oublier la misère que de se pencher sur les côtés amusant du passé !

    heureusement que l' histoire ne l'a pas fait sortir de ses gonds, ni les volets !

     bonne journée

     amitiés

    7
    Jeudi 3 Février 2011 à 10:08

    Mieux vaut en rire !
    Mon père sortait facilement de ses gonds (très coléreux), mais là, il n'avait pas le temps !!!

    8
    Jeudi 3 Février 2011 à 11:53

    Voyez que les débordements de la nature peuvent autant faire rire que faire pleurer ! Quand ils ne sont pas dramatiques, il suffit de vouloir les regarder avec un esprit joyeux !

    Le temps y aide beaucoup.

    Mais, je pense vraiment que l’état d’esprit avec lequel on regarde les choses est primordial dans la façon dont on les traduit, dont on les vit.

    Nous nous projetons beaucoup dans les événements comme dans le regard des autres.

    Avec mon amitié. Loic

    9
    Jeudi 3 Février 2011 à 13:27

    Et ce jour là, nous avions regardé avec un esprit joyeux ! Mes parents n'avaient pas trouvé ça dramatique...ça faisait partie des vacances...
    Il y a deuxd façons de voir les choses : avec optimisme ou avec pessimisme...Le résultat étant le même, la première solution est préférable !

    10
    Jeudi 3 Février 2011 à 13:29

    ça, je m'en souviens, comme de la réaction de ses petits-enfants....
    bisous

    11
    Jeudi 3 Février 2011 à 13:47

    Un petit bonjour en passant.

    Soleil et ciel bleu sont au rendez-vous.

    Bon jeudi

    12
    Ta grande petite-fil
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:57

    Merci pour cette drôle annedocte...Je saurai la raconter aux générations futures lorsqu'il le faudra... Bonne journée ma petite grand mère en espérant que tu n'as pas trop froid...Ici les pluies ont cessé, le soleil est là et ça fait du bien... Bisous

    13
    ta fille
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:57

    J'ai souvenir de la meme personne, mon grand-père, qui , quand il a éternué a perdu son pantalon!!!!bisou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :