• Parmi tant de recommandations...jadis...

                        Quand l'éducation avait sa place !

     

                         Mon père n'était pas avare de recommandations de toutes sortes. Deux choses étaient importantes pour lui : l'instruction et l'éducation ! Concernant l'instruction, nous étions surveillés, suivis...les devoirs devaient être faits et les leçons apprises...Ma mère y veillait en premier puisqu'elle ne travaillait pas, et mon père contrôlait au besoin...Je me souviens des questions qu'il nous posait sur ce que nous avions appris dans la semaine...Cet interrogatoire avait lieu au cours des repas, notamment au cours du repas du dimanche ...de quoi gêner la digestion ! Personnellement, je n'aimais pas du tout ! mais c'était ainsi !

     

                         Et il y avait la sacro-sainte éducation groupant "tout ce qui se faisait et tout ce qui ne se faisait pas"...Là, c'était varié et nous avions intérêt à avoir bonne mémoire ! Exemples : "rapporter" les faits et gestes de son frère ou de sa soeur (surtout si c'était par manque de gentillesse...), ou se "vanter" de façon à se mettre en vedette ! Alors là, leçon de morale à l'appui, mon père nous reprenait et nous remettait dans le rang...et nous avions droit à une leçon de modestie...Mais qu'est-ce que la modestie ? D'après mon dictionnaire, c'est "la modération, la retenue dans l'appréciation de soi-même"...Et voilà, je ne peux m'empêcher de penser à nos politiques ! Ah, on peut dire que trop souvent, ils manquent de modestie ! Ils sont si certains d'avoir personnellement raison, et d'être les seuls à détenir la vérité....S'ils voulaient bien comprendre que "ça ne se fait pas", et que s'ils mettaient leurs idées en commun quelle que soit leur appartenance politique, il en ressortirait du "bon" pour nous tous ! Mais non...chacun pense être le meilleur et se juche sur un piédestal...

     

                          Allons, pas de critiques, ça non plus ça ne se fait pas ! Je vais juste raconter une anecdote ancienne qui me fait encore venir le rouge au front quand j'y pense ! Je devais avoir 15 ans environ et j'avais passé un examen...Mes notes arrivent et sont "épluchées" par mon père qui me pose cette question "Tu es bonne en chimie" ? ce à quoi je réponds, avec tout l'aplomb de la jeunesse "Je ne me défends pas mal"...Ce n'était pas la réponse à faire...j'avais obtenu 1/40 ! c'était peu, si peu même que j'avais bien compris que l'examinateur, bon prince, n'avait pas voulu me mettre zéro qui était éliminatoire.....Grâce à ce 1, j'étais encore en course ! Vantardise et mauvaise note, c'était trop pour mon père....On en a beaucoup parlé....

     

                           Ah ces recommandations jadis...C'était un peu pesant, et pourtant....

     

                         


    « Chansons à profusion....Un sourire... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Jeudi 31 Mai 2012 à 18:47

    c' est mon père qui s' occupait des études et de l' éducation, et il ne plaisantais pas !

     et pas question de tricher, avant de travailler comme comptable aux mines, il était enseignant, et même en latin, il m' en remontrait !

     dommage que je ne l' ai pas assez écouté !

     j' aurais été fonctionnaire, et depuis bien plus longtemps en retraite !

    bonne soirée

     bisous

    2
    Jeudi 31 Mai 2012 à 20:52

    Fonctionnaire ! ce que je n'avais pas voulu être ! Cette éducation était sans doute un peu sévère, mais les résultats étaient là .... Et très franchement, nous étions tellement habitués qu'on obéissait sans se poser trop de questions...
    Bonne soirée !

    3
    Jeudi 31 Mai 2012 à 23:30

    Pesant, mais cécurisant car rigoureux

    4
    Vendredi 1er Juin 2012 à 06:40

    Je souris à la lecture de votre billet, Geneviève, particulièrement avec le 1/40 qui me rappelle les 0,5/20 en maths, que j'avais en cinquième grâce à Mme Battuz dont je garde un fort mauvais souvenir (je l'ai longtemps haïe, maintenant je me dis qu'elle devait être malheureuse pour être aussi méchante).

    Quant à l'éducation que vous donnait votre père, elle ressemble bien à celle que j'ai reçue de ma grand-mère (ma mère était jeune, veuve et fragile, c'est ma grand-mère qui régnait en maitresse-femme sur le foyer). Ma grand-mère serinait les mêmes choses que votre père : modestie, délation... je n'échappais qu'au contrôle des notes et aux récitations de leçons, ma grand-mère était trop modeste  pour se croire capable de me surveiller dans ce domaine. C'est aussi son complexe face à l'instruction (qu'elle regardait comme une richesse, un trésor absolu) qui m'a donné envie de devenir enseignante. Ah la notion d'école comme ascenseur social !

    Merci pour votre billet du jour (et les autres) qui réveille aussi des souvenirs chez moi.

    Je vous embrasse.

    Bonne journée et à bientôt.

    5
    Vendredi 1er Juin 2012 à 07:50

    Je ne garde pas un mauvais souvenir de cette époque...au contraire !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Vendredi 1er Juin 2012 à 07:54

    Les recettes ne peuvent pas être tout à fait les mêmes ...Nous avons eu3 enfants de caractère différent...On adapte...
    Les bases étaient simples jadis. Il y a eu une évolution, mais est-elle toujurs très bonne ?

     

    7
    Vendredi 1er Juin 2012 à 07:55

    Je fais enfin "oeuvre utiile" puisque je réveille vos souvenirs ! et ça me fait plaisir ...
    Bonne journée à vous. Je vous embrasse.

    8
    Samedi 2 Juin 2012 à 18:12

    Et votre vie de femme semble avoir été agréable !
    Bonne soirée

    9
    Pimprenelle
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:48

    Elever des enfants, est le rôle propre des parents. Pour certains d'entre-eux, c'est une véritable gageure, du fait que les enfants n'ont pas tous le même comportement. Les recettes éducatives sont donc différentes. Ce qui marche, chez certains, ne fonctionnera pas chez d'autres. Mes parents, des gens humbles, prêchaient la conduite à tenir par l'exemplarité : le travail, l'amour, la joie, le respect des autres. Ils ne s'exprimaient pas, ils étaient là pour nous, pour nous écouter, pour exprimer un doute. Ces valeurs, nous les partageons désormais avec nos proches. Amicalement, Pimprenelle.

    10
    COTENTINE
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:48

    Mon mari et moi,nous ,nous sommes éduqués ,seuls. mes beaux parents, d'origine modestes ,parlaient le patois italiens.  Le dernier GONCOURT était offert à chaque NOËL  et les dictionnaires étaient nombreux à la maison! quelle fierté ,pour eux de retrouver un fils ,ingenieur! le courage et l'honneur lui avaient été transmis! quant à moi ,guerre et dècès m'ont "ballottée" chez les uns ou les autres! J'ai  adopté ce qui me semblait le meilleur dans chaque foyer.MERCI à ma grand mère qui m'a récupérée à l'âge de 17ans , ENFIN ,le début du bonheur,et celà à duré longtemps ,longtemps  après...... et jusqu'à ... BISOUX ,MAGITTE

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :