• Occupations féminines...jadis !

                                           Messieurs, qu'en dites-vous ?

                        Il y a déjà bien longtemps, quand j'étais enfant, le mariage était d'abord l'union de deux êtres qui s'aimaient et en même temps, très souvent, une sorte d'association...Mais si, mais si...Les jeunes filles avaient été élevées avec un objectif : fonder une famille, bien tenir la maison et les enfants et tout faire pour que leur mari soit heureux, bichonné...C'était le chef de la famille, la femme lui devait soumission, respect, amour...Elle était un peu sa servante ! Le ménage, la préparation des repas, l'entretien du linge, ce n'était pas du ressort du mari ! Il s'occupait de l'éducation des enfants, toujours en sa qualité de chef .... Puis la guerre est arrivée, les mentalités ont changé, les femmes ont été amenées à diriger la famille sans laisser pour autant les occupations domestiques au vestiaire ! Les hommes, petit à petit, ont compris qu'elles avaient beaucoup de travail et se sont décidés à les aider dans les tâches journalières... 

                         Mariée en 1946, j'ai toujours pu compter sur mon mari pour me seconder, ce qui m'a permis de mener de front une vie familiale et une vie professionnelle. Bon, il est bien certain que certains de nos "petits plaisirs ménagers" typiquement féminins, n'étaient pas particulièrement appréciés de ces messieurs. Repassage, raccommodage en particulier...On ne pouvait quand même pas tout leur demander...Le raccommodage en particulier, quel pensum ! surtout les chaussettes ! parce que, il y a encore une trentaine d'années, ça se raccommodait les chaussettes...On ne jetait pas pour un malheureux petit trou (ni même pour un gros) ! J'avoue, c'était une corvée...Et comme ma mère adorait repassage et raccommodage, je ne pouvais tout de même pas la priver de ce plaisir... J'ai honte (non, même pas !). Elle adorait tellement ça que mon mari disait "quand ta mère reprise mes chaussettes, j'arrive à ne plus avoir la chaussette d'origine, il n'y a plus que des reprises"...Moqueur va ! elle y mettait tout son coeur ! Et c'est pour ça qu'un jour, j'ai dû réfléchir...et me demander pourquoi, entre autres, mon mari m'avait épousée....et si je ne l'avais pas déçu ?

                           Je venais de gronder ma fille et elle n'était pas contente du tout...Alors, je l'ai entendue qui disait "je me demande bien pourquoi Papa s'est marié avec Maman..sûrement pour qu'elle raccommode ses chaussettes"! Chipie va...mais le doute était en moi...Si elle avait raison ?..Alors, qu'est-ce que j'avais dû le décevoir ! C'était une belle arnaque de ma part ! Plus de problèmes de cet ordre à notre époque, "chaussettes trouées, chaussettes jetées"...

                            Le peu que je viens de dévoiler sur le travail de la femme jadis, est très en-dessous de la réalité....Qu'en pensez-vous Messieurs ?

                            

                         
    « Rien ne se perd....Quand cinq fautes..... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 17:13
    J'avais fait mon apprentissage avec les chaussettes de mon frère, le jeudi...
    2
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 20:32
    Re bonsoir Geneviève !
    On va refaire notre retard en matière d'article.Celui-ci fait réfléchir sur les idées de gaspillage et sur celles de récupération.J'avoue que si les conformismes actuels n'étaient si pesants, certain(e)s reviendraient à ces pratiques que vous décrivez.
    En tout cas, la guerre avait changé certaines mentalités comme vous le soulignez.
    Otez moi d'un doute chère Geneviève : il existe une Chipie au sein de votre famille vous aussi ?
    Amicalement à vous ! 
    3
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 20:51
    Le gaspillage est devenu monnaie courante !
    Je vous renseigne : toutes les filles sont des chipies, surtout quand elles sont petites ! après, ça s'arrange !
    4
    Jeudi 28 Janvier 2010 à 17:04

    Et elle n'a pas une mère qui lui rendra ce service !!!!

    5
    Jeudi 28 Janvier 2010 à 19:07

    C’est si vrai. Vous avez oublié : conduire la voiture, réservé à l’homme. Et puis, la cuisine, pas quotidienne, non, mais l’homme a toujours considéré que cette tâche pouvait être noble et digne de lui. Surtout lorsqu’elle est recherchée. Là, la femme n’était pas forcément « capable »… Avec mon amitié. Loic

    6
    Jeudi 28 Janvier 2010 à 19:11
    Ah ! ces hommes !
    7
    juvisienne
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:05
    ah! les chaussettes qu'on raccomodait à l'aide d'un gros oeuf! et les bas (pas encore de collants!) qu'on portait à remmailler !
    Le repassage ? quand il y a eu la télé, pn s'installait devant ...c'était moins une corvée; l'attrait de la petite lucarne faisait oublier la fatigue... 
    8
    fleur des neiges
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:05
    La chipie vous salue bien!!!et ne reprise pas les chaussettes non plus.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :