•               74 ans...Toute une vie !

                  Combien d'enfants sont nés sur les routes de France entre mai et juin 1940 ? Enfants dont très souvent la maman est morte pour avoir été mitraillée par les avions ennemis, sur ces routes qu'elle empruntait avec espoir parfois, alors qu'elle avait tout laissé chez elle...Bien souvent aussi, elle ignorait ce qu'était devenu le mari, celui-là même qui avait été rappelé "sous les drapeaux" quelques mois auparavant... Où allait-elle ? elle ne le savait pas exactement...c'était un "sauve-qui-peut" général...

                  A juste titre, journalistes de presse écrite, de radio et de télévision, nous entretiennent du débarquement du 6 juin 1944. Les alliés, tous ensemble, avaient osé préparer et mener à bien cette entreprise inimaginable ! Et ils avaient réussi ! C'était pour nous l'aboutissement de 4 années d'occupation, de vexations, et il faut bien le dire, de honte ... C'est que nous n'étions pas fiers en 1940...Après avoir "gobé" tout ce qui nous était dit, il nous fallait déchanter ! Non, nous n'étions pas les plus forts...La France était "à plat", militaires et civils compris ! Il faut avoir vécu ça pour comprendre notre état d'esprit d'alors ...

                  Ces enfants nés sur les routes il y a 74 ans ont, pour la plupart, vécu toute une vie avec des hauts et des bas, se demandant peut-être comment en 1940 on en était arrivés là ? Sauf erreur de ma part, on n'entend que très rarement parler de cette période ! Et pourtant...les évènements de 1944 découlent de cette période...C'est ce qu'il me semble, mais je ne suis pas historienne...Je ne suis qu'une française à laquelle il a été donné de vivre assez longtemps pour faire des comparaisons, et aussi à laquelle il a été donné le droit de "transmettre" ce qu'elle a vécu à une certaine époque.

                  6 juin 2014 - Nous allons commémorer l'anniversaire de ce débarquement de 1944. Beaucoup de chefs d'état étrangers sont invités à cette commémoration...d'une époque que nous ne sommes pas prêts d'oublier...La délivrance, la Libération de la France qui pointait à l'horizon et enfin, la cessation des hostilités en 1945...Quels souvenirs...N'omettons pas de transmettre aux jeunes générations ces récits d'une tragédie, sans en rien omettre ! cela avait commencé en septembre 1939 et même...bien avant

                  "Ne pas oublier de se souvenir"...c'est indispensable.

     

     

    Google Bookmarks

    17 commentaires
  •               Le 11 mai 2012, à la suite de réflexions qui me "titillaient", j'avais écrit un article intitulé "C'est quoi l'espoir" ? En relisant cet article, je relève notamment ceci que je reproduis ici

     

     

     

                         "Cet Espoir qui nous tenaillait pendant la guerre et nous aidait à vivre, ce n'était pas de la jalousie envers le vainqueur ou envers les quelques pays qui n'étaient pas en guerre...C'était la volonté d'arriver à prouver qu'on pouvait être les plus forts et que tous les malheurs qui nous atteignaient n'étaient que provisoires...On y croyait fermement...c'est ça l'Espoir...et il nous a menés au 8 mai 1945 ! on y croyait tellement ! Je ne me souviens pas m'être dit que "tout était perdu"...Chez moi, nous n'avions pourtant pas été épargnés...mais l'espoir restait vivace...On faisait des projets "pour après"... "

     

                         En ce jour anniversaire de cette date si importante, je ne peux que confirmer ce que j'écrivais alors...L'espoir ne nous avait jamais quitté pendant toutes ces années. Certainement, il y avait eu des "hauts et des bas", mais l'espoir renaissait toujours...

     

                         A toutes fins utiles, voici le lien pour lire cet article si vous le désirez...

     

     

     

     

     

                         

     

    Google Bookmarks

    8 commentaires
  •               Après presque six années de guerre, nous arrivions au dernier jour de la guerre...Nous nous doutions que cela ne pouvait plus durer, mais la date nous était inconnue...Comme d'habitude, ce 7 mai 1945, et comme tout ceux qui le pouvaient, nous nous étions rendus à notre travail...Cette guerre s'éternisait. Heureusement, depuis le mois d'août 1944, beaucoup de régions avaient été libérées. Nous respirions enfin ! plus d'occupant "sur le dos", nous avions la joie d'une certaine liberté retrouvée...Oh, bien sûr, l'automne et le début d'hiver 1944 avaient ramené la crainte, les troupes allemandes, dans un dernier sursaut sans doute, résistant dans les Ardennes et menaçant à nouveau PARIS...Mais nous gardions l'espoir...D'un jour à l'autre, nous pouvions écrire le mot "FIN" sur cette période difficile pour certains, atroce pour d'autres . Combien de morts, de disparus, de maisons et villes détruites...

                  Les familles avaient été disloquées de septembre 1939 à mai 1945. Combien ne reviendraient pas leur vie s'étant arrêtée au loin, dans des camps de prisonniers ou pire, de concentration...Et tous les morts dans les combats, soit en 1940, soit au cours des diverses opérations au sein de l'armée française "expatriée"... Ce 7 mai 1945, on pensait à tout cela, années de misère qu'il avait fallu vivre pour arriver à cette paix tant attendue...

                 On en faisait des projets pour "après la guerre"...Projets bien "terre à terre" parfois, puisqu'il s'agissait de nourriture ! On croyait fermement que tout reviendrait comme avant ! tout au moins, on l'espérait si fort...J'avais 22 ans alors et comme tous ceux et celles de mon âge, il nous semblait que notre jeunesse nous avait été volée...volée ? peut-être pas, mais "zappée" pour employer un mot arrivé beaucoup plus tard, avec les progrès ! Il nous fallait réapprendre à vivre normalement...

                  Est-ce qu'en me couchant ce soir du 7 mai, je pensais à tout ça ? Je ne m'en souviens plus ! c'était un soir comme d'habitude !

                  Mais le lendemain 8 mai 1945 arrivait....

    Google Bookmarks

    7 commentaires
  •               Je viens de lire une nouvelle qui m'attriste : Micheline DAX est décédée...Un décès est toujours une nouvelle triste, même si celui (ou celle) qui est parti nous était inconnu. Comme beaucoup de personnes, je ne la connaissais que par ses apparitions à la télé, ses pièces de théâtre etc...Mais je la connaissais aussi comme une personne qui me faisait rire ! et par sa voix inimitable . Inimitable ? peut-être pas...bien des imitateurs sont sans doute arrivés à donner l'illusion ! ils sont si "forts" !

                   Micheline DAX faisait partie de ces comiques qui nous faisaient vraiment rire. Elle était "drôle", sans se forcer ? peut-être...Bien souvent les comiques sont des gens un peu tristes. Est-ce leur façon de forcer leur destin, en montrant à leur public une autre face d'eux-mêmes ? Telle qu'elle était, elle fait partie de tous ceux qui nous ont fait rire...et ils étaient nombreux : comiques, chansonniers, imitateurs et j'en passe...Je revois les Fernand Raynaud, Bourvil, Coluche, Jacqueline Maillan, Pierre-Jean Vaillard et tous les autres dont le nom ne me revient pas dans l'immédiat, mais qui ont laissé des souvenirs de rires francs...On "riait de bon cœur", sans arrière-pensées...

                   Le rire...tout le monde ne peut pas le faire naître. Il y a la manière de raconter, de s'attirer le public qui peut "rire aux larmes" ou étouffer des bâillements plus ou moins discrets ... Pour les comiques, il ne s'agit pas de "s'amuser" eux-mêmes, mais d'amuser le public ! Je déplore un peu qu'actuellement, certains "comiques" se fassent rire eux-mêmes ! ils me rappellent un peu des gosses jouant entre eux et se forçant à être drôles....ça ne semble pas naturel...Et d'après moi, ils sont nombreux à être ainsi...Et pourtant, j'aime rire !

                   Mon post ne voulait aujourd'hui que parler de Micheline Dax et de tous ceux qui nous ont fait rire...J'ai un peu "dévié" de ma route, malgré moi...Mais ma reconnaissance est grande envers ces comiques arrivés après la guerre et qui nous ont redonné le goût de vivre...c'est que le rire n'avait pas été "de rigueur" de 1939 à 1945...

                  

    Google Bookmarks

    9 commentaires
  •               C'est encore moi Squirou ! J'ai vu que Magitte avait publié hier je crois, un article sur les chiens et leur affection fidèle envers leurs maîtres ! Alors, vous pensez bien que voyant le nombre de commentaires qu'elle a reçus, je ne pouvais rester "dans mon coin" de Paradis sans intervenir !

                   Ce qui me fait très plaisir, c'est que tout le monde semble nous aimer. Oui, nous sommes des amis fidèles et nous aimons tous ceux qui nous aiment et parfois aussi, ceux qui ne nous aiment pas beaucoup ! ça arrive que des gens nous acceptent difficilement et même ne soient pas gentils avec nous. Alors, pourquoi nous ont-ils pris près d'eux ? Nous, dès que nous sommes dans une famille, nous adoptons tous les membres qui la composent. Je me souviens...mes maîtres, la Maman de Magitte, les enfants, les petits-enfants...je les aimais tous (avec une petite préférence pour le Patou des petits-enfants. Lui, il était à part). Ce Patou qui m'emmenait me promener, me baigner, jouer dans les champs...J'en ai fait des pas avec lui et j'avais même essayé de l'aider à bricoler ! mais ça, il n'appréciait pas beaucoup et quand il retrouvait ses outils sur mon tapis, il me grondait...je croyais l'aider pourtant...

                  J'ai eu une vie de "chien gâté" pendant plus de dix ans ! Je faisais partie de toutes les sorties même éloignées...Et puis, un soir, Patou est tombé malade et il a été emmené à l'hôpital...Magitte est rentrée seule à 2 heures du matin...Moi, je le cherchais partout et je ne voulais pas me coucher...Désespéré j'étais...Mon cœur me "parlait"...Comme Patou s'inquiétait de moi, des amis sont venus me chercher...je les appelais mes "grands-parents" puisque j'étais né chez eux...j'étais un enfant de Nora, leur chienne Labrador...et ils avaient l'habitude de me garder lorsque "des endroits de vacances" n'acceptaient pas les chiens. Comme pour les enfants, les chiens peuvent aller aussi chez leurs grands-parents et là aussi, ils sont heureux !

                  Je sais bien que si mon maître avait eu besoin de moi pour l'accompagner et veiller sur lui, je l'aurais fait...et je suis content que les chiens-guides soient reconnus comme très utiles. Et si le cœur des chiens est plus petit que celui des humains, il est archi-plein d'amour qu'ils donnent sans compter à ceux qui l'entourent. Nous sommes "reconnaissants" de naissance ! C'est dans nos "gènes"... "Amour et fidélité", telle pourrait être notre devise !

                   Je me rends compte que je suis très bavard...ce qui est réservé à Magitte d'habitude ! Allons, je vais continuer à me reposer. Je vous aime tous ! à bientôt...

    Google Bookmarks

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique