• Les appareils de chauffage...en 1940 !

                                  A quoi servaient-ils ?

                       

                        Dès que nos occupants sont arrivés, beaucoup d'objets, gros ou petits, sont devenus inutiles....Un exemple, les appareils de chauffage ! Ce n'est pas qu'il faisait moins froid, c'est que nous n'avions rien à leur donner à manger ! Ni bois, ni charbon...Rien. Si ces amis des hivers précédents nous étaient restés fidèles et trônaient toujours à leur place habituelle, ils avaient un air si triste, se sentant parfaitement inutiles...

                         La cuisinière ? Bien astiquée comme jadis , ne servait plus à rien et "décorait" simplement la grande cuisine qu'avant la guerre elle réchauffait tant, ajoutant même, pour le plaisir, le bonheur de cuire plats mijotés et rôtis, volailles, tartes, tourtes, qui s'engouffraient dans le four et en ressortaient bien dorés et appétissants ! Le magnifique poêle qui se trouvait à la salle à manger,"Choubersky", je me souviens de son nom, véritable objet d'art qu'on allumait en début d'hiver et qui ne s'éteignait qu'au printemps....Poêle "à feu continu", à lui seul, il chauffait les 3/4 de la maison ! Comme il faisait bon être à ses pieds, les nôtres reposant sur des "repose-pieds" qui le décoraient sur les côtés. C'était un cadeau de mon grand-père parisien à mes parents, cadeau magnifique et tellement utile ! Il faisait bon chez nous....Mais, cuisinière et poêle fonctionnaient...au charbon et même au bois pour la cuisinière... Mais voilà, les occupants avaient décidé de ne pas nous encombrer ou d'encombrer nos caves avec ces matériaux...Ils devaient penser que leur présence comblerait tous nos désirs ! Combien ils se trompaient. Nous grelottions allègrement devant ces objets tant utiles jadis...

                          Pour arranger le tout, l'hiver 1940/1941 a été très rude. Neige, gel, verglas...rien ne nous a été épargné pendant plus de deux mois...Ma mère m'avait envoyée passer ce rude hiver à Paris, chez ma marraine, un appartement étant moins froid qu'une grande maison ! A Paris, des "stalactites" pendaient des toits, des fenêtres...Beau décor de Noël, tellement naturel ! Revenue début février (j'avais trouvé un travail chez un ami de mes parents) tout près de chez nous, j'ai dû subir ce froid de la grande maison, où le moindre petit linge mouillé se transformait en glaçon...

                          Pas de bois, pas de charbon, pas de feu...Mais des engelures aux pieds ! Quel mauvais souvenir ça ! C'était la guerre...

     

     

    « Quand l'hiver approche...Culture...mon beau souci ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Décembre 2009 à 15:53
    Moi, j'ai "rouspété" pendant tous les hivers de guerre ! ça ne me réchauffait pas, mais ça me soulageait !
    2
    Mercredi 16 Décembre 2009 à 16:09
    Problèmes pour mettre un commentaire..J'ai prévenu OB...On peut arriver à en poster un en cliquant sur la ligne ! Ce n'est pas très orthodoxe, mais ça marche ! Il y a très souvent des problèmes et c'est très gênant (ce dont OB semble se moquer !)
    3
    Mercredi 16 Décembre 2009 à 16:44
    Quand nous étions jeunes mes parents chauffaient au bois et au charbon.
    Il y avait deux poêles un dans la salle de séjour et un dans la salle à manger où nous ne mangions que pour les grandes occasions, mais cela chauffait l'appartement et dans la cuisine il y avait la cuisinière qui fonctionnait avec le bois.
    Bonne fin de journée 
    4
    Mercredi 16 Décembre 2009 à 17:44
    Ce sont des bons souvenirs...La vie semblait plus douce.
    Bonne soirée.
    5
    Mercredi 16 Décembre 2009 à 19:16
    Un petit retour en douceur Geneviève pour vous dire que je retrouve avec plaisir le chemin de mes blogopotes favori(e)s.Rude époque en effet que celle que vous décrivez.C'est la première fois que j'entends parler de ce poêle Choubersky, une merveille sans doute.
    Ces jours-ci, je me balade en manches courtes et j'ai entendu mon voisin retraité dire à ma boulangère " ah ces jeunes alors, ils sont résistants " et il n'en fallut pas plus pour me faire sourire.Mais je pense que, les calories en moins, pour cause de guerre, j'aurais moins fait le malin.
    Bonne soirée à vous. 
    6
    Mercredi 16 Décembre 2009 à 19:48
    Nous ne sommes plus en guerre, mais aujourd'hui je n'arrive pas à me réchauffer ! Mon mari n'était pas frileux du tout et quand il disait "il fait bon ce matin" , on avait intérêt à bien se couvrir !!!
    Heureuse de vous retrouver..
    7
    Mercredi 16 Décembre 2009 à 20:08
    Un passage rapide pour vous  dire bonsoir, bonne nuit....
    Je n'ai pas beaucoup de temps à consacrer à mes blogs favoris en ce moment....
    Ca me manque mais je me rattraperai plus tard.....
    Pensées affectueuses de la Réunion Geneviève et à bientôt pour revenir vous lire....
    8
    Jeudi 17 Décembre 2009 à 09:19
    vivement Noël. Merci pour les étoiles des enfants !
    9
    Jeudi 17 Décembre 2009 à 09:20
    A bientôt !
    10
    Jeudi 17 Décembre 2009 à 11:46

    Une salamandre, c'était formidable aussi...Et puis, tous ces poêles étaient bien sympathiques et chauffaient très bien.

    11
    Jeudi 17 Décembre 2009 à 15:48
    Mes parents habitaient le Nord de la France. Ils ont bien connu cet hiver 1940-41 et me raccontaient les vieux pulls détricotés pour refaire du neuf, du chaud. On astiquait soigneusement la cuisinière, pour garder le moral, les draps gelés craquaient lorsqu'on gangait le lit, l'eau de la toilette matinale était glaciale... On chantait pour se donner du courage. On confectionnait "des gâteaux de pomme de terre" qui ne tenaient pas à l'estomac...

    La misère se vit dans l'élégance et la dignité permet de survivre...même de nos jours où les contours (multiples) de l'ennemi ne sont plus précisément définis.
    12
    Jeudi 17 Décembre 2009 à 15:54
    Cet hiver 1940 m'a beaucoup marquée..Il fallait s'habituer aux autres qui allaient suivre !
    13
    Véro
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:06
    La pub s'est inscrite sur "écrire un commentaire", c'est pour cela que je ne voyais pas cette partie.
    Je voulais juste dire que d'un coup d'un seul, après la lecture de ce texte, c'est bizarre mais je n'ai plus froid du tout....
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    14
    fleur d'hiver (on pe
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:06
    Soyons optimistes : le froid ne va pas durer et Noel va réchauffer nos coeurs et surtout nos estomacs...  et je vous envoie les etoiles des petits enfants qui brillent dans leurs yeux en regardant le sapin alors qu'il gèle dehors(moins quatorze ce matin dans les Alpes).......
    15
    juvisienne
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:06
    bonjour...
    nous avions une salamandre dans la salle à manger... je pestais car j'étais de corvée ... pour "descendre les cendres"! et .. aller à la cave pour ramener le charbon! mais ça chauffait bien notre petit appartement...Un jour, que je venais de tisonner la salamandre, je m'aperçois que de gros flocons de neige commençaient à tomber. Fascinée, je reste là, bêtement, à béer... peu à peu la main qui tenait le tisonnier ... s'est posée sur l'autre avant-bras! quel réveil!!
    En classe, on courait autour des tables pour se réchauffer !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :