• Les années difficiles....la fin ou presque !

                                        Tout arrive...il suffisait d'un peu de patience ! bon d'accord, il avait suffi de beaucoup de patience... Depuis bientôt six ans nous étions en guerre, des familles entières avaient été séparées, décimées, dans le souci, dans la peine...Etres chers disparus à jamais, maisons détruites...Et pourquoi ne pas le dire tout simplement sans vouloir faire de misérabilisme, toute une jeunesse sacrifiée ! On a coutume de dire "c'est beau la jeunesse" , mais la nôtre, a-t-elle été bonne ? Pour employer une expression moderne, elle a été tout bonnement zappée...Même lorsqu'on voulait "faire comme si" pour agacer l'occupant, ce n'était qu'en surface ! le plus profond de nous-même était atteint. Peut-on véritablement s'amuser dans la peur ? Bien sûr, il nous arrivait de rire de tout et n'importe quoi ! Je viens de lire le très beau livre de Simone VEIL intitulé "UNE VIE", elle dont la jeunesse a supporté des choses terribles...Elle dit qu'au camp, il leur arrivait de rire. Mais heureusement que la jeunesse a cette faculté..."s'empresser de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer". Personnellement j'adore cette réplique de Figaro, même maintenant alors que je suis sur la fin de ma vie. Je me souviens de cette crise de rire que nous avons tous eue, immédiatement après le bombardement de Juvisy/Athis, alors que nous venions de sortir de l'abri et de voir ce désastre...Pour une seule phrase d'une petite fille innocente !

                                          Voilà donc ce 8 mai 1945 ! Quelle date importante ce fut et quelle journée ! C'était l'armistice tellement attendu et que nous avons fêté avec tant d'enthousiasme ! ouf....c'était enfin terminé ! on allait revivre comme avant - enfin, on l'espérait - . Pour ceux qui le pouvaient, les familles allaient être à nouveau réunies, les prisonniers, les déportés allaient revenir...On ne connaissait pas encore tout à fait l'ampleur du désastre de ce côté...Je me souviens que nous allions ma mère et moi à la gare de l'est à Paris, pour voir si, dans ceux qui rentraient, il y avait des amis de mon frère et les accueillir.  Nous avons appris qu'un de ses amis, déporté à Buchenwald, était décédé quelques jours avant la libération du camp...Je revois toujours ce grand et fort garçon, mort d'épuisement...et penser que cela il le devait à un habitant de Juvisy qui l'avait dénoncé alors qu'il s'apprêtait à rejoindre l'Angleterre....Insoutenable....

                                           Et la vie a repris son cours presque normalement (là, je suis très optimiste). La République française a été de nouveau instituée (exit l'Etat Français). Nous avons voté, même les femmes et ça, c'était nouveau puisqu'avant guerre c'était réservé aux hommes ! Les discussions politiques ont repris et ça c'était pas nouveau ! La normalité était revenue... Restait à reconstruire et à faire renaître la France de ses cendres. Il y avait du travail ! 

                                            En ce qui concerne le ravitaillement et les restrictions de tous ordres...bof...rien à signaler sur l'ensemble du front suivant la formule consacrée en 1940 ! On manquait toujours de tout ou presque, il y avait toujours des coupures de courant et de gaz .. Mais au moins, ça nous était imposé par les autorités françaises ! On ne pouvait quand même pas tout avoir, le beurre et l'argent du beurre ! le beurre, on n'en n'avait pas, l'argent pas beaucoup non plus.....Mais on avait le moral et il ne nous était pas rationné ! et nous étions libres ! Vous voyez bien qu'on avait de la chance et qu'il n'y avait pas lieu de se plaindre !

                                             Et voilà, notre jeunesse était terminée. C'est ça la jeunesse ? ah bon..........
    « Les années difficiles....mais vers la Libération..."simple souvenir".. »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :