• La vie familiale "d'avant".....

                            Quand les mamans ne travaillaient pas...

                        Au début du vingtième siècle et aussi entre les deux guerres, peu de femmes travaillaient "au dehors" comme on disait alors...Mais, à l'intérieur de chez elles, elles en avaient du travail ! travail non rémunéré, à peine reconnu parfois...Mais la plupart y trouvait une grande satisfaction...Travailler pour le bien-être et le bonheur de  leur famille, mari, enfants, était un devoir et un vrai travail. La mère était alors plus disponible. Elle était là pour s'occuper des petits quand ils n'allaient pas encore à l'école, puis ensuite, les conduire, les rechercher et, encore plus grands, les accueillir quand ils avaient l'âge de rentrer seuls...C'était très important...elles étaient à l'écoute de l'écolier qui racontait ses petits soucis, ce qu'il avait fait dans sa journée...et elle les aidait à faire les devoirs, à apprendre les leçons...A déjeuner, elle avait vérifié qu'ils mangeaient suffisamment, puis leur avait préparé un goûter qu'ils mangeraient s'ils restaient à l'étude surveillée... Très peu d'enfants mangeaient à la cantine, ou bien ils emportaient "leur gamelle"apportée de la maison, gamelle qui était ramassée par des élèves "de service" et que les enfants trouvaient chaudes à midi dans le réfectoire. Les "femmes de service" se chargeaient du réchauffage ! Certaines femmes travaillaient chez elle : couture, tricot, dactylographie, repassage...Tout était bon pour se faire "quelques sous" en plus !

                         Etre maman, c'était tout ça. Pas un instant de libre, mais ce manque de liberté était librement consenti, je dirais "presque avec plaisir". Quelques mamans n'avaient pas ce bonheur, parce que seules, ou avec un mari malade, ou sans travail...Et la guerre est arrivée en 1939. Les femmes ont dû faire face. Elles ont remplacé le père, le mari, le frère, tous retenus à d'autres occupations....Quel courage ! Et ensuite, les progrès sont venus qui les ont déchargées de certains travaux pénibles leur donnant un peu plus de temps....Et peut-être aussi ont-elles pris goût à s'occuper un peu plus d'elles, de leur aspect...Et il y a eu des garderies, des crèches où les petits sont bien entourés également...Puis on leur a fait faire des clés pour qu'ils puissent rentrer à la maison en l'absence des parents, et puis, et puis...La vie chère est arrivée, deux salaires sont appréciables, et les femmes ont pris conscience qu'elles pouvaient souvent égaler les hommes dans bien des domaines. Ne l'avaient-elles pas démontré pendant des années ?

                          Le cocon familial n'est plus le même...On ne réagit plus du tout de la même façon. Tout le monde s'est secoué et les habitudes de jadis sont tombées petit à petit...On peut le regretter, mais sûrement pas le critiquer. Est-ce l'explication de certains problèmes avec les enfants et les adolescents ? En partie peut-être...Les oiseaux ont besoin d'un nid..Tous les petits des animaux ont besoin qu'on les éduque. Les rapports parents/enfants ne sont plus les mêmes.

                          Et si, malgré la guerre, nous avions été les plus heureux ?


    « Conversation sérieuse....Quand le client était roi.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Février 2010 à 20:38
    C'est pour cela Geneviève qu'il m'arrive de songer à ce qu'aurait pu être la première moitié du XXème sans ces deux boucheries.Par rapport au XIXème, il y a eu des progrès en matière de liberté féminine fort heureusement.
    Un peu fatigué, je vous laisse en vous souhaitant une belle soirée. 
    2
    Lundi 8 Février 2010 à 23:20
    De nouvelles libertés pour la femme ont vu le jour. Dommage que cela soit dû en partie à la guerre.
    3
    Mardi 9 Février 2010 à 10:42
    Compte tenu de ce que tu relates et que j'ai bien connu puisque pratiquant , je suis amusée parfois de compter le nombre de repas que j'ai dû préparer et servir pendant des années à MA tribu - pour ne parler que de ça (hihihi) Moi ce qui m'a ulcérée quelque part c'est que le Gouvernement de l'époque , pas plus que les suivants , n'ont tenu leur promesse d'accorder à la mère au foyer , une petite allocation - un époux généreux qui me laissait toute la gestion de SON salaire ne me permettait pas , en conscience , d'en distraire le moindre centime à mon profit , et même un café à la terrasse je ne me serais jamais permis , ç'eût été l'ôter à mes enfants ! Aujourd'hui je reste convaincue qu'aucune mère ne devrait travailler à l'extérieur avant que son enfant ait atteint l'âge de trois ans ! Ne nous étonnons pas de voir la jeunesse complètement déboussolée ...plus de mère à la maison !!!  Quelle différence avec un régime soviétique qui obligeait les mères à confier leurs mômes à des étrangères , pour aller bosser dans un kolkoze ? moi je n'en vois aucune ! Mais n'est-ce pas ....la tirelire fonctionne pour les élites ( auto-proclamées urbi et orbi par le moyen du fric )  Bonne journée 
    4
    Mardi 9 Février 2010 à 11:06
    J'ai été mère au foyer pendant plusieurs années, ma retraite est moins forte, mais je ne le regrette pas...On se serrait un peu (beaucoup !), mais j'étais là.Malheureusement, on considère que la mère au foyer n'a rien à faire ! quelle aberration !
    5
    Mercredi 10 Février 2010 à 16:58
    Mais nous sommes dans un monde aberrant où la dimension Humaine n'a plus sa place ! Les dérives grâves touchant tous les secteurs , de la Santé à la Police , nous sommes en passe de rejoindre des pays sous-développés ! Alors que De Gaulle avait sauvé le Pays au sortir de la terrible guerre contre le nazisme ! J'hallucine quand je vois la progression effrayante de gens mal traitès , brutalisés , enfants ou SDF ...La France est dans le malheur ...mais ça ne gêne en rien ceux qui pètent dans la soie , à nos frais !!! Pardon ...Un jour on en sortira bien de ce bourbier !
    6
    Mercredi 10 Février 2010 à 18:09
    On appelle ça le progrès...
    7
    Mercredi 10 Février 2010 à 19:25

    La vie familiale ne peut plus être la même, il n’y a plus de parent au foyer ! C’est vrai que la femme a le droit de travailler. C’est vrai que la course à la consommation demande plus de revenus. Mais il n’y a pas de « boulots » pour tout le monde… Alors le chômage grossit. Et il y a des enfants en manque de structure, livrés à « on ne sait qui » et parfois à personne sauf à eux-mêmes avant qu’ils n’en soient capables… Mais il y a une éducation nationale sur laquelle on fait porter la responsabilité des parents… et ça devient insupportable, ingérable… et ça rend le métier d’enseignant cauchemardesque… Mais…

    Votre avis est si vrai !

    Avec amitié. Loic

    8
    Mercredi 10 Février 2010 à 22:35

    On pourrait épiloguer des heures sur ce sujet ! C'est un transfert de responsabilités...Moi aussi, je plains les enseignants...
    Amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :