• La multiplication par trois...ou plus !


                                          Dis maman, tu m'achètes...?

                                          Un sketch d'Anne Roumanoff que je viens "d'apercevoir" à la télévision , me rappelle bien des souvenirs de ma vie de jeune mère ! Dans ce petit sketch elle voulait qu'un spectateur monté sur scène avec elle, démontre qui "commandait" lors de courses au super-marché avec un enfant .... Souvenirs, souvenirs.....

                                          Pas de super-marché quand mes enfants étaient  très jeunes, mais des commerçants plein la rue, et le marché ! Quelle mine d'or pour des envies de bonbons ou autres gâteries, de petits joujoux à trois sous mais qui semblent merveilleux ! Curieusement, mes envies n'étaient pas les mêmes et la rue de Charonne à PARIS me voyait plutôt m'arrêter chez le marchand de légumes, le boucher, le poissonnier. Pas de quoi rêver, mais de quoi compter, ça oui ! Qu'on le veuille ou non, trois enfants plus les parents, ça fait cinq bouches à nourrir ! Alors en dehors des bonbons apportés par les grands-parents...je n'ai pas besoin de faire de dessin ! Il y avait quand même le boulanger qui vendait outre le pain et ce qu'on appelle maintenant la viennoiserie, des petits sucres-d'orge auxquels étaient attachés bague, avion ou autre cadeau... Et ça, c'était tentant pour des petits pas encore férus de comptes sordides et de fin de mois difficiles.... Alors, la réponse de la pauvre maman à cette question traditionnelle "dis maman, tu m'achètes ..." ne variait pas. Elle, bien que nulle en maths depuis la nuit des temps, savait tout de même que 1 franc de l'époque, multiplié par 3, ça faisait 3 francs ! Pas besoin de sortir de Polytechnique et surtout pas question de faire des différences. Ou personne, ou tout le monde...alors c'était personne. J'ai bien entendu un jour cette petite voix douce de ma fille dire à son jeune frère "ne réclames pas, tu sais bien que maman n'achète rien, elle achète juste à manger "...!  Et pan ! ça c'était envoyé...La vérité sort toujours de la bouche des enfants dit-on . Et c'était vrai . Mais ce n'était pas de gaieté de coeur, j'aurais bien voulu quelquefois faire une entorse au règlement... Oui, mais...On dit qu'impossible n'est pas français ? Je puis certifier que là, ça l'était !

                                           Impossibilité mise à part, je crois que de toute façon, j'aurais refusé . Question d'éducation. Est-il si bon que des enfants fassent "le siège" de leurs parents dans les magasins pour obtenir ce qu'ils veulent. Qui doit céder ? Comme demandait Anne Roumanoff à ce monsieur, qui commande ? La réponse me semble simple : les parents. Les éducateurs, ce sont eux (en principe). Et ce n'est pas ne pas aimer fils ou fille  que de lui refuser des choses inutiles, qui peuvent même être nuisibles à sa santé. Ne pas refuser "pour refuser" et indiquer par là qui détient le pouvoir ...ça non ! Mais refuser parce qu'il le faut, qu'un mois a 30 ou 31 jours et que ça semble bien long parfois et que les estomacs vivent plusieurs fois par jour pendant ces 31 jours...ça y est, me voici lancée dans des calculs ! heureusement, je n'ai eu que trois enfants ! et six petits-enfants pourvus de maris ou femmes maintenant, et trois arrières-petits-enfants....

                                          Je ne suis toujours pas bonne en math, j'évite de faire les multiplications ! Surtout depuis l'arrivée des euros !

    « Ce frère dont j'étais si proche...Petite histoire...pour un dimanche.. »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Janvier 2009 à 18:37
    Bonsoir,
    Cet amour de l'équité, je l'ai connu, enfant d'une famille de sept frères et soeurs, dans le Morlaix de mon enfance !
    Merci de tes commentaires et à bientôt. Amicalement. Loic
    2
    Lundi 26 Janvier 2009 à 09:58
    Faire les courses avec des enfants relève parfois de l'exploit !!
    Pour ma part, quand mes enfants étaient petits, je n'avais pas trop à me plaindre car dans l'ensemble les courses se passaient bien.
    passes un bon lundi, très pluvieux chez nous. 
    3
    Vendredi 30 Janvier 2009 à 12:07
    pareil chez moi, j'avais l'habitude de traîner mes 5 enfants partout avec moi, y compris faire les courses, alors si je cédais à l'un, il aurait été difficile de refuser aux autres.... donc c'était systématiquement non, quitte à leur offrir des petites surprises par la suite, sans raison et sans qu'ils s'y attendent : tout le monde était ravi. Ils ont grandi comme ça, et je n'ai pas à me plaindre, contrairement à certains parents qui doivent subir des hurlements aux caisses des magasins
    ps- Mais les coquins se rattrapaient chez les grands-parents, chez qui ils allaient chacun leur tour..

    Très belle journée à vous, Geneviève !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :