• La joie dans les yeux...

                         Toujours des souvenirs...

     

                         Puisqu'on parle beaucoup de Noël et de cette période, il me revient à l'esprit les premiers Noëls de mes enfants ! Quoi de plus beaux que les yeux émerveillés des tout-petits regardant l'arbre de Noël...Je me souviens du premier arbre de notre fils aîné. Il avait 16 mois. Lorsque mon mari a allumé le sapin, le petit battait des mains et avait arrondi sa bouche pour lancer des sons...Il ne savait pas parler, mais son visage parlait pour lui !

     

                          Même chose pour les petits qui ont suivi et sont venus compléter le trio ! Et comme l'arbre était de plus en plus grand et de plus en plus décoré, les mêmes visages heureux et admiratifs nous remerciaient du mal que nous nous étions donné. Surtout pour le papa qui avait rapporté le sapin en le transportant dans l'autobus ! Point de voiture à l'époque et on ne reculait devant rien pour faire plaisir...Mais la récompense était là, chacun voulant toucher avec ses petits doigts toutes les merveilles...

     

                          Bien des années plus tard, ce sont les petits-enfants qui poussaient des cris joyeux et admiraient le travail du grand-père ! C'est que c'était tout un travail...entre la grande crèche provençale et le sapin à décorer, Patou ne manquait pas d'occupations !

     

                          Rien n'a changé. Les parents préparent cette fête avec amour. Et dans presque tous les foyers, il y aura des yeux émerveillés. Et les paquets qui seront ouverts fébrilement avec une pensée "pourvu que le Père Noël ne se soit pas trompé "! Malheureusement, il y aura les "laissés pour compte". Des enfants dont les parents aimants cependant, ne pourront exaucer les souhaits par suite de la crise, du manque de travail...Ces petits n'auront pas de joie dans les yeux et c'est inacceptable ! Quoi de plus triste que des yeux d'enfants qui ne "pétillent pas" ? Pensons-y en ces jours de préparation de cette grande fête.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Souvenirs anciens...Ne rien cacher ?... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Décembre 2013 à 16:54

    Geneviève, vous avez le chic pour m'émouvoir, non pas que je sois insconsciente avant de vous lire mais vous faites vibrer ma corde sensible chaque fois. Combien de gamins laissés pour compte pendant que d'autres sont trop gâtés ?

    Combien de gaspillage chez les uns alors que les autres n'ont rien ? Ni cadeaux ni tendresse. Des parents aimants sont capables de faire des miracles et quand l'amour est là, je crois que les cadeaux sont moins importants.

    Il est vrai que les besoins créés sont nombreux... C'est encore une longue réflexion qui peut découler de votre question : "quoi de plus tristes que des yeux d'enfants qui ne pétillent pas ?" La société crée des besoins artificiels, les parents se laissent entrainer.

    Je pense à mon petit fils qui rêve d'une "tablette", ses parents ne veulent pas lui offrir ça maintenant : trop jeune, il n'a que 4 ans. L'an dernier, après avoir apprécié ses cadeaux dont la ferme Playmobil dont il rêvait, il a passé avec sa sœur un très long moment à jouer dans des cartons qui sont devenus tour à tour : voiture, bateau, avion, maison. L'imagination marche toujours.

    Pour combattre la fièvre acheteuse, il faut penser à donner, à recycler. Il faut revenir aux valeurs de partage.

    Bonne fin de journée. Je vous embrasse.

    2
    Mardi 3 Décembre 2013 à 19:23

    Les valeurs de partage...belle phrase qu'on oublie un peu trop sans doute !
    Les enfants apprécient leurs jouets, mais je me souviens de mon fils aîné qui avait joué toute la journée avec une étiquette dorée attachée au cou d'une poupée qui avait coûté très cher à mon père ! Ce qui a fait dire à ce dernier "la prochaine fois, je n'achèterai que l'étiquette !"
    Je suis heureuse d'avoir le chic pour vous émouvoir ! quel pouvoir je détiens !
    Je vous embrasse Françoise.

    3
    Mercredi 4 Décembre 2013 à 11:12

    c' est vrai que la préparation du sapin et des décors apportaient déjà la joie des enfants, qui trépignaient d' impatience pour le fameux grand soir où au pied de l' arbre se trouvaient les cadeaux.

    Je constate qu' aujourd' hui, les traditions se sont un peu perdues, que l' arbre est souvent en plastique, et que la crèche est absente.

    Il est bien triste qu' en ce jour de fête beaucoup d' enfants ne vivront qu' un jour comme les autres.

    Souhaitons que les mairies puisse y remédier, en les invitant à recevoir quelques cadeaux !

     bonne journée

     bisous


    4
    Mercredi 4 Décembre 2013 à 13:44

    La crèche souvent absente...exact. Et beaucoup d'enfants regarderont leurs souliers vides...Espérons pour eux...et pensons à eux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :