• "L'entêtement des maîtres d'école, jadis..."

                   N'avait pas de limites...

                   Est-ce parce que je me suis souvenue hier de ce zéro qui accompagnait le "5 fautes" en dictée, que cette petite histoire qui était racontée par mon père m'est revenue à l'esprit ? C'est fort probable...S'il n'est pas question de fautes, il est question de "calcul", autre bête noire de certains écoliers...

                   "Le petit Toto pleure avant de partir pour l'école et dit surtout qu'il ne veut plus y aller. Son père se demande pourquoi et pose la question à Toto : "l'année dernière, tu aimais l'école et tu étais content d'y aller, alors pourquoi ce n'est plus la même chose ? tes copains ne sont pas gentils ?" "Non, répond le gamin, ce n'est pas ça...mais c'est le maître, il en a toujours après moi...Il ne m'aime pas"..."Ah ben alors, je vais aller le voir et lui demander des explications" répond le papa bien ennuyé. Le voilà parti en "traînant" Toto vers une confrontation maître/élève ! Arrivé à l'école, il se présente au maître et lui explique le but de sa visite...Le maître se défend bien entendu de prendre Toto "pour une tête de turc" comme on disait alors ! Et il dit au père, "attendez Monsieur, vous allez voir ! " Se tournant vers Toto, il lui dit brusquement "1 et 1, ça fait combien ?" Le gosse se met à pleurer et à crier en s'adressant à son père "Tiens, tu vois, le voilà qui recommence" !!!

                   Pauvre gamin ! on comprend que ce maître n'était pas fait pour lui....

                   Histoire courte, juste pour sourire !

    « Cinq fautes = zéro....Réouverture du Zoo de Vincennes.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Avril 2014 à 16:07

    Anecdote inverse (mais vraie, elle) :

    Bien avant que ce soit à la mode chez les Inspecteurs, je commençais tous mes cours de maths par une séquence de Calcul Mental. Dès la 6ème/5ème, j'apprenais à mes élèves à faire des calculs de fractions de tête.
    Par ailleurs, histoire d'aérer la salle, je ne refermais pas la porte d'entrée tout de suite.

    Un jour j'ai posé à un élève cette question :
    "Combien font les 5 tiers de 24 ?"
    Sans une seconde d'hésitation le môme me répond : "40" (je vous expliquerai plus tard comment il avait fait).

    Il se trouve que le Principal errait dans le couloir et a entendu ça. Il entre et demande :"Qui vient de répondre ça ?".
    Le gamin, un peu apeuré, lève le doigt : "C'est moi, Monsieur".
    Et le Principal l'a chaudement félicité ! (Oui c'était la bonne réponse).
    Et c'est d'autant mieux que le gamin en question était un "prétendu mauvais élève" !

    Comme quoi...

    [Pour les non-matheux : comment le gamin avait-il pu me répondre aussi facilement ?
    En appliquant une règle simple : "On divise par en bas et on multiplie par en haut". Règle que je leur inculquais. (Vous remarquerez que je ne prononçais pas de gros mots comme "numérateur" ou "dénominateur").
    Et dans le cas de 5/3 de 24, ça nous donne :
    24 : 3 = 8
    8 x 5 = 40
    Simple et efficace.
    Les gamins adoraient.]

     

    2
    Vendredi 11 Avril 2014 à 16:45

    Formidable et très efficace cette technique....Et en plus, pour les enfants, c'était "comme un jeu". J'espère que l'Inspecteur vous a félicité !
    Mauvaise en maths, j'avais un jour été la seule à avoir résolu un problème d'algèbre...Ma réponse étant différente de celle des autres, je croyais avoir tout raté, comme d'habitude ! mais parfois, il y a "comme un trait de génie"....

    3
    Vendredi 11 Avril 2014 à 17:14

    il y a des choses qui restent, comme  Mais où et donc or ni car, que moi je retenais  en et ni mais car or donc.

    Je n' oublierai jamais que j' avais répondu noir à la question : quelle est la couleur du cheval blanc d' Henri IV !

    En ce temps là, on aimait son instituteur !

     Bonne soirée

     bisous

    4
    Vendredi 11 Avril 2014 à 18:03

    Les instituteurs en "imposaient" par leur savoir, leur tenue...On les aimait et on les respectait.
    Et pourtant, ils étaient sévères. Moi, je n'ai eu que des institutrices et des profs femmes, mais c'était la même chose.

    5
    Samedi 12 Avril 2014 à 09:19

    Les institutrices était un peu rustres, mais on apprenait.

    Je garde de très bons souvenirs d'école.

    J'ai bien souri avec l'histoire de Toto.

    Bon week end ensoleillé

    6
    Samedi 12 Avril 2014 à 09:27

    Bonne journée à vous . Ici, le soleil a du mal à se montrer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :