• Je me souviens.....

                        1er octobre....

     

                         Je crois la sentir encore cette odeur de cire avec laquelle nous avions astiqué cartable et trousse de l'année précédente afin de leur redonner un petit air de "neuf" ! Année précédente ? non, "années précédentes"... C'est que d'une année sur l'autre, tout devait resservir ou presque ! Il faut dire que nos accessoires principaux étaient en bon cuir, solide...Une poignée du cartable avait-elle des envies d'évasion ? Le cordonnier était là pour réparer et recoudre !  Pour la trousse, si elle avait droit à un "ravalement" extérieur, son intérieur était complètement revu et...corrigé ! Du crayon d'ardoise à la gomme encre/crayon, du crayon de papier aux crayons de couleurs en passant par les porte-plumes, tout, tout, tout était remplacé...Nous n'allions tout de même pas entamer une année nouvelle avec des crayons sur lesquels on s'était un peu fait les dents ou qui avaient diminué de moitié à force d'être taillés ! Non, tout était à l'état neuf...

     

                         Et nos tabliers (noirs pour les filles, blouses grises pour les garçons), étaient neufs aussi, achetés en magasin ou cousus par les mamans...Ce qui importait, c'était la couleur uniforme...Pas de marques, pas de mode ou si peu...La seule différence acceptée était la qualité du tissu et/ou la forme du tablier...

     

                         Fins prêts le 1er octobre (ou le 2 ou 3) garçons et filles partaient pour l'école (pas la même), le coeur un peu serré à l'idée de changer de classe, changer de maître ou maîtresse et souvent de quelques camarades...Il y avait les nouveaux et les nouvelles, et ceux et celles qui redoublaient .... Arrivés dans la classe, nous écoutions les directives des instituteurs et institutrices qui nous faisaient ainsi un premier cours de morale ! Puis, moment tant attendu : distribution des livres, des cahiers (du jour, du soir, de composition, de rédaction...), et aussi pour ceux ou celles dont les parents n'avaient pu en acheter, distribution de porte-plumes, plumes, crayons, gomme, ardoise, crayon d'ardoise.....enfin de quoi garnir les trousses un peu vides pour certains. C'est que les parents n'étaient pas trop fortunés pour certains.

     

                          Et le soir, à la maison, séance de protection des livres ! Il fallait les couvrir de papier bleu, beige, rouge, vert...et apposer dessus une étiquette portant vos nom, prénom, classe dans laquelle vous étiez... C'était un vrai travail pour lequel les parents aidaient beaucoup en principe !

     

                          Et voilà ! nous étions "en piste" pour dix mois, avec quelques interruptions pour vacances à Noël, à Pâques et uniquement quelques jours à la Pentecôte....

     

                          Tout ce récit concerne l'école primaire. Ensuite, peu de différences si ce n'est les fournitures scolaires entièrement à la charge des parents, livres compris ! Pas d'allocation de rentrée scolaire. Chacun avait son "truc" pour essayer de payer moins cher...

     

                          C'était un peu de mon passé....

    « Et si on riait un peu....."Ah ! ce petit vin gris..." »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Octobre 2012 à 16:14

    Souvenirs d'enfance !

    2
    Lundi 1er Octobre 2012 à 22:52

    Un passé que j'ai un peu connu : bourreliers réparant "les cartables", cirage des trousses, boites de plumes Sergent-Major, crayon d'ardoise, cahier d'essai, du jour, du soir, de poésies...et globes allumés dans la classe où s'ébattaient quelques mouches fébriles.

    3
    Lundi 1er Octobre 2012 à 22:59

    Il y a des règles à respecter et je ne pense pas que cela ait changé (je parle du respect des règles, pas des règles elles-mêmes !) Chacun les adapte suivant son caractère, chaque personne étant unique...Mon frère et moi étions totalement différents. Lui intelligent, travailleur et sachant où il voulait aller. Moi, pas trop sotte, pas trop travailleuse, comptant sur ma mémoire et peut-être sur ma chance ? Mais nous étions identiques concernant l'éducation et l'obéissance à l'école...!C'est un important apprentissage que la vie d'écoliers, et tout compte, même les cartables et les trousses !
    Procédure raide, gestion plus souple de l'inattendu ? Tout dépend de l'enfant...nous l'avons vu avec nos trois enfants...
    J'ai bien aimé votre commentaire. Merci.Bonne nuit.

    4
    Lundi 1er Octobre 2012 à 23:07

    Mes enfants ont un peu connu ce passé...je crois que tout a changé surtout après mai 1968 ?
    Celui dont je me souviens aujourd'hui date....des années 1930 (même fin des années 1920 !!!) C'était hier !
    Bonne soirée.

    5
    Mardi 2 Octobre 2012 à 08:13

    Bonjour

    C'est tout à fait ça à part que je n'ai pas connu les blouses grises.Mais nous étions obligées de mettre une blouse.Maman qui cousait très bien nous les confectionnait à ma soeur et moi .Les fournitures ,la même chose .Je reprenais mon cartable de l'année d'avant .(je me souviens de ne pas en avoir usé beaucoup).Mon écoleje vais souvent la voir quand je repars chez moi ,toujours" école des filles ,école de garçons "

    Je revois encore la disposition de mes classes et j'entends encore les pas dans l'escalier de notre directrice d'école qui venait nous donner notre classement.

    Ah c'est toute une époque ! mais je vais vous avouer une chose (j'en ai déjà fait un post sur mon blog une fois)je me suis sauvée de mon école jusque l'âge de  10 ,11 ans .Je profitais de la récré,sous le préau ,il y avait une petite porte ...J'allais me promener dans le bois (vous rendez compte,quand j'y pense )ou je repartais chez moi.Mes parents me ramenait bien entendu .

    J'étais déjà un cas ! pour mes parents et l'école .Après tout a changé bien sûr ,le collège  etc....

    Vous nous faîtes ressurgir les souvenirs là !

     

     

     

     

     

     

    6
    Mardi 2 Octobre 2012 à 08:25

    Je suis bien heureuse de faire ressurgir vos souvenirs (soyez sans crainte, ils reviendront d'eux-mêmes quand...vous vieillirez !) Les souvenirs sont faits de "visiuel" et d'odeurs, ce qui explique que je m'imagine sentir encore cette odeur de cire...Je prends plaisir à me remémorer cette période de ma prime jeunesse !

    7
    Mardi 2 Octobre 2012 à 09:24

    et bien tu veux que je te dise, au vu de ce qu' on entend de nos jours, je préfère et de loin un passé que tu décris si bien, et qui fut aussi le mien !

     bonne journée

     bisous

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Mardi 2 Octobre 2012 à 09:50

    Et puis ce passé, on l'aime parce que c'était le nôtre ! Il avait son charme...plus poétique sans doute !
    Bonne journée.

    9
    COTENTINE
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:46

    Ce n'est plus le LA ,c'est toute la portée que vous nous offrez ! MAGITTE ,il faut absolument que vos billets soient édités! que de souvenirs !l'odeur de la trousse est près de moi,l'odeur de la colle qui avait un goût d'amande,l'éponge dans sa petite boîte,l'odeur,de la craie,qui s'incrustait dans nos vêtements! Souvenez vous MAGITTE ,comme nous étions fiers d'aller essuyer le tableau noir,ATCHOUM!!!!Nos pupîtres étaient reluisants,car avant de partir ,le 14 juillet ,en vacances ,nous les avions frottés au morceau de verre et au papier de verre ,et recouverts d'une bonne couche de cire d'abeilles.J'aimais ranger,les crayons ,le porte plume  AIE çà pique,la gomme bien blanche,le crayon d'ardoise,le taille crayons ,dans cette trousse à plusieurs volets Comment étiez vous coiffée? chouquettes,tresses,nattes ,anglaises  ou avec ,ce gros chou en satin ,posé sur notre tête?  et ce petit encrier blanc ,rempli d'encre violette  AH ,les pâtés et les doigts ,que d'aventures ,ont'ils connus du PICASSO !  MADAME MAGITTE ,faites nous une confidence:aviez vous gravé le nom d'un petit copain sous l'abattant de votre bureau ? attention,les doigts ,çà pince ,ces bureaux là ,mais çà gardent les secrets. 

    10
    Pimprenelle
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:46

    Jadis la rentrée scolaire était une vraie "check-list". Mais la question d'apprentissage de l'enseignement l'est également. Pour une raison très simple : elle ne permet pas l'inattendu. On peut donc opposer une personne qui suivrait le mode d'emploi à la lettre, qui contrôlerait parfaitement la procédure, en toute rigueur, et quelqu'un qui ne serait pas dans la procédure mais qui serait suffisamment attentif pour prévoir l'inattendu. L'enseignement que vous avez connu, m'intéresse, car on ne peut apprendre que par l'entraînement, lequel demande du mime et de la répétition. Voilà d'où vient la raideur de la discipline : la répétition pour que le corps puisse l'intégrer, c'est l'entraînement. L'enseignement anglo-saxon est basé sur la procédure, tandis que nous Latins, rions de cela. Parce que nous savons que chaque personne est unique, originale, que chaque conduite est particulière, nous sommes constamment en train de gérer l'inattendu. Deux populations, deux manières d'apprentissage : la procédure raide, et la gestion plus souple de l'inattendu. A chacun de choisir ! Intéressant votre billet . Bonne soirée. Amicalement, Pimprenelle.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :