• Jadis....une journée bien remplie !


                                          La femme au foyer....

                                          Peu de mères de famille avant la guerre, "travaillaient au dehors" comme on disait alors ! Et pour cause ! Le travail à la maison suffisait amplement à leur garantir des journées bien remplies...Depuis le lever de très bonne heure, la préparation du petit déjeuner, la surveillance des enfants qui devaient aller à l'école...pas le temps de penser à autre chose ! Pour le petit déjeuner, il fallait déjà moudre le café avec ces bons vieux moulins si sympathiques à admirer maintenant...première fatigue...pendant que le feu était allumé ou, comble du modernisme que le gaz était allumé et que l'eau était mise à bouillir ! On avait l'habitude, mais tout de même...Puis il fallait installer les enfants à cette table du petit déjeuner et veiller à ce qu'ils ne s'attardent pas trop pour ne pas être en retard à l'école ! Et  leur faire faire au moins un brin de toilette, ce qu'ils escamotaient facilement si la mère n'y prenait garde ! Lorsque tout le monde était parti, les enfants à l'école, le mari à son travail, les affaires sérieuses commençaient...Ménage tout d'abord, balayer, essuyer la poussière, faire les lits après les "avoir mis à l'air"...Aller faire les courses, préparer le repas...se dépêcher toujours...Entre temps, lessive, repassage tout ça sans appareil ménager, s'occuper du jardin si vous aviez la chance d'en avoir un, et parfois aussi s'occuper des habitants du poulailler... Et voilà, les enfants rentraient pour le déjeuner....La mère n'avait pas encore trop le temps de s'asseoir...Servir les affamés, intervenir dans les disputes entre frères et soeurs, vérifier que chacun, bien nourri, repartait à l'école avec les mains propres et un nouveau coup de peigne donné à la va vite...Ne pas oublier le petit sac à goûter.... Ouf ! enfin seule jusqu'à au moins 16h.30 ou 18 heures si votre petit monde restait à l'étude...Seule ? oui mais pas inoccupée ! Coudre, raccommoder (les chaussettes s'usaient vite et...on les reprisait), tricoter des vêtements, préparer la soupe pour le soir...Après le retour des enfants, surveiller les devoirs, faire réciter les leçons....S'occuper à nouveau de la toilette et envoyer tout ce monde au lit ! Ranger, faire la vaisselle et se mettre enfin au lit pour un sommeil réparateur (?) pas toujours ! Fourbue, rompue, la mère pouvait enfin dormir un peu...à la condition qu'aucun des enfants n'ait de problèmes, ne tousse, ne soit malade.....

                                             Vous pensez que j'exagère, que je noircis le tableau ? Mais non ! C'est ce que j'ai vu faire à ma mère jusqu'à la guerre. Ah ! oui, elle aurait aimé aller travailler à l'extérieur, mais qui aurait fait ce travail de forçat qu'était le travail des femmes ? Et quand elle entendait dire "elle ne fait rien, elle reste à la maison", elle pensait que ce n'était pas très juste ... Et que dire des quelques femmes qui, en plus du travail à la maison, allaient travailler parce que le mari ne gagnait pas assez ? Pas étonnant que les femmes soient alors "vieilles" avant l'âge...Et on parlait des "faibles femmes" ! C'est un comble ça ! Elles étaient fortes, moralement et physiquement.... Elles ont su  le démontrer pendant la guerre. Sans être féministe, je trouve que leur rendre justice maintenant est tout à fait normal ! Redressez-vous Mesdames, les hommes ne peuvent que vous admirer ! Il n'y avait jadis pas de "Journée de la Femme".  Quelle injustice ! Faisaient-elles les 35 heures ? oui, certainement, mais dans une journée! La femme l'égale de l'homme ? non, elle est plus forte ! (aïe, qu'est-ce que je vais prendre !).

                                               Tous les progrès qui rendent le travail des femmes moins pénible, ne leur permettent pas toujours d'avoir plus de temps pour elles. Non, elles sont un peu moins fatiguées et très souvent maintenant aidées par leurs maris. Ce n'était pas le cas jadis....Tout évolue heureusement....Encore un petit effort et on verra Madame lisant son journal dans son fauteuil, pendant que Monsieur s'activera à tous les travaux ménagers ! Quelle revanche !

     

                                            

    « Quand commençait la semaine.....Le métro parisien....jadis ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Mars 2009 à 12:32
    hum... je crains que la revanche ne soit pas pour demain, enfin pas encore !
    s'il n'y avait eu des progrès technologiques, sûr qu'on ne pourrait pas passer plusieurs heures par jour sur nos blogs
    Mais il y a quand même du boulot pour faire comprendre aux hommes (pas tous heureusement, j'en connais de sensés) la réalité de l'entretien d'une maison, d'une famille..
    Pas plus tard qu'hier, mon grand fils a refusé de me rendre un service dans la maison, sous prétexte que maintenant il travaille, il est fatigué (et il a surtout envie de se planter devant son ordi:), tout ça parce que moi, en ce moment, je ne travaille pas à l'extérieur... mais il est bien content d'avoir son linge propre et frais, de se mettre les pieds sous la table, etc et j'en passe..
    J'étais choquée car ce n'était pas du tout son habitude de raisonner ainsi, alors est-ce l'influence de ses collègues masculins ?
    pfff c'est malin, toute une éducation à refaire
    2
    Mardi 10 Mars 2009 à 13:31
    Si la revanche n'est pas encore pour demain, ça s'arrange quand même un peu ! Moi, je me souviens de mon père, klaxonnant lorsqu'il arrivait, pour que ma mère aille lui ouvrir les portes du garage et portail...pour qu'il ne descende pas de voiture ! Ce n'est plus le cas je crois ! J'ai eu la chance d'avoir un mari qui m'aidait beaucoup, avec humour il dsait "on s'est mis à deux pour faire les enfants, c'est normal qu'on se mette à deux pour le travail !!!" Mon père d'ailleurs n'admettait pas ça en disant que ce n'était pas son rôle !
    Pour votre fils, c'est un mauvais moment à passer...Il doit se sentir fier de gagner sa vie et écouter les autres un peu trop ?
    Bon courage
    3
    Mardi 10 Mars 2009 à 13:36
    oui, vous avez sûrement raison pour mon fils, Geneviève ! Merci de me rassurer,
    et pour la porte du garage, ouf oui, ce n'est plus comme ça heureusement
    4
    Mardi 10 Mars 2009 à 19:10
    Geneviève, votre mari était ultra moderne, non?
    Je ne pense pas être féministe, je pense qu'à la fois on n'a pas grand chose en commun, les hommes et nous, et en même temps, on se complète. On leur a pris pas mal de leurs prérogatives mine de rien et on ne leur a rien donné en échange (en tout cas, je ne vois pas quoi...). Ils se font même draguer maintenant! Les filles/femmes donnent leur n° de téléphone sans aucun complexe et surtout sans qu'on leur demande rien et eux (majoritairement) sont assez effrayé de cette "virilité".
    Comme je le disais sur je ne sais plus quel post, la journée de la femme, je trouve ça débile. Moi, ce que je veux, c'est être respectée, entant qu'individu et non pas en tant que minorité (in)visible.
    Bonne soirée.
    5
    Mardi 10 Mars 2009 à 19:27
    Vous avez mille fois raison Véro ! Mon mari n'était pas ultra-moderne, il avait simplement du bon sens. Et il avait été habitué à voir sa mère travailler à l'extérieur et à aider à la maison !On s'aidait bien mutuellement.
    6
    Mercredi 11 Mars 2009 à 09:44
    Pour la journée bien remplie, vous avez raison.
    A l'époque ma mère ne travaillait pas et elle faisait le travail intérieur mais elle s'occupait aussi du jardin.
    Elle repassait tout, des dessous (ce n'était pas les dessous d'aujourd'hui, lol) jusqu'à l'immense drap en lin qui pesait 10 tonnes en par les gants de toilette, serviettes, et j'en passe !!!
    De nos jours, les journées sont, pour certaines d'entre nous, moins pénibles mais toujours aussi remplies. Encore que mon jardinier adoré m'aide bien et que les enfants sont grands. 
    Il m'arrive encore de repriser les chaussettes ou certains sous-vêtements !
    Bon mercredi Geneviève. 
    7
    Vendredi 13 Mars 2009 à 10:37
    Votre mari Geneviève avait de l'humour et du bon sens.Je suis d'accord avec Véro pour ce qui est de la journée de la femme !
    Je suis d'ccord avec vous quand vous dites que le travail pénible vieillissait prématurément les femmes : je crois que j'en ai déjà parlé, mais notre cuisnière de la cantine à l'école publique, en 68, me paraissait avoir la soixantaine.Je viens de la revoir sur le journal régional où elle fêtait l'anniversaire de ses noces.A l'époque elle n'était âgée que de 40 ans au maximum.
    Bonne journée Geneviève.
    8
    Vendredi 13 Mars 2009 à 12:03

    La Journée de la femme, une journée spéciale parmi tant d'autres ! Je ne suis pas trop féministe ! Mais rien n'empêche de reconnaître leurs mérites. Elles avaient jadis un rôle de servante, ce qu'heureusement elles n'ont plus.

    Merci de vos visites.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :