•                     Histoire macabre...

     

                        L'histoire se passe au Commissariat de Police d'ATHIS qui avait eu l'honneur de m'avoir comme employée ! Le commissaire était un peu "potache", reste de ses années d'études sans doute ! Dans son bureau, il y avait un radiateur de chauffage central qui fonctionnait...comme fonctionnait le chauffage pendant la guerre ! Douce tiédeur, juste assez pour ne pas avoir l'onglée...Sur ce radiateur étaient posés des livres et un cendrier, le tout pour la décoration. Le cendrier ? curieuse pièce, d'un modèle peu courant.

     

                        Un jour, le commissaire jette dans ce cendrier la moitié d'une cigarette...s'apercevant immédiatement de son erreur, il refuse de la reprendre et de la fumer...Bon, c'était lui le maître après tout ! Entre un Inspecteur qui se met à discuter et qui aperçoit cette cigarette. Horrifié, alors que le tabac était contingenté, il demande qui avait bien pu gâcher ça ? Le commissaire se nomme et lui dit qu'il n'en veut pas et qu'il lui permet de la prendre...Pendant la guerre, il n'était pas rare de voir les messieurs utiliser les mégots qui traînaient à droite ou à gauche, et celui-là était de taille ! Bonne aubaine pour l'inspecteur qui le prend, le rallume avec bonheur. Et regardant le cendrier de plus près, il dit au commissaire qu'il le trouve curieux avec ses petits dessins rouges qui le décoraient comme des fils...Rire du "patron" qui avoue que le "cendrier" lui avait été donné la veille par un médecin-légiste, au cours d'une autopsie...C'était le dessus de la boîte crânienne de l'autopsié, encore trop fraîche...Il l'avait posé sur le radiateur pour...le faire sécher et dans la foulée faire une bonne blague ! Mais lui, ça le dégoûtait....quelle horreur !

     

                           Et j'ai appris ce jour-là qu'il n'était pas bon pour des nouveaux, d'assister à des autopsies...On ne les ménage pas !

     

                          

     

                         

    Google Bookmarks

    12 commentaires
  •                     Permises, non permises...

     

                        Il y a des expressions qui ont vu le jour sans qu'on sache bien d'où elles venaient...Il en est ainsi d'une que nous avions entendue il y a bien des années, alors que nos petits-enfants étaient encore très jeunes....Pas trop jolie, mais qui vous renvoyait "à vos affaires" et non à celles des autres ! Peut-être le dit-on encore ou bien fait-elle partie de ces expressions qui n'ont qu'une durée limitée... C'était :"Occupes-toi de tes fesses".....Je pense que nos petits-enfants, lorsqu'ils étaient en vacances ensemble, n'hésitaient pas à l'employer....mais en mettant de la distance entre eux et nous ! Ils se croyaient grands....

     

                         Un jour que mon mari avait réprimandé ou donné un ordre à un de nos petits-fils, alors âgé de 4 ans environ, il entend une petite voix lui répondre "Occupes tes fesses !"...Moi, je n'avais rien entendu, j'ai seulement vu le grand-père courir après le petit en disant "viens ici, je vais m'occuper des tiennes" ! Et il s'en est occupé, il y a eu une petite fessée dans l'air ! uniquement pour faire comprendre à ce petit que tout ce que disent "les grands" n'est pas à répéter, surtout à son grand-père !

     

                          Dur, dur l'apprentissage de la vie, de ce qui est permis et non permis....

     

                           C'était juste pour sourire un peu en ce Samedi pluvieux !

                        

    Google Bookmarks

    10 commentaires
  •                     A un jour près !

     

                        Ma mère racontait toujours que, née le 11 février 1900, elle ne figurait sur les registres de l'état-civil que le 12 février, par suite d'une trop grande émotion de son père !

     

                         En effet, mon grand-père était tellement enchanté d'avoir une fille, qu'en bon citoyen, il est parti bien vite la déclarer à la mairie de son village lorrain...Oui, mais, sur le chemin de la mairie, il y avait un petit café où se retrouvait souvent les hommes du village pour une partie de cartes ou une petite-halte bavardage...Grand-père n'était pas un homme "à café", mais, pour une fois, et avec une si belle occasion, c'était permis (tout au moins, il s'était donné la permission)...Et une fille, ça s'arrose, surtout le premier enfant ! C'est qu'il était ému le nouveau papa..."pensez voir" ! comme on dit là-bas entre Nancy et Lunéville ! et quand on est ému, un petit verre d'alcool du pays vous aide bien et encore plus s'il est suivi d'autres....Après, l'heure passe et c'est vous qui devrez repasser car vous trouvez porte close...

     

                           Ma grand-mère restée chez elle (et pour cause !) a vu son jeune mari revenir un peu guilleret peut-être, mais l'émotion "name donc" (expression lorraine dont l'orthographe n'est pas garantie !)....Quand le lendemain, elle a vu son livret de famille, signé du maire du village et estampillé à la date du 12 février, elle a obtenu les aveux du nouveau papa qui était retourné vite fait à la mairie et avait indiqué comme date de naissance le 12 février...peut-être avait-il oublié qu'il y avait eu un 11 février ?  Combien de fois ai-je entendu cette histoire chez mes grands-parents ? à chaque fois que grand-mère avait un reproche à faire à son "homme" !

     

                            Et puis, après tout, quand on naît avec le siècle, on n'est pas à un jour près !

     

     

                         

     

                   

    Google Bookmarks

    8 commentaires
  •                     La "honte de ma vie !"....

     

                        C'est bientôt l'heure du repas et je repense à tous ceux que j'ai faits dans ma vie...matin, midi et soir ! Il y a eu les bons et...les moins bons ! ces derniers en principe ayant été expérimentés par mon mari quand j'étais une toute nouvelle "madame" qui faisait...ce qu'elle pouvait ! Je n'insiste pas....Dans les bons, on peut inclure ceux que je préparais à ROBION l'été pour nos petits-enfants et qui semblaient leur plaire puisque (la faim aidant), ils dévoraient tout ! Je me souviens surtout des plats de quenelles que je préparais. Ah, ces quenelles ! ils adoraient...elles arrivaient toutes dorées et bien gonflées sur la table et disparaissaient en un temps record...

     

                          Alors, un jour que le "petit dernier" Pierre-Yves, était passé me voir à Montpellier, venant de LYON, j'ai pensé que j'allais lui faire pour le dîner un plat de quenelles....J'avais donc acheté le matin chez mon charcutier-traiteur (!) des quenelles à la pièce, dont le prix était très élevé pour un plat qui en principe ne l'est pas...Bon, c'était gentil de la part de mon petit-fils de s'arrêter à Montpellier alors qu'il allait à Toulouse, j'étais contente et je n'allais pas chipoter pour quelques euros...Arrivé vers 18 heures, je lui ai proposé quelques gâteaux bretons et du cidre...Il a fait un copieux goûter..à 20 ans, c'est normal... Et moi, je me suis activée dans ma cuisine pour préparer une sauce pour mes quenelles dont j'étais fière à l'avance... Je le sers, je me sers, je goûte et ne trouve à dire que :"elles ne sont pas très bonnes"...Je ne sais comment elles avaient été faites, le plâtre était bien pris...en un mot, elles avaient du mal à passer...Et je voyais ce pauvre Pierre-Yves qui n'arrivait pas à avaler, ce que je comprenais fort bien....Le dévouement, c'est louable, mais il y a des limites....Décidément, c'était raté....ce n'était pas très mangeable...Et, voulant s'excuser de tout laisser sans doute, Pierre-Yves me dit "qu'est-ce que j'ai bien fait de prendre un copieux en-cas avant de dîner" !!!! Ben voyons.....Il s'est rattrapé sur le dessert...Moi, j'étais honteuse, il y allait de ma réputation !

     

                             Quelques jours plus tard, je reçois un coup de fil de ma petite fille qui se trouve à LA REUNION et me demande de lui faire des quenelles quand elle viendra me voir ! Elle avait eu vent de cette histoire par son cousin qui s'en était bien amusé. Et voilà comment ma réputation est allée de l'autre côté de la terre ! Et en métropole aussi bien entendu ! Il y a comme ça des bruits qui ne demandent qu'à faire du chemin !

     

                              Aussi, quelle idée m'avait prise de faire des quenelles à un Lyonnais ! car Pierre-Yves est Lyonnais, né là-bas, ayant vécu là-bas jusqu'à sa majorité ! Et les quenelles, c'est une spécialité lyonnaise ! Et c'est ainsi que je n'ai jamais refait de quenelles...Mais j'aurais quand même bien aimé savoir ce qu'il y avait dans celles que j'avais achetées chez mon charcutier...je n'avais jamais mangé un truc pareil....

     

                           

    Google Bookmarks

    10 commentaires
  •                     Calcul mental...

     

                         Le ministre de l'éducation nationale, veut remettre le calcul mental à l'honneur...Il doit avoir de bonnes raisons que je ne rapporte pas ici puisque connues de tout un chacun ! Mais ce serait, paraît-il, une révolution, puisque tous les matins, en arrivant en classe, les élèves auraient droit à 1/4 d'heure de cet exercice de mémoire...Révolution ? Que non pas ! mais un retour aux anciennes méthodes certainement....Ma mémoire, bien exercée, fait que je me souviens de ce calcul mental, tellement ancré dans nos esprits jadis, que nous comptons "de tête" plus vite que l'ordinateur le plus perfectionné...Je "galège" un peu, l'ordinateur et les calculettes vont plus vite ! et c'est bien là que le bât blesse ! Depuis bien des années, on a mis de côté à l'école (je n'ose dire à l'index), cette façon de calculer...Et nos petits , accompagnés des plus grands dans la foulée, n'arrivent plus à compter sans le matériel jugé indispensable à notre époque. Ils ne savent tout simplement pas .

     

                           Les partisans des méthodes actuelles diront "qu'apprendre par coeur n'est pas apprendre"...mais ça sert bien et ça a fait ses preuves...Bien sûr, il n'est pas question d'apprendre bêtement, sans comprendre. Apprendre à compter vite, de tête, en employant parfois des moyens mnémotechniques simples voire même amusants...La lecture, l'écriture, le calcul, sont des bases indispensables pour tous les écoliers...Nous n'apprenions peut-être pas toujours de façon ludique pour employer le terme à la mode, mais, nous apprenions et ce que nous avions appris restait en place !

     

                            Révolution ? elle a eu lieu lorsqu'on a supprimé pour les enfants tout ce qui demandait un petit effort...Et une révolution n'apporte pas toujours que du bien....

     

                            Pour terminer sur une note moins sérieuse, je ne peux m'empêcher de rappeler ce sketch d'un chansonnier, Jacques Bodoin, racontant l'histoire d'une visite à l'école par l'inspecteur, à l'époque où tous les matins nous récitions les tables de multiplications, tous ensemble....Là, c'était du par coeur, ça ressemblait à une chanson !Ernest, interrogé tout seul par l'Inspecteur, n'arrive pas à sortir trois paroles...Habitué à "chantonner" avec les autres, il ne connaît pas ses tables ! Horreur pour le maître ! Et Ernest, pour s'excuser, dit "La musique, ça va, mais c'est ces paroles que je ne connais pas"!

     

                             Et si on apprenait les paroles aux enfants...sans musique ?

     

                            

    Google Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique