•                     Quel compliment....

     

                         Une bonne odeur arrive de ma cuisine, celle d'un "far" breton que je dois emmener chez une amie...C'est bon ça ! et combien nourrissant ! J'espère qu'il sera réussi...Je ne suis pas bretonne moi, mais je me souviens...

     

                         Lorsque j'étais plus jeune, je faisais à mon mari, breton lui, du far breton qui semblait lui convenir. J'avais trouvé une recette que je suivais scrupuleusement. Un jour, nous sommes invités chez des amis, bretons jusqu'au bout des ongles...Un far nous attendait...Tout le monde se régalait, les enfants, les grandes personnes... il était si bon ce dessert...Alors mon mari, prenant mon amie à témoin, me dit "Tu devrais lui demander la recette, parce que, celui-là, il est très bon et pas étouffant !" Quelle honte ! depuis plusieurs années que nous étions mariés, il n'avait jamais osé me dire que mon far était bon mais qu'une bonne bolée de cidre le ferait mieux passer ! Il n'en était pas mort et il avait un très bon estomac ! mais, voulant bien faire, j'avais dû le mettre en grand danger d'indigestion !

     

                           J'ai bien regretté de ne pas savoir boxer, qu'est-ce qu'il aurait pris mon breton ! On ne se donne pas en spectacle, ça ne se fait pas ! Et je n'ai même pas demandé le divorce...ça entraînait trop loin !

     

                           J'ai donc demandé la recette. Évidemment, ce n'était pas la même que la mienne et j'ai compris pourquoi elle était meilleure. Je ne mettais pas le principal pour des bretons...le beurre ! On peut ne pas en mettre, mais comme disent les jeunes "y a pas photo" !

     

                            Bon dimanche !

     

                           

     

                           

     

                           

     


    Google Bookmarks

    12 commentaires
  •                      Punition jadis...

     

                         Tu feras 100 lignes...Tu copieras 100 fois...Qui ne se souvient de ces punitions données par les enseignants jadis (alors qu'on les appelait maître ou maîtresse...) et qui n'ont peut-être plus cours ? Utiles, pas utiles ? c'est selon... Ce que je sais c'est qu'hier, j'ai entendu cette question posée par un animateur de Télé :"comment appelle-t-on le mâle de l'oie"? 20/20, c'est la note que j'aurais pu obtenir...Et pour cause !

     

                          Alors que j'étais au cours élémentaire, je me souviens que la maîtresse, s'apercevant que je n'écoutais pas, trop occupée à bavarder (déjà !), m'a demandé ce qu'elle venait de dire....Silence total, je ne savais absolument pas de quoi il était question ! Il y des choses qu'on n'invente pas...Elle venait de dire que le mâle de l'oie était le jars...Je voulais bien la croire, c'était tout ce que je pouvais faire pour elle dans l'immédiat ! La sentence est tombée "Tu copieras 100 fois : "le jars, l'oie"...et pour corser le tout, c'était à faire signer par mes parents.... Et voilà pourquoi à 88 ans bien sonnés, ces deux petits mots se sont logés à tout jamais dans mon esprit ! C'est long 100 fois surtout quand on a 6 ou 7 ans...

     

                            Je ne pense pas qu'on donne encore ce genre de punition. Ce que je sais, c'est que je ne dissocie jamais l'oie du jars ! "le jars, l'oie"...c'est à répétition et ça semble ne faire qu'un seul mot pour moi !

     

                             C'était juste pour "rafraîchir" le temps actuel et pour faire sourire !

     

                              Bon Dimanche !

    Google Bookmarks

    12 commentaires
  •                     "Si j'aurais su"....

     

                                             IMG_0004.jpg

     

                                   C'était il y a déjà bien longtemps, je devais avoir à peu près deux ans...Le vétérinaire (mon médecin personnel) avait proposé à mon maître de me faire "confirmer"...Rien à voir avec la confirmation des enfants...Non, simplement, puisque j'étais un chien de race, avec pédigrée s'il vous plait et que tous mes ancêtres étaient tellement "pure race" qu'il aurait été dommage que je rate un mariage digne de moi, pour un simple certificat ! C'est ça la noblesse !!!

     

                                    Cela se passait à MARSEILLE, puisque nous habitions dans le Vaucluse...Une promenade en voiture est toujours bonne à prendre. Nous voici donc partis un Samedi matin, munis d'une convocation en bonne et due forme....Que de monde à l'arrivée ! C'est un examen très prisé sans doute ! Des chiens...je ne vous raconte pas ! de toutes races, de toutes couleurs et pas spécialement calmes. Je crois que j'étais un peu en danger. Heureusement mon maître me tenait solidement avec ma laisse...Quand mon tour est arrivé, des hommes se sont approchés de moi avec des carnets, des crayons, un mètre etc...On m'a mesuré, souppesé, tâté, mesuré la longueur de ma queue (le fouet ça s'appelle), voir si elle restait bien dans le prolongement de mon dos (!)...Mes oreilles, mes dents, mes yeux...tout a été passé en revue ! Ils n'avaient qu'à me demander, je le savais moi que j'étais parfaitement sain de corps et d'esprit....Quelle matinée, ça a duré au moins...encore plus que ça ! mes maîtres trouvaient le temps long et moi donc ! "Si j'aurais su, j'aurais pas venu"...Après tout, j'aurais très bien pu me marier avec qui je voulais ! Sans avoir besoin de toutes ces mesures....

     

                                     Nous sommes repartis enfin, épuisés, mais avec ce merveilleux certificat en poche (celle de mon maître)....Tout ça pour rien ! je n'ai jamais eu d'enfant ! la mignonne petite chienne qu'on m'avait amenée à domicile n'avait qu'une envie : jouer et caracoler dans le jardin...Pour les futures naissances, ça ne sert à rien !

     

                                     Tout ça n'est pas grave, ça ne m'a pas empêché d'être un brave Labrador aimé et aimant. Pas besoin d'un certificat pour ça !

     

     

     

    PS - Vous aurez remarqué que "Magitte" a été dépannée et qu'elle me laisse faire les essais d'ordinateur. Tout semble fonctionner.

     

     

    Google Bookmarks

    8 commentaires
  •                      C'était jadis....

     

                         Quand nos yeux et nos oreilles n'étaient pas habitués ! Je me souviens, alors qu'on parle beaucoup du bac et de ses résultats depuis un petit moment, de cette année 1937...Mon frère passait sa première partie de bac et il avait reçu une carte postale d'un ami, sur laquelle il y avait seulement écrit, outre la signature de l'expéditeur : "M.... 13"...vous savez, ce mot rendu célèbre par Cambronne et à la puissance 13 en plus ! C'était destiné à lui porter chance ! Oui, mais voilà... Nous avions un brave facteur qui n'avait pas apprécié du tout et s'en était pris à ma mère ! Pour lui, c'était honteux d'écrire des choses semblables et de les faire porter par le facteur !!!Il se sentait atteint dans sa dignité...le pauvre. Et il avait toujours pensé que nous étions des jeunes bien élevés...mais ce n'était pas le cas !!!

     

                            Mes parents ont ri, d'autant plus que mon frère a été reçu (ça n'avait sans doute rien à voir....) s'il suffisait de ce petit mot devenu tellement quelconque maintenant, les résultats du bac seraient "surévalués"...120% de reçus !!!

     

                            Ce pauvre facteur si "pudibond" n'est sûrement plus de ce monde...heureusement pour lui. Que dirait-il maintenant où l'habitude est donnée d'appeler un chat un chat, de parler et d'écrire sur le sexe et ses dérivés, de regarder ce qu'on nous passe à la télé et de survoler Internet et tout ce qui s'y trouve....Il en aurait une attaque d'apoplexie (ancien terme !!!) et tomberait raide sur le champ ! Lui se contentait de boire comme une éponge, de faire sa tournée en zigzaguant, mais de toujours distribuer les lettres à temps et sans aucune erreur !

     

                             Les temps ont changé...le courrier arrive quand il veut, les facteurs ne s'offusquent plus de ce qu'ils peuvent être amenés à lire, et le mot ce Cambronne est devenu si anodin qu'il passe inaperçu ! On a fait beaucoup mieux depuis ... ou moins bien ?

     

                          

    Google Bookmarks

    12 commentaires
  •                      C'était jadis !

     

                         J'avais des parents aimants, mais...On ne pouvait pas tout faire. Il y avait ce qui était permis et ce qui était défendu ! Normal, ça fait partie de l'éducation...Et nous devions faire attention à nos vêtements qui devaient avoir une certaine "espérance de vie"...

     

                          Je devais avoir environ 8 ans...je me revois vers 16h.30 dans la cour de l'école, attendant ma mère...Que faire en attendant ? le pitre bien sûr, histoire d'amuser les copines surtout quand on n'est pas une enfant de tout repos. Une de mes chaussures à brides et boutons, venait de perdre ce fameux bouton, et la chaussure avait des envies d'évasion ! Tiens, voilà un jeu...Je m'aperçois que je pouvais lancer la chaussure le plus haut possible, en m'y prenant bien ! Et v'lan, avec un peu d'élan ma chaussure était partie pour atteindre au moins le ciel !!! Admiration des filles (il ne nous fallait pas grand-chose...) Et v'lan !!! je reçois une gifle arrivant par derrière moi...Plus personne ne riait...je me retourne et me trouve nez à nez avec ma mère...j'avais oublié qu'elle avait rendez-vous avec mon institutrice et qu'elle pénétrerait donc dans la cour....Je n'avais rien vu venir, je n'avais pas été prévenue...et j'étais honteuse ! Et bien sûr, je pensais aux suites ! On en parlait à mon père, là c'était plus grave...et même s'il ne sévissait pas, la punition ayant déjà été donnée, il y avait une leçon de morale à la clé !

     

                             Quand je repense à des petites histoires de ce genre, je me dis qu'à l'époque actuelle, on parlerait de "mauvais traitements à enfants" ! Les parents étaient sévères peut-être, mais absolument pas des bourreaux d'enfants ! On nous habituait à respecter tout et tout le monde....Chacun avait son truc : ma mère nous promettait des gifles qu'en principe elle ne donnait pas...Mon père ne promettait rien, mais agissait en distribuant des punitions (les verbes surtout, c'était sa spécialité...). Mais comme nous étions heureux !

     

                              C'est de l'histoire ancienne !

     

                        

    Google Bookmarks

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique