• Il était une fois...l'école ....

                  Pour cette fois, je vais parler de "jadis" ! Mais d'un jadis "élargi", allant de l'école de mes parents à celle de mes enfants...dans les années 1950/1960/1970 ! et en passant par mon époque fin des années 1920 et 1930 (à vrai dire jusqu'en 1939 date à laquelle j'ai dû arrêter mes études par suite de guerre !).

                  Ah que oui, ces périodes d'école étaient faites en fonction des élèves et non pour faire plaisir et flatter l'ego de je ne sais quel ministre lequel s'appelait jadis "Ministre de l'instruction Publique". Et il s'agissait bien de l'instruction publique ! Les élèves étaient égaux et si on "nivelait", c'était par le haut ! Chaque enseignant (qu'on appelait alors instituteur, institutrice, professeur) mettait tout son savoir et essayait de faire le mieux possible pour former ses élèves. A noter au passage que ceux-ci les appelait Monsieur ou Madame et...les respectaient !

                   Les temps changent ! Personnellement, je dois une grande partie de ce que je sais à une femme, professeur de français, que j'ai eu la chance d'avoir dans différentes classes...Elle n'était pas "tendre" mais vous faisait aimer la littérature....Et quand elle vous disait "ce que vous avez écrit n'est pas français, c'est de la littérature à cinq sous le mètre" ! nous avions envie de nous cacher !!! On égorgerait un professeur pour beaucoup moins que ça actuellement (élève ou ses parents, ou...s'en chargeraient) ! Mais les résultats étaient là ! Et même si nos études s'étaient arrêtées un peu tôt, on avait la possibilité de "se faire tout seul" en travaillant bien sûr....En histoire, on connaissait l'Histoire de France...il y a beaucoup à apprendre sur notre pays...Personne n'avait émis l'idée de diminuer ou même de supprimer cette matière...mais par contre d'apprendre l'histoire de l'Islam ! Nous savions que notre pays avait été le berceau de la chrétienté...Nous connaissions nos origines....

                  Dans cette école de "l'ancien temps", les élèves apprenaient à lire couramment, à écrire, à compter...Qu'en reste-t-il ? Lire couramment était alors indispensable pour "comprendre les textes"...Il semble que tout cela ait changé...Même les mots ne sont plus les mêmes...Les phrases simples que chacun pouvait comprendre, deviennent tellement "tarabiscotées" qu'elles se transforment en rébus .... Pauvres élèves ... On nivelle par le bas pour faire plaisir à qui ? Une de mes arrières petites-filles est une excellente élève de 5ème. Ses appréciations contiennent cette phrase : "elle tire la classe vers le haut"... Mais, Est-ce que ce n'est pas le rôle des professeurs ça ?

                    J'ai lu ce matin que cet écrivain que j'adore, Jean d'ORMESSON, essayait de tirer le signal d'alarme... Intellectuels de tous bords en font autant ! Seront-ils écoutés ? Il y va de l'avenir de nos enfants... Peut-on espérer que l'entêtement de nos dirigeants (pas tous d'accord à ce sujet heureusement) n'aura pas le dessus ?Là encore, il s'agit d'un "devoir de mémoire"... même à une époque où les droits sont rois ! Tiens, justement, nos enfants ont des droits...respectons-les....

     

    « "Mon" devoir de mémoire...ou le 8 mai 1945 ...Après mon article sur l'Ecole...jadis ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Mai 2015 à 18:14

    Nous subissons actuellement le diktat socialo-nazi d' idéologues qui préfèrent le monde à la France !

    Il me semble pourtant normal, qu' en  France, ce soit notre pays qui soit la priorité, et son histoire.

    Toujours ce mai 68, où on a fait l' enfant roi, mais de quoi ? de la médiocrité.

    C' est le mérite qu' il faut récompenser, parce qu' actuellement, c' est l' étranger qui accueille ceux qui travaillent et réussissent !

     On a beaucoup perdu depuis qu' on se lève plus  lorsqu' un instituteur arrive.

     Bonne soirée Geneviève

     Bisous

    2
    Samedi 9 Mai 2015 à 20:51

    Comme vous avez raison ! il ne reste rien de ce que l'école nous apprenait "avant"... même plus de respect pour les enseignants qui, il faut bien l'admettre, ne le méritent pas toujours ! Quelle dégaine parfois !!! Pauvre école et...pauvres écoliers...
    Là aussi, il y a un "sacré" devoir de mémoire à imposer !

    Bonne soirée et bon dimanche.

    3
    Dimanche 10 Mai 2015 à 08:15

    Bonjour Geneviève,

    Perso, je garde un souvenir ému de (la future sainte) Blandine dans sa fosse aux lions. Je n'ai jamais entendu parler d'elle ailleurs qu'en classe de cours élémentaire ...

    Ca ne m'aura pas aidé ou apporté beaucoup dans mon quotidien, ni dans ma spiritualité, mais je suis contente de l'avoir rencontrée à un moment donné, comme d'autres personnages ou situations historiques, bien que je ne sois pas particulièrement ou suffisamment " intellectuelle " pour discourir sur les divers sujets abordés lorsque j'étais à l'école. Mais comme vous le dites, nous étions élevés et formés différemment.

    Quand j'étais petite, j'ai été élevée à la campagne, le temps d'une année scolaire. J'avais 5 ans et dans ce contexte, il y a avait une classe unique. J'étais au cours préparatoire, la plus jeune du groupe de classe, et les plus âgéES (école de filles ! ) en avaient dix ou onze puisqu'elles étaient en cours moyen. C'est dans ces conditions que j'ai appris à lire, j'en garde un souvenir ému. Depuis, je n'ai plus jamais cessé de lire. Un jour, une odeur plus que désagréable s'est répandue dans la classe ... parce que j'étais proche de la maîtresse, peut-être aussi parce que j'étais la plus petite, celle-ci m'a attirée à elle et DEVANT TOUTE LA CLASSE a REGARDE DANS MA CULOTTE ( ! ) si je n'étais pas responsable de l'odeur. Non, ce n'était pas moi. Je ressens encore l'humiliation de ce contrôle, je me revois encore toute petite et impuissante, incrédible par ma simple parole, obligée de subir.

    Un peu excessif peut-être, ce souvenir mais ... c'était ainsi, JADIS.

    Imaginez un peu cela aujourd'hui !

    4
    Dimanche 10 Mai 2015 à 08:54

            J'imagine très bien ! la famille entière de l'élève (frères, cousins, cousines et bien sûr les parents)  se dérangerait pour venir "punir" la maîtresse ! Bon, d'accord, c'était trop "avant", mais maintenant le laxisme est à la mode.....
    Mon frère et moi avons aussi appris à lire très tôt (et quand je dis lire, ce n'était pas buter sur les mots...c'était lire couramment et comprendre ce qu'on lisait) et  nous avons toujours gardé "pour le cas où" ces deux années d'avance que nous avions gagnées au démarrage ! Les programmes étaient à notre portée....et les mots aussi ! maintenant "charabias organisé et surtout officiel" !Dans quel but ?
             Vous parlez de Blandine...Moi aussi, je revois cette image...et Jeanne d'Arc...et tant d'autres ! Et apprendre ce qui "avait fait la France" n'était pas porter atteinte à la laïcité !
              Je ne comprends pas où on veut en venir et je suis trop vieille âgée pour essayer de le faire ! Je me contente de rouspéter !!!!

              Ne parlez pas de JADIS, le vôtre est encore si près !

              Merci pour votre long commentaire ! Passez un bon dimanche. Je vous embrasse.
           

    5
    Dimanche 10 Mai 2015 à 10:00

    L'enseignement "d'avant" n'a plus rien à voir avec l'acutel. Le premier examen qu'on décrochait c'était le CEP et on en était fier ! Bon dimanche Geneviève

    6
    Dimanche 10 Mai 2015 à 10:30

    Premier examen, première fierté ! Il fallait le décrocher celui-là ! Question : Combien d'élèves qui viennent d'avoir leur BAC actuellement, seraient capables d'obtenir le CEP tel qu'il était ? On serait surpris du résultat ! Ils en savent beaucoup moins d'un côté et plus en informatique....

    Bon dimanche Chris.

    7
    Lundi 11 Mai 2015 à 18:30

    Je préférais votre école et la mienne et je crains pour LOLA qui elle ira dans cette nouvelle école en qui j'ai pas confiance et j'espère que ses parents complèteront les lacunes, PS bonne nouvelle on a un acheteur pour la maison et si tout va bien on déménage pour juillet, je vous embrasse.

    8
    Lundi 11 Mai 2015 à 20:49

    Je suis très contente pour vous pour cette bonne nouvelle !

    Quant à la petite Lola, elle est comme mes arrières petits-enfants. Elle est née trop tard ! Les parents devront "agir" ...

    Bises. Bonne soirée.

    9
    Vendredi 15 Mai 2015 à 14:19

    Que puis-je ajouter à votre billet?

    Que le commentaire de Bicar de Siècle m'a fait un drôle d'effet. Nous devons voir le même âge. Je me souviens de Blandine (de Lyon. Pff ! Pas de sainte à Grenoble) et des institutrices qui vérifiaient tous les lundis matin l'état de nos sous-vêtements, de nos cheveux, de notre cou et de nos mains. Grâce à ces rappels d'hygiène, il n'y avait pas de pou (poux) dans les écoles.

    Pauvre école que l'on sacrifie !

    10
    Vendredi 15 Mai 2015 à 17:23

                J'étais persuadée que cet article vous plairait Françoise...Je n'ai rien inventé...c'était ainsi, jadis ! Bicar de Siècle et vous-même m'avez rappelé ces inspections "hygiéniques" faites par la maîtresse ! Je ne pense pas que cela existe encore. Mais, en résumé, qu'Est-ce qui existe encore ? Si peu de choses qui auront bientôt disparu...
                L'école, comme tout le reste, s'en va à vau-l'eau...

                Passez une bonne soirée quand même...Bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :