•                          Est-ce vraiment pour sourire ?

                             Hier, une hernie discale me faisant des misères, j'avais rendez-vous dans une clinique pour une infiltration lombaire...Infirmière et médecin charmants, tout s'est bien déroulé...Ce n'est pas ce que je ferai faire tous les jours, mais c'est vite passé. Pour nous les femmes de jadis, notre référence, c'est l'accouchement pas sans douleurs ! Alors, après, on peut tout supporter ! Et seul le résultat compte !

                             L'infirmière m'aide à descendre de la table d'"opération" et me passe un marche-pieds pour plus de facilité (je ne suis pas grande ni...très alerte l'âge aidant). Et elle me dit qu'on va m'allonger vingt minutes pour me surveiller au cas où...Bon, c'est sérieux. Elle prend "son" marche-pieds sous un bras, moi sous l'autre et va m'installer dans une pièce et me fait "grimper", le mot n'est pas trop fort, sur un lit de repos assez confortable, et pour que je ne m'ennuie pas, elle va chercher la petite amie qui m'avait accompagnée et devait me reconduire. Nous papotons et les vingt minutes écoulées, j'aimerais bien descendre de mon perchoir et je m'aperçois alors que le marchez-pieds est reparti avec l'infirmière...Je ne pouvais pas sauter ! Ma petite amie, très débrouillarde, part à la recherche de l'infirmière (qu'elle ne trouve pas), et se débrouille en allant au Secrétariat. Elle explique, et la Secrétaire que j'avais vue à l'entrée lui dit qu'elle s'en occupe, tout au moins pour me trouver un...marche-pieds dans le service....Attente vaine...point de marche-pieds...Mais tout à coup, je vois arriver un "homme en blanc", assez jeune, assez fort et hop ! il m'enlève dans ses bras et me pose délicatement par terre...Et voilà, c'était mon "marche-pieds" ! On me dit que je peux repartir après passage au secrétariat, ce que je fais. La Secrétaire, avec un beau sourire, me dit "Je n'avais pas trouvé de marche-pieds mais je vous ai envoyé mieux "! Je l'ai remerciée et en riant lui ai répondu que personnellement j'étais très contente, qu'être prise à bras le corps par un jeune homme, il y avait bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé ! Mais que je me demandais si le contentement avait été réciproque ? Pour un homme jeune, prendre une grand-mère dans ses bras...c'est pas terrible !

                               Cette histoire m'a amusée et en même temps, elle m'a un peu peinée. En est-on arrivé là dans les hôpitaux ou cliniques, qu'un seul marche-pieds (pareil pour les fauteuils roulants), soit affecté à un service ? La grande misère des services de santé n'est pas qu'une illusion ! J'ai parlé des fauteuils roulants, car lorsque mon mari allait en ambulance en consultation à l'hôpital, j'emmenais son fauteuil roulant sur lequel on me recommandait de mettre son nom si je voulais le retrouver...En passant par là, une infirmière aurait pu "sauter" sur l'occasion !

                               Mieux vaut en rire ? pas certain !

    Google Bookmarks

    6 commentaires
  •                         Tous ces mots dont nous disposons ...

                            J'ai "pris en route" hier une discussion à la télévision, peut-être au cours des actualités, mais discussion qui m'a grandement intéressée... L'écrivain Alexandre JARDIN parlait des mots et il déplorait que maintenant le vocabulaire devienne de plus en plus mince ! Et j'étais bien d'accord avec lui ! Il regrettait que les jeunes aient un vocabulaire si peu fourni...Avec tous les mots dont la langue française dispose, c'est un comble ! Mais voilà, petit à petit, on les oublie quand on les a appris ce qui n'est pas toujours le cas !

                            Les mots, ils chantent aux oreilles...c'est un régal et un bonheur ! Et je me souviens de tous ces mots qu'on nous faisait apprendre à l'école jadis, en insistant bien sur leur valeur...Ce petit mot qui peut changer la signification d'une phrase, qui peut faire tant de bien ou éventuellement tant de mal ! Un mot ?....mais c'est un mot ! que dire de plus...Ce n'est pas de l'"à peu près". Non, s'il veut être compris, il doit être précis, employé à bon escient...ce n'est pas un "truc", un "machin", c'est un mot avec son sens propre ou figuré parfois...Employer les mots qu'il faut, quand il faut, ce n'est pas rétrograder ! ça devrait être l'avenir ! Nous avons une culture ancienne qu'il ne faut pas détruire...Rien n'empêche de moderniser, d'adapter notre vocabulaire à la vie moderne. Ce qu'il faut, c'est en avoir un correct, pas un charabia qui ne veut rien dire...Est-ce trop demander ? 

                            Je n'ai pas profité de toute cette discussion et je le regrette ! A mon âge (ça c'est rétrograde !) on regrette parfois un peu ce qui a existé...Pour les mots, oui, je regrette et je serais bien heureuse de voir les nouvelles générations le nez plongé dans nos bons vieux dictionnaires ! Il y en a des choses utiles à apprendre et ce n'est pas toujours rébarbatif, bien au contraire !

                        

    Google Bookmarks

    4 commentaires
  •                          Orthographe, que de fautes on commet en ton nom !

                             Je n'en croyais pas mes "vieilles" oreilles hier en écoutant un journaliste de l'A2 interviewer un autre journaliste connu, écrivain, souriant et sympathique, qui défendait...la liberté de la langue française, c'est-à-dire de l'orthographe, et ce, au nom de l'égalité !!! On a déjà tendance à "écrire comme on cause" ! Monsieur de Closets qui a des mauvais souvenirs d'école notamment en ce qui concerne les mots d'usage, veut faire la démonstration qu'il serait bon de simplifier l'orthographe. Il a même écrit un livre là-dessus "Zéro faute"...Ben voyons ! Supprimons, supprimons, il en restera toujours quelque chose !

                              Il paraîtrait que l'orthographe est une question de mémoire, ce qui semble lui faire défaut, et qui doit être très gênant pour un journaliste, écrivain de surcroît ! Nous ne sommes pas égaux devant la mémoire (comme devant l'intelligence d'ailleurs) . J'ai de la mémoire, alors, je pense que je suis bénie des dieux et je les en remercie...Dans la foulée, je remercie aussi les institutrices et professeurs qui m'ont enseigné cette matière. Je leur dois beaucoup ! Bien sûr, il nous fallait apprendre des mots, des mots et encore des mots...Et en chercher la définition dans le dictionnaire (on n'a jamais rien fait de mieux), et en donner le sens propre et le sens figuré qu'ils pouvaient avoir dans les textes à étudier...C'était du travail...Tout comme apprendre les formules chimiques, physiques ou algébriques, qui rendent tant de services aux scientifiques...On pourrait peut-être aussi passer outre ? Supprimons tout ce qui gêne...

                               Chacun écrira genre "sms" ! quelle pagaille ! Notre langue est belle, ne la détruisons pas parce quelques personnes ont du mal avec elle ! Et si on faisait tout bêtement un effort, qu'on applique certaines bonnes vieilles méthodes qui ont fait leurs preuves ? Pourquoi niveler par le bas ? Et puis, de toute manière, ces nouveaux mots, il faudra les apprendre..on tourne en rond ! Celui qui n'a pas de mémoire ne sera pas plus avancé...

                                Monsieur de Closets, je ne vous ai pas pris au sérieux, vous-même aviez d'ailleurs un si grand sourire pour nous faire part de votre trouvaille! Ne vous amusez pas aux dépens des enfants et pensez à leurs maîtres qui vont être obligés de retourner en cours élémentaire pour apprendre les nouveaux mots à enseigner à leurs élèves...Si on veut être puriste, il faudra bien que les enseignants aient appris avant de transmettre !

                                Charabia...ça s'écrit comme ça se prononce...pas difficile ! La définition du Larousse indique "langage bizarre, inintelligible, baragouin "....Allons-nous en arriver là ? Alors, comme à mon âge je ne veux pas perdre de temps, je m'exerce déjà, au cas où....
                                 "c koa set idé ? c un je ? c koa qe sa raporte ? "

                                 C'est tout nouveau, ça vient de sortir !



                               

    Google Bookmarks

    7 commentaires
  •                               "Ô rage, ô désespoir....."

                            Le progrès ! Nous lui en devons des choses ! de la fatigue en moins, de la vitesse en plus, des joies, du bonheur tout simple, de la santé, des années en plus ! que sais-je encore ? Il n'est pas de jour sans que nous lui prouvions notre grattitude au moins en pensée, surtout lorsque, comme moi, notre jeunesse ne nous y avait pas habitué ! Mais, car il y a un mais comme dans toute bonne chose, ce qu'il peut parfois être la source d'énervements !!!

                            Ce matin, dès mon réveil, j'ai pu constater que je n'avais ni téléphone, ni Internet, les petites lumières vertes sur une "...box" (pas de publicité !) semblaient absolument inactives. Une seule sur quatre tremblotait vaguement, me signalant que le courant arrivait pour le cas où j'en douterais ! Ou bien mon fournisseur d'accès à tout ce qui est censé me faciliter la vie ne s'était pas réveillé à temps, ou...il avait de gros problèmes qu'il me faisait partager. J'ai tenté le téléphone : muet comme une carpe, pas la moindre petite tonalité...Internet : pas de connexion....Rien, tristement rien ! J'ai appelé de mon téléphone portable (neuf et dont je ne sais pas encore très bien me servir) le service du F.A.I.(on l'appelle ainsi, faut être moderne). Une voix suave m'a répondu qu'étant donné le nombre important d'appels, il m'était recommandé de renouveler celui-ci plus tard, ou alors (humour ?) de me connecter sur le site, de cliquer sur "mon compte"...J'aurais bien voulu mais c'était un cercle vicieux, Internet, je n'avais pas ! Mon humour étant tout de même limité, mon humeur s'en ressentait...Et je regrettais le temps du bon vieux téléphone à cadran, branché uniquement sur la prise téléphonique, qui fonctionnait même en cas de panne de courant...et tout y passait : la vie ancienne, la vie moderne, mon âge etc....pas le moment de me marcher sur les pieds.

                              Et tout à coup, miracle de la technique, ou simplement MIRACLE, les petites lumières vertes se sont mises à circuler, s'éteindre, se rallumer, bref j'ai senti que quelque chose se passait ! C'était toujours ça puisque je n'avais pas compris ce qui s'était passé avant ! Quand tout a été bien stable, mes soucis étaient terminés. Il était midi....Des explications ? je n'en aurais pas, il semblerait que ça ne me regarde pas ! Moi, ce qu'on me demande c'est de payer mon abonnement (qu'on me prélève pour m'enlever toute peine même légère !!!)..."Paies et tais-toi"...C'est un peu ça non ? Quand il y a des problèmes, je me tais avec beaucoup de mal je l'avoue et la rage au coeur ! Nous sommes au XXI ème siècle, plus de considération du client !

                              "Ô rage..ô désespoir"....

                             

    Google Bookmarks

    9 commentaires

  •                          Impôts, comme on pense à vous !

                             Vous pensez à nous, nous pensons à vous ! bien obligés ! On ne risque pas d'oublier...et pourtant qu'est-ce qu'on aimerait que vous vous fassiez plus discrets. Les journaux parlent de vous, la télévision parle de vous et vous, vous nous écrivez ! bien sûr, vos lettres ne sont pas de jolies lettres avec des mots agréables à lire, mais juste des "appels" ou des  "rappels". . Mais curieusement, ce sont des lettres auxquelles on doit répondre d'une façon ou d'une autre, en déclarant ou en payant. Pas d'alternative...sinon en cas de silence de notre part, le couperet tombe ! 10% ! c'est le tarif...Je sais, je sais, on dit que "toute lettre mérite une réponse", c'est ce qu'on m'a appris quand j'étais jeune, et je déplore qu'actuellement ce devoir qui faisait partie de la bienséance, soit un peu oublié...enfin, passons !

                              J'ai entendu hier un journaliste de la télévision parler de "retenue à la source"...Je ne sais si c'est un projet, vague ou déjà bien étudié...J'ai écouté distraitement, occupée par ailleurs...mais ça m'a rappelé quelque chose ! Et je me suis revue jeune secrétaire devant notamment "faire les paies" des ouvriers. C'était au tout début des années 1940...C'était un travail de plusieurs jours : calculer le salaire de chacun, vérifier le total des heures normales et des heures supplémentaires, faire les retenues pour la sécurité sociale et les retenues pour les impôts. Cette retenue portait le nom de "Impôt cédulaire".Il y avait des barèmes à appliquer suivant que le salarié était célibataire, marié avec ou sans enfant; lorsqu'il avait des enfants, le taux changeait suivant le nombre d'enfants. Salaire brut, moins tout ça, le salaire qu'il touchait était net et il n'y avait pas à y revenir par la suite ! Je ne me souviens plus de quoi était composé exactement cet impôt cédulaire (impôt sur le revenu, taxe d'habitation et autres... Pas de taxe de télévision alors, et pour cause, elle n'existait pas !) C'était une retenue à la source et au fond, tout se trouvait réglé....On préparait l'argent dans une enveloppe (on ne payait pas par chèque, ni par virement) et on joignait éventuellement dans cette enveloppe le bulletin destiné aux Allocations Familiales...et qui était "ramassé" tous les mois par l'employé qui passait à domicile vous remettre "en bonne espèce de monnaie sonnante et trébuchante" le montant accordé par la Caisse d'allocations Familiales. Et voilà ! Pour l'employée, il ne restait plus qu'à reporter un certain nombre de fois sur différents registres, tous les montants, renseignements etc...et faire les additions à chaque bas de pages en faisant bien attention que les additions se recoupent horizontalement et verticalement ! Gare aux erreurs...il fallait alors pointer et....recommencer ! Quel travail ! et qui revenait en principe tous les quinze jours.... Et pour corser le tout, comme mon employeur avait des chantiers dans différents endroits, j'envoyais les paies des ouvriers qui n'étaient pas sur place, au moyen de "lettres chargées", cachetées à la cire rouge et marquées d'un sceau !

                                Voilà, je voulais parler de la retenue des impôts et j'ai dévié un peu ! Tout ça faisait un tout ! L'impôt cédulaire a été retenu jusqu'à la fin des années 1940 je crois, mais durait depuis bien avant le seconde guerre mondiale, peut-être même avant celle de 1914...Je ne sais pas exactement. Nos dirigeants ont-ils l'intention de faire quelque chose de similaire ? dans le prolongement de la CSG, RDS etc....C'est sûrement plus facile maintenant avec les ordinateurs, calculatrices et tous les progrès techniques...Faisons-leur confiance, quand il s'agit de "retenir", ils ont beaucoup d'idées !

    Google Bookmarks

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique