• Et si on reparlait...

                        Des recettes de cuisine...de guerre !

     

                        Fraises, cerises, framboises et autres fruits d'été ont fait leur apparition sur les marchés (ou les supermarchés)...De là à me faire souvenir d'une recette de confitures "spéciale période de restrictions"...il n'y a qu'un pas !

     

                        C'était donc pendant l'occupation, période restrictive s'il en fut ! Seules les idées pour essayer de faire au mieux, n'étaient pas restrictives et chacun sait que dans tout français, il y a un "débrouillard" qui sommeille ! Et les françaises, elles qui devaient nourrir leur nichée en essayant que le tout soit mangeable (!) ont fait preuve de beaucoup d'imagination, de petits trucs qu'elles se repassaient de l'une à l'autre...C'est ainsi que ma mère, ne voulant pas laisser perdre les fraises qui poussaient dans notre jardin, avait décidé d'en faire de la confiture...pour l'hiver...Très bon la confiture de fraises, mais comme toutes les confitures, ça demande beaucoup de sucre et là était le gros problème ! du sucre, nous n'en "touchions" que des portions congrues...Pour les confitures, c'était loin d'être suffisant ! Alors, un bon tuyau circulait...Pour permettre à la confiture de se garder malgré le peu de sucre qu'on ajoutait aux fraises, il suffisait d'y ajouter du "salicylate"...C'était peut-être un peu chimique mais ça ne dénaturait pas le goût...Etant donné tout ce qu'on mangeait comme trucs invraisemblables, il ne s'agissait pas de faire les difficiles . Ma mère prépare donc ses confitures...bel aspect, pas trop sucrées (!)...et elle met le tout en pots bien remplis comme elle faisait jadis...Et nous voilà contentes, notre hiver ne s'annonçait pas trop mal côté dessert ou petit-déjeuner...

     

                          Oui mais...dans les meilleures recettes, il y a toujours un mais....Et là, il était de taille (si on peut dire !). Pas d'enfants à la maison pour aller chiper les confitures, mais n'empêche que les confitures diminuaient dans les pots. Au bout de trois semaines de fabrication, il n'en restaient qu'environ 1/3 par pot...Réaction chimique ? réaction des fraises qui ne voulaient pas être traitées avec n'importe quel produit de conservation ? Allez savoir ! Et si je me souviens bien, la couleur n'était pas terrible ! Du bout des lèvres, nous les avons consommées sans attendre l'hiver...Elles n'étaient pas empoisonnées puisque...je suis toujours là...Mais quand même, c'était un peu raté et gâché...

     

                            C'était un souvenir de guerre....

    « "Siffler en travaillant..."Le goût du sel..."de guerre" »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Juillet 2012 à 15:24

    On essayait toutes les recettes. Certaines étaient "acceptables" !

    2
    Lundi 2 Juillet 2012 à 16:32

    Vous étiez contente d'avoir de la confiture, c'est l'essentiel 

    Le soleil est revenu.

    3
    Lundi 2 Juillet 2012 à 16:52

    C'était toujours mieux que les saletés qu'on nous faisait manger ! dommage que ça se rétrécissait dans les pots !
    Beau temps ici également. Bonne soirée.

    4
    Mardi 3 Juillet 2012 à 11:26

    je me souviens que ma mère faisait des confitures avec les fruits du sureau, et aussi avec des betteraves, auxquelles elle ajoutait des pommes !

    Je me souviens aussi des topinambours, plus faciles à cultiver que les pommes de terre !

     bonne journée

     bisous

    5
    Mardi 3 Juillet 2012 à 12:01

    Al'époque, l'imagination n'avait pas de limites !
    Pour les pommes de terre...je me souviens surtout des doryphores ! quelle plaie !
    Bonne journée.

    6
    Mardi 3 Juillet 2012 à 17:48

    On en faisait des trucs ! parfois bons, parfois moins bons ou même à peine mangeables !
    Non, je n'ai pas connu les cantines de cette époque...j'avais déjà pris de l'âge et n'allait plus à l'école !

    7
    Mardi 3 Juillet 2012 à 18:02

    C 'est un souvenir de" guerre " qui est ma foi un beau souvenir ! n'est-cepas?

    8
    Mardi 3 Juillet 2012 à 22:37

    Parmi tant de souvenirs dramatiques auxquels je repense, il faut bien que parfois de petites anecdotes qui nous ont fait rire reviennent à l'esprit !

    9
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 08:23

    Je pense qu'on a dû manger les confitures (je ne me souviens plus très bien !) mais ma mère n'a jamais recommencé ! Nous avions sans aucun doute l'estomac solide pendant la guerre ! Ah oui, c'était l'époque de la débrouillardise...les parachutes, je m'en souviens...ils étaient "très recherchés" !!!
    Bonne journée...

    10
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 19:29

    Bonjour Josette,
    La nourriture pendant la guerre, était un vrai souci ! Mais bon, nous avons survécu !
    Vous semblez heureuse de vos vacances et j'en suis contente pour vous. Pour moi, pas de départ cette année...ce sont mes enfants qui viennent. Les voyages me fatiguent trop maintenant....
    Bonne soirée.

    11
    cotentine
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:48

    MAGITTE,me permettez ,moi une fois n'est pas coutumes,d'être vulgaire,promis ,je ne recommencerai  pas ,   les confitures au sallicylatede soude ,c'était "DE;;;;;;;;E";Ce produit est l'élément de baseclassique du traitement du rhumatisme articilaire aigu( LAROUSSE) Alors pourquoi quelques dizaines d'années plus tard ,souffrons nous de nos douleurs ?. J'ai "confituré"t ce matin 10pots d'abricots ,avec du vrai sucre  top budget et de vrais fruits de chez superu ,pas cher ,pas cher  1 KG SUCRE MORCEAUX,1 kg500 de FRUITS  (avant le dénoyautage) il en manque déjà la moitié d'un pot !!!BRAVO à nos mamans et à nos grands mères qui savaient tirer profit du peu que nous laissait les occupants! 

    12
    cotentine
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:48

    Nous avions quelques vergers sur les côteaux, je me souviens ,que ma grand mère utilisait du sirop de raisins ,pour faire les confitures,ce n'était pas très bon ,non plus!sirop ou sucre ,j'ai un peu oublié le nom. Ma mère faisait du gâteau de riz ,sans riz!   Elle passait des pâtes dans le moulin à café ,et  transformait ce produit en dessert ,çà j'aimais ! MAGITTE ,avez vous connu ,les cantines de cette époque,? Nous avions droit une fois par semaineà,un dessert original:un petit rectangle de 20 grammes de beurre que,nous suçotion avec délices!!

    13
    Pimprenelle
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:48

    La cuisine est une vraie alchimie. Les salicylates sont partout dans les fruits et légumes, mais à doses minimales, car ce produit est hautement dangereux et particulièrement pour les nourrissons. Finalement, Geneviève, avez-vous consommé toutes les confitures avec ce produit ? Ma mère m'a raconté en effet, que ses parents utilisaient à bon escient, le système D. Par exemple, avec des parachutes, ma Grand-mère, avait conçu des robes légères pour l'été, pour sa familles et ses voisins. Une époque de débrouillardises...Bonne nuit. Pimprenelle.

    14
    JOSETTE BAZAN
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:48

    bonjour Seneviève

    je rentre de deux semaines de vacances... ça fait du bien.. j'y serais bien restée!!-, je vais me consoler en lisant peu à peu ce que les amis ont écrit sur leur blog...la nourriture pendant la guerre ? En Normandie, ma cousine était aide à la cuisine dans un hôtel réquisistionné par les Allemands..l

    fort débrouilllarde, elle nous ramenait .. du chevreuil lorsque ces Messieurs étaient allés à la chasse... du sanglier... mais aussi de la bouffe de tous les jours, pas trop à notre gout, mais tout de même bienvenue...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :