• De la dénonciation à...la délation !

                        Souvent même résultat..

     

                        Avant-hier soir, j'ai regardé à la télévision ce documentaire poignant sur les dénonciations pendant l'occupation...Avec honte, je suis bien obligée de reconnaître qu'elles ont existé. Qui en faisait les frais ? les résistants, les communistes (au début), les juifs...Certains français avaient voulu suivre la voie de la collaboration....Et la délation suivait, pour des motifs inavouables, si ce n'est que faire du mal ou parfois pour l'appât du gain......Une lettre anonyme adressée à la kommandantur, dans un service public (commissariat, mairie ou autre) et la machine était lancée...Dieu merci, beaucoup de ces lettres n'arrivaient pas jusqu'aux allemands lorsqu'elles étaient envoyées dans un service français...Elles partaient directement à la poubelle, mais pas toutes malheureusement. Notre pauvre pays était déchiré. Il y avait les bons, les méchants et les indécis....

     

                          Je me demande toujours ce que ressentait cet habitant de JUVISY qui avait dénoncé Jean LEGOURD, un ami de mon frère, qui essayait de rejoindre l'Angleterre...Emmené d'abord à DRANCY, il fut transféré à BUCHENWALD en 1943, où il est mort d'épuisement...il n'avait pas 30 ans et était officier d'active. Je revois toujours ses parents, pauvres ombres noires qui se promenaient en se soutenant l'un l'autre....Son dénonciateur devait bien les rencontrer aussi...que pensait-il alors ? avait-il des remords ?

     

                           Et puis est arrivée la Libération accompagnée de l'épuration...Pas jolie, jolie cette époque de l'épuration. Là encore, les lettres anonymes sont arrivées en masse...On y dénonçait un peu tout...il ne faisait pas bon alors être en mauvais termes avec son voisin ou un collègue! celui-ci pouvait vous accuser d'avoir pactisé avec les allemands, d'avoir fait du marché noir, d'avoir critiqué les alliés....que sais-je encore ?

    "

                            Dénonciation, délation, deux mots "presque" synonymes, mais que je ne peux plus entendre. Ils ont fait tant de mal....

    « Prévisions...tout n'est que prévisions...Petite confidence.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Vendredi 16 Mars 2012 à 21:06

    Mais je me souviens de tout ! j'allais avoir 18 ans quand les allemands ont occupé notre pays ! Les Justes , je crois qu'il y en a eu beaucoup, même sans qu'on le sache....

    2
    Samedi 17 Mars 2012 à 11:24

    une guerre, c' est souvent une invasion, et jamais ce n' est propre !

    les romains du temps de la  "grande Rôme "  ont tué des millions de gens !

     on peut souhaiter que plus jamais ça, mais alors pourquoi s' armer !

     je te souhaite une bonne fin de semaine

     bisous

    3
    Samedi 17 Mars 2012 à 15:18

    Rien n'est bien propre en temps de guerre....

    4
    Dimanche 18 Mars 2012 à 09:41

    A nouveau OB me demande de décliner mon identité. Pff, mais qu'est-ce que c'est ?

    Je n'ai pas connu cette triste période, heureusement, sauf par les récits de ma mère et surtout de ma grand-mère, puis à travers les films, les livres. Triste époque qui a été racontée bien des fois, chacun y ajoutant des détails plus ou moins vrais, la mémoire déforme les faits.

    Cotentine parle des Tractions noires qui étaient les voitures de la Gestapo mais j'ajoute que c'étaient aussi celles des maquisards dans le Vercors.

    Quelle horreur que ces gens qui deviennent des délateurs. Que la peur fasse taire, je peux le concevoir mais que l'on dénonce, c'est un acte fait en conscience ou justement sans morale. Pourquoi ? Une vengeance ? Un intérêt, c'est dégoûtant. Comment peut-on se lever et se regarder dans une glace le lendemain ? Judas, au moins, s'est pendu.

    Tristes histoires. Venez rire chez moi.

    Bon dimanche. Je vous embrasse.

    5
    Dimanche 18 Mars 2012 à 21:06

    Vengeance, intérêt ou simplement désir de nuire...Ce reportage racontait des histoires vraies...rien n'a été inventé...j'avais l'impression de revivre cette époque.
    Pas trop sur les blogs depuis deux jours.....

    6
    Dimanche 18 Mars 2012 à 21:27

    Ma jambe me fait encore mal et si ça ne va pas mieux demain, je la ferai "admirer" par mon médecin !

    Pour les dénonciations, j'ai bien aimé ce documentaire qui était criant de vérité...Triste époque alors..

    7
    ICOTENTINE
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:50

          En effet,bien vilaine époque!  J'étais bien jeune alors, mais je me souviens de ces fammes,traînées dans le village ,le crâne rasé, parce qu'elles avaient "aimé"  des soldats allemands.J'ai retrouvé depuis peu mon village natal (après une absence de 67 années) J'en apprendsl histoire des résistants locaux:un homme a été déporté ,il n'avait pas déclaré sa collection d'armes,un prêtre est parti en camps de concentration.Certaines rues,ont été rebaptisées,en l'honneur de ces martyrs, ces hommes étaient des copains d'enfance de mes oncle et tantes.MAGITTE ,vous souvenez  vous  de ces tractions noires et de leurs occupants   c'était l'horreur !!!pour retrouver le moral,pensons aux"JUSTES"

    8
    Pimprenelle Des Hèch
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:50

    Geneviève, j'espère que votre jambe est moins douloureuse et surtout n'hésitez pas à consulter, si votre jambe est rouge, chaude et oedématiée. Pour en revenir à votre billet et à l'utilisation de ces deux mots qui sont des maux et des bleus à l'âme, dans certaines circonstances. En effet dénoncer une situation comme la maltraitance d'enfants, d'animaux ou dénoncer des pollueurs est certainement un acte citoyen, que dénoncer une attaque à la personne, pour ses idées. Lundi dernier, j'ai visité le musée de la déportation à Compiègne qui a été inauguré en 2007. Dans ce camp, beaucoup avait fait l'objet d'une délation. 39480 ont été déportés vers l'Allemagne. Je doute que les dénonciateurs ne sussent pas, que leurs actes soient mal. Le bon sens aurait suffi. Bon rétablissement, Pimprenelle.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :