• Ceux qui pensent aux autres...

                         Les Petits Frères des Pauvres...

     

                         Je viens de lire que des personnes âgées s'apprêtaient à partir en vacances dans les "châteaux du Bonheur", propriétés appartenant  aux "Petits Frères des Pauvres", Association fondée dans les années 1950 par Armand MARQUISET. Les "pauvres" pour lui n'étaient pas uniquement ceux qui n'avaient pas d'argent ou très peu, mais les "pauvres en bonheur"...Belle formule. J'ai connu Armand Marquiset, un homme simple et bon et tellement modeste. Il donnait sa vie pour les "Petits Frères" ! Ceux-ci, venant de tous les horizons, allaient tenir compagnie à des pauvres esseulés, les aidaient le plus qu'ils pouvaient...Leur âge à ces bénévoles ? de 16/17 ans à...beaucoup plus que ça ! Je me souviens que mon fils aîné s'était engagé et qu'une année, au moment de Noël, il allait porter des petits colis aux hospitalisés. Il avait alors environ 15 ou 16 ans.

     

                           Les bénévoles sont des gens qui ne comptent pas leur peine. Rien ne les rebute. Ce qu'ils veulent, c'est faire plaisir et donner l'impression à ceux qu'ils visitent, que pour un temps, ils sont "comme tout le monde"....Ils pensent aux autres...Tenir compagnie à une personne âgée pendant quelques heures, c'est la sortir de sa solitude, lui apporter de l'affection et lui laisser de beaux souvenirs. Et si, en plus de ces visites régulières, elle est emmenée en vacances, quel que soit son âge, c'est tout simplement "la vie"!

     

                            A cette époque du "chacun pour soi", je trouve que ça vous donne chaud au coeur de penser que certains sacrifient leur temps libre et abandonnent leurs petites habitudes pour aider les autres, ceux qui ont ou ont eu moins de chance dans la vie.

     

                            Bravo les "Petits Frères" et...bonnes vacances !

     

     

    « Départ en vacances...souvenirs..."Si j'aurais su....!" »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Dimanche 7 Juillet 2013 à 01:39

    Soyons de plus en plus nombreux à penser aux autres, tant que nous le pouvons.

    Bonne soirée Geneviève.

    2
    Dimanche 7 Juillet 2013 à 08:27

    Heureusement, il y en a "encore" qui pensent aux autres...mais c'est de moins en moins ...la mode !

    Bonne journée.

    3
    Dimanche 7 Juillet 2013 à 13:10

    Bonjour Geneviève,

    Nous vivons dans un monde égoïste,mais il y a quand même encore des bénévoles  pour s'occuper d'autres personnes.

    Bon dimanche ensoleillé

     

    4
    Dimanche 7 Juillet 2013 à 17:28

    Hélas !

    Beau temps ici également et même "un peu chaud" pour moi !

    5
    Lundi 8 Juillet 2013 à 08:22

    c' esttellement rare dans notre monde égoïste, qu' il est important d' en parler !

     bonne journée

     bisous


    6
    Lundi 8 Juillet 2013 à 08:48

    Tout à fait !
    Bonne journée (très chaude ici !)

    7
    Lundi 8 Juillet 2013 à 13:24

    C'est justement la "récession" qui est dommage !

    8
    Lundi 8 Juillet 2013 à 22:56

    Combien je suis d'accord avec ce que vous écrivez ! Donner apporte bien du bonheur...Je crois que c'est ce que ressentent les "Petits Frères"...et c'est pourquoi je voulais leur rendre hommage avec mes simples mots. Notre monde est malade moralement, tout se rapporte à l'argent...Une personne "bien" pour moi, n'est pas une personne riche, mais une personne qui a une conscience, une bonne moralité...et l'amour des autres !...Penser aux autres, ça peut être très bénéfique ! "La prose de la vie nous permet de survivre". J'aime beaucoup !

    Bonne nuit ! Amicalement.

    9
    Vendredi 12 Juillet 2013 à 08:47

    Egoïsme et bêtise vont souvent ensemble. C'est bien le cas de notre monde. Donner  autre chose que de l'argent parait impensable à certains ; ils sont restés sur cette idée que même si "l'argent ne fait pas le bonheur" il y contribue.

    Pour vous faire sourire, une histoire vraie (et triste au fond) : une femme de mon entourage (brune, comme quoi y a pas que les blondes qui disent des sottises), cette femme me demanda un jour combien j'étais payée pour mon activité de bénévole au sein de l'association de parents d'élèves. Je tentais (en vain... oui, vraiment en vain) de lui expliquer que bénévole signifie "sans rémunération, gratis en bref" mais rien n'y a fait. Elle n'arrivait pas à admettre qu'on puisse faire quelque chose sinon par plaisir au moins par nécessité et pour l'intérêt collectif. Je vous passe les détails mais c'est significatif de la bêtise humaine.

    De quoi désespérer ? Non ! On baisse les bras un moment, puis on oublie et on repart pour une croisade.

    10
    Vendredi 12 Juillet 2013 à 12:36

    Combien de personnes n'envisagent de rendre service que...moyennant rétribution ? ou compensations diverses ? Le bénévolat, c'est l'abnégation...

    11
    cotentine
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:42

    Un bonjour ,très ,très chaud de mon village de coeur !mais que de travail!!! rassurez vous MAGITTE ,les bonnes âmes ,existent toujours  "en récession " ,bien sûr.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    12
    Pimprenelle
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:42

    Bonsoir Geneviève, Je me souviens d'une parole du Christ, qui énonçait une vérité : "il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir". Il pouvait en témoigner lui-même, après toutes les métamorphoses effectuées dans la vie de ses concitoyens, après son passage. Certes, il ne leur a pas procuré un bonheur matériel, mais un changement physique, moral et que sais-je ? La richesse d'un homme ou d'un femme émane de l'apport qu'elle apporte aux autres. Elle produit le contentement, la satisfaction. Aujourd'hui nous avons besoin de valeurs pour survivre dans un monde incertain, qui économiquement est malade d'une peste qui s'appelle le capitalisme ou le libéralisme. Edgar Morin et Stéphane Hessel dans leur livre intitulé "Le chemin de l'espérance" disaient : La notion de bien-être s'est réduite dans notre civilisation, à son sens matériel. Le bien-vivre suppose l'épanouissement individuel au sein de relations communautaire. Nos vies sont polarisés entre, d'un côté, d'une part prosaïque, que nous subissons sans joie, par contrainte ou obligation, et, d'un autre côté, une part poétique, qui est tout ce qui nous dispense plénitude, ferveur, exaltation, et que nous trouvons dans l'amour, l'amitié, les communions collectives, les fêtes, les danses, les jeux. La prose de la vie nous permet de survivre".  Bonne soirée. Amicalement, Pimprenelle.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :