• Cette bicyclette dont j'avais tant rêvé......


                                          Fin 1943, début 1944.....

                                          J'habitais alors JUVISY avec ma mère et j'avais trouvé du travail à ATHIS-MONS, communes limitrophes, mais notre maison était près du Val d'ATHIS, alors que mon travail se trouvait sur le Plateau d'ATHIS ! Donc, sans bicyclette, je n'avais qu'un moyen de transport : de bonnes jambes, de bons pieds ! D'accord, j'étais jeune, mais cela représentait quand même deux ou trois kilomètres...et il fallait compter le retour ! Je n'avais pas de bicyclette à ma disposition, mon père n'ayant jamais voulu m'en offrir une par manque de confiance ! C'est vrai, j'étais un peu "casse-cou" et très étourdie.... Réclamation de ma part absolument inutile... Et la guerre étant arrivée, nous avions bien d'autres dépenses à faire.... Mon patron d'alors brave homme et plein de pitié a demandé qu'on essaie de m'en monter une....Me voici donc nantie au bout de deux mois d'une bicyclette on ne peut plus d'occasion mais qui roulait....Elle aurait été toute neuve je n'aurais pas été plus contente ! Elle était à moi...pas pour longtemps hélas ! le 18 avril 1944 elle est restée sous les décombres de notre maison....Me voici encore piéton...On m'en "remonte" une encore plus ancienne que la première, mais que mes collègues avaient peinte (pour faire passer la pilule) d'un joli bleu métallisé...entre deux maux, il faut choisir le moindre et puisque ça roulait, c'était le principal.

                                            Août 1944, grand bonheur, la Libération ! Un marchand de cycles qui avait très souvent mon pauvre vélo en réparation, me propose de m'en monter un neuf,  à la condition que je ne sois pas pressée..Au point où j'en étais, je ne pouvais qu'être d'accord. Il se trouvait en face de mon travail et tous les jours, j'allais aux nouvelles et j'apprenais ainsi qu'il avait pu avoir soit un cadre, soit un pédalier, soit des roues, enfin petit à petit tout ce qu'il faut pour que cet objet soit enfin à moi ! je le payais aussi par petits morceaux....mais j'espérais, jusqu'au jour où il a pu me faire admirer une magnifique bicyclette avec un cadre droit, rouge...., un porte bagages, un éclairage, plusieurs vitesses...C'était le plus beau vélo de France ! J'étais heureuse et fière et ai abandonné sans regret aucun mon vieux "tas de ferraille".  Mais le sort s'acharnait sur moi : un soir, en rentrant de mon travail, alors qu'il faisait une nuit d'encre (et la guerre n'étant pas encore terminée on ne pouvait éclairer comme on voulait), j'ai ressenti tout à coup un choc en pleine face et me voilà partie au pays des rêves ! Quand je suis revenue à moi, entourée de militaires français (!) on m'a dit qu'un soldat américain  de couleur ,sorti de dessous les arbres avec ces gros vélos qu'ils avaient et qui ressemblaient un peu aux vélos-cross de notre époque mais en plus grand, m'avait envoyée au tapis! Il n'avait pas d'éclairage non plus et...il était parti sans autre forme de procès ! Ma figure me faisait horriblement mal, il me semblait que mon nez était à la place de mon oreille ! mais mon plus gros souci, c'était....mon vélo ! J'ai posé timidement la question mais le "ben..."accompagné d'un haussement d'épaules du militaire français qui m'a répondu, ne m'a laissé aucun espoir ! C'en était fini...Exit le vélo...il était "plié"...mort... J'ai dû reprendre mon ancien tas de ferraille qui me rendait tout de même service !

                                                 Décidément, je n'étais pas faite pour avoir une bicyclette...Mon père avait-il eu raison d'avoir peur jadis ? Pourtant, si mes bicyclettes ont eu des sorts hors du commun, je n'y étais pour rien ! Je crois simplement que, sans être imprudente,  je leur portais "la poisse" !!! Heureusement et bien que je le regrette, je n'ai jamais eu l'envie de conduire une voiture !

                                                 C'est une petite histoire de guerre ou de ses conséquences et comme il fallait bien rire un peu tout de même, c'est ce que j'ai fait...Rire jaune peut-être, mais nous en "avions vu bien d'autres" !

    « C'était il y a 90 ans...d'une guerre à l'autre...Mémoire ancienne, souvenirs toujours....... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Dimanche 9 Novembre 2008 à 12:29

    Pas de chance en effet avec les bicyclettes !!! Savoureuse, la manière dont vous nous parlez de vos mésaventures à "deux roues".....J'ai souri, même si pour vous à l'époque, cela ne devait pas être toujours bien drôle !!!!
    Affectueusement. Bon dimanche.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :