• Ce souvenir, ou "comment s'en débarrasser" ?...


                                              Encore un souvenir des années noires...

                                              Difficile d'oublier certains souvenirs ! Hier soir, j'ai regardé ce film que je trouve très beau et que j'avais déjà vu il y a quelques années : Monsieur BATIGNOLE.... Homme quelconque au départ, vivant la guerre et l'occupation d'une manière un peu égoïste et qui arrive à faire de grandes choses, en sauvant des enfants juifs. Poussé par quoi ? il ne le sait pas lui-même puisqu'il répond humblement à une femme qui lui pose la question "le hasard, simplement le hasard".... Mais en plus du hasard, ce refus involontaire de participer à ces actes monstrueux, et de se rendre complice de ceux qui voyaient sans déplaisir les allemands occuper notre pays, par convictions et aussi par intérêt....

     

                                              Et j'ai repensé à tous ces "petits résistants" inconnus, qui ont fait aussi de si grandes choses. Oh bien sûr, il y avait les "vrais" résistants, ceux qui, dès l'arrivée de l'armée d'occupation, se sont engagés dans cette armée des ombres qui a tellement aidé à la Libération. Mais il y a eu aussi tous les autres qui, au risque de leur vie bien souvent ont aidé à passer la ligne de démarcation, aidé à passer du courrier inter-zones, aidé ceux qui se cachaient, aidé, aidé, aidé d'une façon ou d'une autre à désobéir à l'occupant. Je me souviens de tous ces faux papiers que nous avons faits, plus vrais que vrais ...seuls les noms des titulaires étaient faux ! les tampons, cachets et signatures étaient vrais(celles-ci, très bien imitées parfois) et auraient suffi à envoyer au peloton d'exécution ou en camp de concentration celui qui aurait été pris....Les réfractaires au STO étaient pourvus de ces papiers faits par dizaines tous les jours, après le travail...Le "hasard" nous avait amenés là, conscients tout de même de ce que nous faisions avec plaisir, et la confiance en ceux qui nous demandaient ce travail nous donnait le courage ! Quels souvenirs ! Arrivés sur la pointe des pieds à la Résistance, repartis de même pour la plupart après la Libération....mais avec une conscience en harmonie avec eux.

                                               J'ai aimé ce film touchant de don de soi et d'humilité ! Monsieur BATIGNOLE n'a sans doute jamais pensé qu'il était un héros, ce n'était pas son but. Il voulait sauver ces trois enfants de la barbarie, il l'a fait le plus naturellement du monde, sans en espérer rien en retour, ni remerciements, ni récompenses...Parce que c'était son devoir de le faire, en toute simplicité .... Merci à tous les "Monsieur BATIGNOLE" de l'époque. Et il y en a eu beaucoup.

                                              

    « Je commence à avoir peur....Des "souvenirs" appréciés..... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Mars 2009 à 17:24
    Je n'ai pas regardé ce film hier soir.
    Effectivement encore des souvenirs pour vous qui avez connu cette époque.
    Nous avons encore eu une belle journée printanière.
    Bonne soirée. 
    2
    Lundi 16 Mars 2009 à 18:13
    J'ai découvert ce film hier soir (grâce à Parabole Réunion). Je ne l'avais pas encore vu. On ne peut qu'être ému par le parcours de cet homme, qui pourtant n'était pas "prédisposé" à aider qui que ce soit....L'accent était bien mis sur tous les travers de l'être humain dans ce film....Et ce petit gamin, si attachant, mais qui mettait si souvent "les pieds dans le plat" !!!
    Mes grands-parents maternels étaient résistants. Ma maman, ses soeurs et son frère, enfants pendant cette guerre ont fait aussi de la résistance "à l'insu de leur plein gré".....Maman m'a raconté les nombreuses fois où dans des paniers, bien anodins, ils transportaient des armes, des papiers dans une ville occupée, et ce en pleine journée. C'était comme ça !!! Lorsque nous parlons de celà, je pense aux risques courus par tous ces gens "ordinaires" mais quelque part, même si c'est un peu "puéril", je suis fière de cette famille.
    Bonne soirée Geneviève, je vous embrasse.
    3
    Lundi 16 Mars 2009 à 19:21
    Très joli film qui permet de voir que des gens dit"ordinaires" peuvent être des gens remarquables.
    Je n'ai pas connu cette période mais j''en ai souvent entendu parler par ma mère et mon oncle qui était résistant.
    Quelle horrible période.
    Je vous embrasse et vous souhaite une bonne semaine printanière.
    4
    Lundi 16 Mars 2009 à 21:30
    Et bien je dis bravo Geneviève ! la moindre activité suspecte aux yeux de l'occupant était plus que périlleuse et c'était pire pour les personnes qui avaient femme et enfants.Les faux papiers à la fabrication desquelles vous avez participé, auraient pu vous conduire vers un destin cruel.Chapeau.J'ajoute qu'il faut être vigilant : il y a une vingtaine d'années, en fin de soirée, je suis tombé nez à nez avec deux crânes rasés dont l'un avait mis le pied sur la kippa tombée à terre d'un jeune juif et allait le molester, quand je leur ai demandé s'ils voulaient un coup de main : ils se sont lâchement enfuis.L'abjection dans toute sa grandeur.Bravo pour cet article Geneviève.Bonne soirée.
    5
    Lundi 16 Mars 2009 à 22:48
    Je crois que, comme "MrBATIGNOLE"  c'était peut-être le hasard...Nous savions évidemment ce que nous faisions, mais nous trouvions ça normal ! une seule fois, nous avons eu très peur, mais quelle peur ! Perquisition allemande dans notre bureau...C'était ainsi...En revoyant ce film hier, j'ai repensé à cette époque et je trouve souvent injuste qu'on pense que les français n'étaient pas toujours à la hauteur. C'est faux...Oui il y a eu des lâches et des collaborateurs, mais pas la majorité bien au contraire...
    6
    Lundi 16 Mars 2009 à 22:50

    Je suis d'accord avec votre dernière phrase !

    7
    Lundi 16 Mars 2009 à 23:04
    J'en ai connu de ces gens si simples...et si courageux.
    8
    Lundi 16 Mars 2009 à 23:07
    Ce n'est pas puéril d'être fière de votre famille. C'est grâce à tous ces gens que nous sommes libres. Il faut quand même bien avouer que nous étions dans un drôle de pétrin !
    9
    Lanaud
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:13
    J'ai une peur rétrospective pour mon frère et ma soeur qui sont allés, à plusieur reprises, la nuit, au même endroit, planter des clous dans les pneus des camions allemands. Je sais pas si c'était du courage ou de l'inconscience...Sans doute n'aurait-il pas fallu qu'ils recommencent une seule fois !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :