• Ce mot qui faisait peur....

                        Couvre-feu....

                        Rétrospectivement, il me semble que j'ai un peu peur...J'ai entendu que dans certaines communes, il était question d'instituer l'heure d'un "couvre-feu", pour les enfants mineurs qui traînent dans la rue une grande partie de la nuit... Je ne suis pas d'accord avec le fait que des enfants soient dehors à des heures anormales...Il me semble que les parents pourraient et devraient intervenir...C'est leur rôle de parents, d'éducateurs, de responsables de ces jeunes qu'ils ont mis au monde...Les animaux s'occupent bien de leurs petits et de leur éducation....

     

                         Ce qui me fait peur, c'est ce mot "couvre-feu", de sinistre mémoire ! Les personnes de ma génération ont connu le couvre-feu et ses contraintes, le tout institué par l'occupant....lequel pensait ainsi gêner la Résistance... Mais avoir peur de rentrer avec cinq minutes de retard parce qu'on aura raté son train ou son bus, ou par suite d'une crevaison de vélo...j'ai connu et j'en ai de mauvais souvenirs ! Se dire qu'on va rencontrer une patrouille...qu'on va se retrouver au poste (à la kommandantur pour nous à l'époque), est-ce une bonne chose ? Ne pourrait-on obliger les parents à veiller sur leurs enfants ? il doit bien y avoir des moyens ? et si, le couvre-feu, c'était la solution de facilité ? On se décharge, c'est devenu courant...On "ouvre le parapluie"....

                          Il ne m'appartient pas de critiquer, mais simplement je tiens à dire que je doute...Et puis, trouvons un autre mot, celui-là rappelle de trop mauvais souvenirs...mangeons aussi des rutabagas pour faire des économies ! Il y a d'autres moyens...

     

                          

    « Visite d'un pigeon voyageur......Après les évènements....de 1968.. »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 19:21
    Je pense que le problème est grave. Je vois en bas de chez moi des gamins qui traînent jusqu'à 2 ou 3 heures du matin...Ce n'est pas leur place. Mais ce "couvre-feu" me gêne (trop de souvenirs) ! Je ne guérirai pas de cette époque !
    2
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 21:57
    Il s'agit d'un os à ronger jeté à l'opinion publique pour faire oublier les factures de toutes sortes qui s'envolent, les impôts et les taxes qui font de même en attendant la "merveilleuse" surprise des impôts locaux de l'an prochain...
    Bien sûr qu'il existe des gamins qui suivent le chemin qui les conduira tout droit en prison, bien qu'il existe des abrutis qui polluent l'existence des habitants de leurs propres quartiers, mais il existe aussi des gamins qui veulent rentrer le plus tard possible chez eux vu qu'ils habitent un appartement surpeuplé...quant au mot couvre-feu, il faut avoir vécu cette situation comme ce fut votre cas pour en "apprécier" toute la dureté.Je rappelle que certains peuples subissent un couvre-feu inhumain (pléonasme).
    Personnellement, je suis très pessimiste quant à la situation dans ces "banlieues".Celles-ci sont "instrumentalisées" à la fois par la droite et par la gauche.
    3
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 22:16
    Là je suis entièrement d'accord avec vous.
    Que font ces jeunes, enfin grands enfants si on veut, à cette âge dehors le soir. C'est à se demander.
    Bonne soirée
    4
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 22:27

    Que font leurs parents ?

    5
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 22:36
    Ne peut-on pas essayer de leur éviter ce chemin, sans passer déjà très jeunes par cette voie ? Les banlieues, elles ont toujours existé avec des jeunes qui vivaient à 7 ou 8 dans un deux pièces... Leurs parents alors s'en occupaient et ils avaient beaucoup de mérite..Pas besoin de couvre-feu officiel !
    6
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 23:22
    Des enfants de dix ans traînent tard dans la soirée dans mon quartiers. Ils suivent les "grands" et se livrent à toutes sortes de bêtises. Alors oui, COUVRE-FEU et que les allocations familiales (qui devraient être pafonnées à trois enfants) soient retirées aux parents qui laissent traîner leur marmots...
    7
    Vendredi 6 Novembre 2009 à 07:12

    Toutes les solutions sont bonnes à étudier...

    8
    Vendredi 6 Novembre 2009 à 07:14
    Il y a une trentaine d'années déjà, mon père parlait de la "démission des parents"...ça n'a fait que croître et embellir !
    9
    Vendredi 6 Novembre 2009 à 17:26

    « couvre feu », état de guerre, état d’urgence… Oui ces mots sont associés, au moins dans nos esprits ! Alors, les associer aux enfants, c’est difficile à entrevoir. Mais il est si difficile de responsabiliser les parents sur l’éducation de leurs enfants ! Quoi penser ? Il n’est ni sain ni normal que la société supporte éternellement les carences parentales. Question bien difficile. Il faut laisser les enfants être des enfants. Amitiés. Loic

    10
    Vendredi 6 Novembre 2009 à 19:10

    "Ni sain ni normal"...Comme ces mots sont justes ! Le problème est bien difficile.

    11
    Robert
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:07

    Utiliser le mot "couvre-feu est intentionnel. C'est un bon moyen pour effrayer les concitoyens en les stigmatisant sur une résurgence de la terreur, de la guerre.
    A 13 ou 14 ans, je me baladais dans mon quartier en été avec mes copains jusqu'à minuit mais nous jouions au ballon, discutions calmement ou faisions des parties de cartes dans le square.
    L'époque que nous vivons n'est plus la même mais je ne pense pas comme vous que ce soit une solution d'interdire. Mais que font les forces de police ? Etre en contact avec ces jeunes, les encadrer et surtout faire de la prévention auprès des familles me semble être beaucoup plus positif.
    Amicalement. 

    12
    Véro
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:07
    Désoléee, j'ai tant de choses à dire sur ce sujet, que je ne sais pas quoi commencer.... je suis.... je suis bras ballants devant l'éducation actuelle de nos jeunes.... devant l'attitude démissionnaire des parents.....
    13
    juvisienne
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:07
    Couvre-feu : appellation sinistre... mesure illusoire...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :