• C'était ainsi...il y a 60 ans !


                             Que de progrès à faire encore !

                             4 juillet 1949 - Voilà c'était terminé, ce petit attendu pendant de longs mois venait d'être rappelé, aussitôt arrivé...Épuisé, mort de fatigue...Il y avait 30 heures qu'il luttait pour voir le jour et que je le sentais vivre...Mais c'était un dimanche, dans une petite "clinique" tenue par une sage-femme, capable certainement...quand tout allait bien ! Elle n'avait pas appelé de médecin alors qu'il aurait fallu me conduire à l'hôpital et que mon mari et mes parents la suppliaient de le faire... Orgueil ou intérêt, ou les deux ? Le médecin arrivé pour constater le décès a déclaré "ce bébé ne devait pas mourir"... Je ne veux pas faire de misérabilisme...Nous avons eu tellement de peine, j'y pense encore. Mais lorsque j'ai appris quelques mois plus tard que la clinique (si clinique il y avait) fermait et quelques années après que toutes ces cliniques n'avaient plus le droit d'exister, j'ai été soulagée...J'ai pensé à toutes ces jeunes femmes qui avaient vécu le même drame, dont une amie de jeunesse, devenue par la suite marraine de ma fille, et qui avait elle aussi perdu son bébé dans les mêmes circonstances...Un dimanche...

                              Alors je repense à tous les progrès qui ont été faits en médecine depuis la guerre. Oh, je ne dis pas qu'il n'y a plus d'accidents, ça serait trop beau ! Mais les naissances "à risques" sont connues d'avance, et les hôpitaux et cliniques sont là dont le personnel est dévoué et fait son travail avec passion. Mettre un enfant au monde, aider la maman, quel merveilleux métier...Il n'est pas de tout repos, l'enfant ne prévenant jamais de son heure d'arrivée ! Tous les moyens sont prêts à servir en cas de besoin. Lorsque j'ai eu deux autres enfants après ce drame vécu en 1949, dès que je suis arrivée à l'hôpital où j'étais attendue et surveillée, je me suis sentie en sécurité. Les progrès ont été faits dans les techniques, les matériels, les façons d'agir, l'hygiène...Combien de femmes dans ma jeunesse, accouchaient à la maison...Il n'y avait pas ou presque de maternités...Des femmes mouraient "des suites de couches" comme on disait alors...Manque d'hygiène, manque de moyens...manque d'argent aussi puisqu'il n'y avait pas de sécurité sociale et que bien des gens appelaient le médecin quand...il était déjà trop tard ! Et puis il y a eu ces petites cliniques autorisées, tenues par des sages-femmes qui étaient loin de faire les études médicales qu'elles font maintenant. Ces cliniques, elles pouvaient être installées dans un simple petit pavillon et tenues par une sage-femme très dévouée souvent et très capable. Elle devait faire appel à un médecin ou à l'hôpital dès qu'une complication se présentait...Le problème était là... Trop sûre d'elle ou dans l'impossibilité de joindre un médecin, elle attendait un maximum de temps, et c'était souvent trop tard.

                                Tout ceci a été réglementé et les techniques aseptisées au sens propre comme au figuré ! Et c'est très bien ainsi. Le progrès a du bon...Médecins-accoucheurs, sages-femmes, font un magnifique métier. Ils se battent souvent pour qu'un tout petit souffle de vie devienne ce beau bébé qui se fait attendre neuf mois et qui pendant ce temps fait déjà tellement parler de lui...Quand j'entends dire qu'on va fermer un service de maternité dans un hôpital, parce qu'il n'est pas assez rentable, ça me fait bondir ! Il ne faudrait pas en revenir à ces pratiques anciennes des accouchements à domicile ou dans les petites cliniques non surveillées ou si peu...La rentabilité serait pour qui alors ? Sûrement pas pour les jeunes parents, quand tout s'écroule pour eux...

                                 "Rentabilité" quel vilain mot appliqué à la médecine !

                              

    « Ces bruits détestés et détestables....A la guerre comme à la guerre.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Juillet 2009 à 12:40
    C'est difficile pour moi de commenter votre article Geneviève avec ce drame épouvantable.On ne peut que souscrire à ce que vous dites sur les progrès de l'aseptie et sur la notion de rentabilité, ce vilain mot comme vous dites.
    Je viens de lire l'article consacré par Mapy à sa grand-mère et j'ai été touché aussi.L'argent pourrit bien des choses.
    Je vous souhaite une belle fin de semaine. 
    2
    Samedi 4 Juillet 2009 à 13:43
    Un drame que celui d'une naissance qui...se transforme en drame ! Quel contresens ! Quelle absurdité. Je me permets de vous adresser mes pensées de sympathie les plus profondes, encore aujourd'hui.( J'ai moi-même vécu la perte d'un enfant non encore né, dans des circonstances différentes, les capactiés du corps médicale ayant été, en ce qui me concernait, hors de cause) mais je n'oublie pas ce petit ange.
    Nous ne pouvons que nous réjouir des conditions médicales entourant une naissance qui de nos jours ne sont plus comparables à celles qu'on connues nos mères.
    Mais rentabilité et orgueil sont les deux démons de la médecine. Nous retournons à toute vitesse, des décennies en arrière. Déplorable !
    3
    Samedi 4 Juillet 2009 à 15:09

    C’était comme ça, oui. Nous sommes 7 frères et sœurs, nés entre 1941 et 1951, tous, sauf la dernière, nés à la maison. Je ne sais ce que ma mère en pensait car on ne parlait pas de ces choses, de santé, d’ailleurs, d’une manière générale. Il y a aujourd’hui un courant, minoritaire mais actif, qui prône le retour des accouchements à domicile. Moi, j’étais trop petit à ma naissance pour m’en rappeler… Amitiés. Loic

    4
    Samedi 4 Juillet 2009 à 17:10

    Réponses à Loïc, Morsli, Armide -

           Le retour des accouchements à domicile, je pense que ce serait une erreur...Il y a des impératifs d'hygiène, de matériel d'urgence qu'on ne peut avoir qu'en milieu hospitalier. Là où le bât blesse, c'est que peut-être, ça revient plus cher ? Mais la vie à un prix....On ne peut régresser, ça serait inhumain et tellement illogique, surtout pour "récupérer" quelques sous !
           Merci à tous les trois pour vos commentaires.

     

    5
    Dimanche 5 Juillet 2009 à 08:45
    Je pense qu'à son orgueil se mêlait l'intérêt...il aurait fallu partager les honoraires...Vopus avez raison, cette mode de vouloir accoucher à domicile est dangereuse. Quand tout se passe bien, rien à craindre...dans le cas contraire, c'est à voir.
    Bon dimanche à vous. Je suis loin de mes enfants par la distance ! Mais pas par le téléphone...et ça fonctionne !
    6
    Dimanche 5 Juillet 2009 à 11:51
    Bonjour Geneviève......Que de drames vécus.......Les progrès réalisés dans le domaine de la médecine sont indéniables.....Mais ce principe de rentabilité et de profit pourrit aujourd'hui notre système......Jusqu'où cela nous mènera t-il ????
    Les erreurs existent encore....Nous en avons fait l'expérience récemment dans ma famille très, très proche......Un bébé est parti, dans les premières heures de sa vie......Erreurs, négligences, c'est sûr......on ne saura jamais vraiment ce qui est arrivé....Pas le courage et le coeur de "creuser" plus.....Pour mon neveu et sa femme, premier bébé, drame immense que de rentrer à la maison, les bras vides ......La vie est ainsi faite......
    Je vous écris peu en ce moment, mais je passe vous lire avec toujours autant de plaisir.....
    Je vous souhaite un bon dimanche. Pensées affectueuses d'ici.
    7
    Dimanche 5 Juillet 2009 à 12:16
    Je pense à vos neveux...rentrer à la maison les bras vides, c'est affreux. Par la suite, j'ai été très bien suivie et j'ai pu avoir deux autres enfants. Je souhaite ce même bonheur à vos neveux. Mais rien ne fait oublier la disparition inexpliquée.
    Amitiés bien "chaudes" ! Quelle chaleur en ce moment !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    juvisienne
    Mardi 11 Mars 2014 à 21:10
    oh! Geneviève.. j'en ai les larmes aux yeux...
    qu'un beau Bébé puisse mourir comme ça, bêtement, par obstination orgueuiileuse... c'est ...il n'y a pas de mots...
    voyez-vous, je n'approuve pas cette manie, venue d'outre Atlantique, de fairre des procès à tout propos, mais là, cette soi-disant sage-femme, elle méritait la prison...
    et cette nouvelle mode de vouloir accoucher à domicile, c'est tout simplement criminel. Les jeunes femmes ne se rendent pas compte à quel point elles se sentiront coupables, en cas de malheur, et ça devrait être un devoir pour leur Médecin d'essayer de les en dissuader.
    Bonne journée en pensée, sinon peut-être en fait, avec vos deux enfants bien là, eux...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :