• Anciennes professions, mais....

                        Qui pouvaient "mener loin"...

     

                        Pourquoi, mais pourquoi des noms qui ne sont plus employés (à ma connaissance), me reviennent-ils à l'esprit sans crier gare ! Mystère des méandres du cerveau et surtout de la mémoire... Quand je crois me reposer, cerveau et mémoire travaillent et extirpent de mon esprit des mots très connus jadis...

     

                         C'est ainsi que le nom "saute-ruisseau" a sauté le pas et est venu prendre l'air et se rappeler à mes souvenirs ! Le saute-ruisseau ! ce très jeune coursier, encore enfant très souvent, était principalement employé par les notaires, les avoués, les huissiers et autres professions de ce genre. Il était chargé de faire les courses, de porter les plis de l'un à l'autre, d'aller parfois au Tribunal chercher des dossiers...C'est ainsi qu'un jour de 1er avril, mon père avait envoyé le saute-ruisseau de son Etude au Palais de Justice, chercher "la grosse du jugement dernier" ! (la grosse étant la copie intégrale d'un jugement). Comme entre-temps chacun le renvoyait qui chez un avoué, qui chez un avocat...le pauvre était revenu bredouille à la fin de la journée....Plus sérieusement, le saute-ruisseau avait des missions de confiance...Il devait être déluré, rapide, connaître parfaitement sa ville...Et en bonne santé ! il en faisait des kilomètres dans une journée ! Les canivaux d'alors n'étant pas ce qu'ils sont devenus, il devait souvent "sauter" par-dessus pour traverser une rue et ne pas se mouiller ! d'où sans doute son nom....

     

                            Un autre nom de profession m'est revenu également: celui de "petit mousse". Dans les professions du bâtiment, c'était le nom donné au très jeune employé, là aussi souvent à peine un adolescent, qui était chargé d'apporter aux maçons et autres ouvriers, les seaux d'eau, le ciment, la chaux, les matériaux divers...et aussi les "casse-croûte" aux moments de la pause...Je ne sais si ce nom est encore employé ?

     

                            Ces deux professions étaient surtout exercées par des très jeunes (13/15 ans ?). Mais oui, il n'était pas rare de voir des enfants travailler à cet âge...Les gens n'étaient pas riches. Mais qu'on ne s'y trompe pas...même de la première marche de ce "piedestal" on pouvait arriver dans la vie, avec du courage, de la bonne volonté et un certain sens des affaires...Mon grand-père, considéré de son temps comme "un Monsieur" assez connu et apprécié, avait démarré comme saute-ruisseau à...10 ans ! Puis, pas sot, il avait étudié tout en travaillant...Un des amis de mon père, Entrepreneur de Travaux Publics apprécié et très connu aussi jadis, était à 11 ans "petit mousse" sur un chantier....Dur avec lui-même, dur avec les autres, tout comme mon grand-père....Mais la réussite était à ce prix !

     

                              C'était une époque dure bien sûr...Mais ce qui comptait, c'était la valeur et pas le nombre d'années après le bac ! D'ailleurs, le bac n'était pas encore tellement couru ! Le travail manuel était reconnu, de même que le travail "tout court"....Tout change...

    « Situation inchangée.....Cherchez pas docteur, c'est la tête ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Février 2012 à 15:13

    le mousse, le petit mousse...l'apprenti ? l'aide...

    2
    Mercredi 8 Février 2012 à 16:16

    Soyez sans inquiétude....

    3
    Jeudi 9 Février 2012 à 01:09

    La durete du travail s'emporte quand vit l'espoir.

    Bonne et paisible nuit.

    4
    Jeudi 9 Février 2012 à 07:17

    En ce qui concerne le vocabulaire : "saute-ruisseau", ce mot, je l'ai lu et sans doute entendu mais je n'ai pas rencontré de tel saute-ruisseau, la scolarité était obligatoire jusqu'à 16 ans déjà quand je suis rentrée en 6°.

    Le petit-mousse, pour moi, c'est le plus jeune des apprentis marins que l'on mange éventuellement après la courte-paille.

    Un mot équivalent me revient, ma grand-mère l'utilisait souvent : arpette.

    Quant aux diplômes, ils n'ont plus guère de valeur car il y en a trop, trop de diplômes dits spécialisés. Il y a trop de diplômés aussi. Cette inflation a enlevé de la valeur aux titres.

    Sur le marché de l'emploi, c'est aussi l'esbrouffe, le baratin qui domine ; dès lors que l'on manque de sûreté de soi, avec ou sans diplôme, c'est plus difficile.

    Bonne journée et à bientôt.

     

    5
    Jeudi 9 Février 2012 à 08:41

    Bien sûr, puisque...l'espoir fait vivre !

    6
    Jeudi 9 Février 2012 à 08:45

    Heureusement que le travail des enfants trop jeunes a été interdit...Mais il ne devrait pas s'agir de les "traîner" sur des bancs d'école jusqu'à 16 ans...certains feraient d'excellents ouvriers. L'intelligence n'est pas que "culturelle".
    Bonne journée à vous....sans glissades dans les rues encore enneigées !

    7
    Jeudi 9 Février 2012 à 12:15

    Mais voilà, les syndicats et la gauche ont mis leur véto !

    Mitterand  a même voulu le bac pour tout le monde !

     bien des enseignants, conseillaient les universités pour l' orientation !

    Ouvrier  ! quelle honte !

     c' est à mon avis le reflet de la jalousie qui fait qu' on crie haro sur  celui qui réussit, et d' un autre côté, on cherche à arriver au même niveau !

    un monde de folie !

     bonne journée

     bisous

    8
    Jeudi 9 Février 2012 à 12:21

    Petits métiers pour très jeunes gens...encore presque des enfants ...

    9
    Jeudi 9 Février 2012 à 12:25

    Le bac pour tout le monde, c'est une des aberrations du siècle ! un bac archi-dévalué, qui trompe son monde et en premier lieu celui ou celle quui l'a obtenu....

    10
    Jeudi 9 Février 2012 à 19:18

    C'était le temps où il y avait du travail pour les jeunes...

    Désolée pour mon absence... et pour les nouveaux changements... . Je vous embrasse. Bonne soirée.

    11
    Jeudi 9 Février 2012 à 20:43

    Même pour les très jeunes !
    J'ai vu les nouveaux changements...Je trouve ça bien.
    Bises, bonne soirée à vous également.

    12
    Jeudi 9 Février 2012 à 22:29

    Je ne connaissais pas ces noms...

    De nos jours c'est surtout les diplômes qui priment !

    Dommage.

    Bonne fin de soirée

    13
    Jeudi 9 Février 2012 à 22:49

    Des diplômes qui n'ont pas toujours une grande valeur à notre époque !
    Bonne nuit

    14
    Vendredi 10 Février 2012 à 09:34

    Je connaissais le "saute ruisseau" mais pas le "petit mousse". Je viens de publier un article qui vous est dédié. Petits métiers d'autrefois: le rémouleur. Ce métier ne menait pas bien loin mais était bien utile . Bon courage. Vous êtes peut-être la doyenne des blogueuses.

    15
    Vendredi 10 Février 2012 à 15:43

    Le rémouleur...je crois en avoir parlé sur ce blog, il y a déjà...pas mal de temps ! Je me souviens très bien de lui et...de son utilité...Il y avait aussi le vitrier qui passait avec des vitres sur son dos ! et tellement d'autres...
    Merci pour votre article sur le rémouleur...Je ne suis pas certaine d'être la doyenne des blogueuses ! ça devient tellement courant "les jeunes femmes de mon âge" qui se mettent aux techniques modernes !

    16
    Vendredi 10 Février 2012 à 23:00

    Jolie page "souvenirs". Tant de métiers ont disparus sans bruit ou se sont transformés. J'aime beaucoup le "saute-ruisseau". Très imagé....Par contre, "petit mousse", je ne connaissais pas.
    Tant de choses ont changé dans le monde du travail. En bien mais pas toujours....
    Avez-vous moins froid, Geneviève, du côté de Toulouse ????

    Je vous souhaite un bonne fin de semaine. Je vous embrasse et vous dis à bientôt.

    17
    Samedi 11 Février 2012 à 09:35

    "Saute-ruisseau", c'était mignon ! Tout change (en bien ou en mal...)
    Toujours aussi froid à Toulouse. C'est l'hiver !
    Je vous embrasse.

    18
    COTENTINE
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:50

    Alors là, MAGITTE,votre cerveau nous pose des devinettes!!!Le mien, n'a pas reconnu""petit mousse" .Mais casse croûte lui a rappelé de bonnes odeurs,bien moins snob que sandwitch,ce mot est toujours employé.Saute ruisseau....?j 'imagine bien,un gamin caracolant dans les rues de la grande ville,sautant d'un pied sur l'autre,pour tout en s'amusant,accomplir au plus vite la mission  qui lui était confiée. Il était fréquent que ces petits emplois conduisent à de grandes carrières.j' ai connu des personnalités,qui ont "grimpé" très haut dans le monde du travail,après être parti du 1er échelon!au moins ,ils connaissais le travail de a à z  . Bonne journée,je vais consulter mr google pour petit  mousse,merci à votre cerveau ....il ne doit pas connaître les 35heures    COTENTINE

    19
    COTENTINE
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:50

    QUE votre cerveau ne se fâche pas,je n'avais jamais entendu cette expression! MAIS JE comprendstrès bien le sens que vous donnez à ce mot  JE me fait toute petite petite...... COTENTINE

    20
    cotentine
    Mardi 11 Mars 2014 à 20:50

    Bonjour .Arpette ou cousette? Ces noms n'étaient'ils pas donnés à des petites apprenties dans le monde de la mode dans les années folles? Elles ramassaient bien souvent les aiguilles au sol et étaient corvéables à merci.Bonne journée ,malgré la froidure.cotentine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :