• Amour, amour, quand tu nous tiens !...

                                   Un été avant guerre...

                             La petite chienne appelée Minnie que nous avions avant la guerre, nous donnait parfois bien des soucis ! Quand elle décidait de se trouver un petit ami, ce qui lui semblait indispensable de temps en temps...Dans ces périodes, il ne faisait pas bon l'emmener en commissions avec nous, car si nous partions avec une chienne, nous revenions avec...tous les chiens du quartier, les gros, les petits, les beaux, les moins beaux ! Ah ! ces mâles, quand ils voient ou sentent une petite jeunesse prête à succomber à leur charme, pas moyen de s'en débarrasser...Autant dire tout de suite que ni mon frère, ni moi n'aimions cette situation... Alors, Minnie restait dans le jardin, bien triste et sûrement très fâchée d'avoir des maîtres aussi incompréhensifs ... La morale ? elle s'en moquait bien !

                              Un jour, aboiements désespérés dans le jardin ! Ceux de Minnie et ceux de notre bon gros Malinois réunis ont obligé mon père à aller voir ce qui se passait ... Quel tableau... Un assez gros toutou venant de l'extérieur, sans autorisation spéciale (qui lui aurait été refusée et pour cause....) avait voulu forcer la barrière de sécurité constituée de la grille en fer et donc de solides barreaux. Sautant sur le mur, il avait essayé de passer entre deux barreaux, mais soit manque de réflexion, soit envie trop forte de s'offrir la douceur d'une étreinte défendue, il n'avait pas pensé à sa taille et il était pris au piège ! Coincé...S'il avait pu passer tête, cou et début de poitrine, le reste n'avait pas voulu suivre ! Reculer, vous n'y pensez pas, c'était impossible, son ventre ayant gonflé de part et d'autre du barreau ! Quel triste spectacle ! Mon père est parti bien vite chercher une scie à métaux et a scié le barreau, pouvant enfin dégager cet amoureux transi ! Il n'était pas content le papa, le chien non plus sans doute car il est parti en courant... Il en avait été pour ses frais et heureusement que nous avions été alertés par les aboiements qui étaient, nous l'avions bien compris, des appels au secours ! Le courage, l'intrépidité, n'ont pas été récompensés, pas plus que la vertu obligée de notre petite chienne ! 

                               Jour "sans" aujourd'hui pour les souvenirs sérieux ! A bientôt !
                             
    « A la guerre comme à la guerre....Battements de coeur en juillet 1944.... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Juillet 2009 à 20:23
    Mais il faut aussi des souvenirs gais Geneviève : personnellement je prends autant de plaisir à les lire que ceux plus didactiques.On dit que ventre affamé n'a point d'oreilles, amoureux non plus ! il a eu de la chance que votre papa aie eu une scie à sa disposition.Minnie a -t-elle participé à des concours de beauté ?A demain Geneviève.
    2
    Lundi 6 Juillet 2009 à 20:37
    Des concours de beauté ? que non ! c'était un petit ratier, mais adorable. Pas très sérieuse peut-être ? elle attirait les "garçons" ! Si nous n'avions pas été à la maison, ce chien pouvait mourir...d'amour !
    3
    Mardi 7 Juillet 2009 à 09:21

    Bonjour Geneviève,

    Eh oui ! La pelle de la nature demande toujours de la peine quand on la manie et cette peine est parfois bien mal récompensée. Alors on a pelle et peine perdues ! Un peu de belle, un peu de bête et peu de tête, telle pourrait-être la conclusion de votre histoire ! Amitiés. Loic

    4
    Mardi 7 Juillet 2009 à 09:31

    On ne peut pas toujours avoir des souvenirs tristes, en tous cas belle histoire, et puis de rentrer sur des terres défendues, voilà ce qui peut arriver
    Bon mardi
    Amitiés 

    5
    Mardi 7 Juillet 2009 à 09:57
     Vos jeux de mots de mettent en joie ! Merci.
    6
    Mardi 7 Juillet 2009 à 09:58
    Heureusement pour les souvenirs...Il y a équilibre :tristes, gais...c'est la vie !
    Amicalement
    7
    Mardi 7 Juillet 2009 à 14:42
    Tout s'est bien terminé, surtout pour cet amoureux éperdu.....qui a eu la chance de tomber sur des gens comme vous......
    Ce qui se passait lorsque vous emmeniez Minnie en commissions me rappelle la situation vécue avec Sya il y a un peu plus de sept ans maintenant. Chienne trouvée, adulte déjà....Nous ne savions pas si elle avait été stérilisée ou pas....Seule chose à faire, attendre et voir si des "chaleurs" se manifesteraient. Trouvée fin juin, les chaleurs sont apparues en septembre....Nous étions au Lavandou à ce moment là et ne laissions pas Sya seule, trop craintive encore après le traumatisme de son sauvetage.....J'avais tous les chiens des bars, restaurants, commerces de Saint-Clair à mes trousses....Obligée de porter Sya (de taille moyenne.....) pour éviter "l'émeute".....Situation plutôt comique, vue avec le recul.....Deux mois après, Sya passait chez le vétérinaire pour être opérée.....
    Bonne fin de journée Geneviève....Bisous et à bientôt.

    PS/J'adore les commentaires que vous laisse à chaque fois Loïc.....
    8
    Mardi 7 Juillet 2009 à 15:21

    C'est un peu l'inconvénient avec les chiennes...Jadis, on ne les faisait pas stériliser comme ça ! et je vous assure que nous n'aimions pas sortir quand notre petite amie était "en folie" ! Mais bon, ça faisait partie des inconvénients !

    Je suis d'accord avec votre PS .

    Bonne soirée pour vous puisque vous êtes en avance sur nous !

    9
    Mercredi 8 Juillet 2009 à 01:01
    Histoire douce-amère et...rocambolesque d'amours contrariés;
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :