•               Ben, j'aurais pas couru ! enfin, n'exagérons rien...je me dépêche doucement...mais c'est encore trop sans doute ! Alors que rien ne me pressait, Samedi matin, j'ai voulu "aller vite" pour traverser ma cuisine ! Mal m'en a pris, je me suis retrouvée par terre ! quelle peur, de quoi perdre mes couleurs légendaires ! En rampant et en me servant de ce qui se trouvait près de moi, je suis arrivée à me relever et à attraper mon téléphone pour appeler une amie. Elle en a profité pour soigner le "bobo" que je m'étais fait au coude...Mais, comme on dit : plus de peur que de mal ! je me voyais déjà repartir à l'hôpital....avec cette fois ma jambe gauche "à réparer" !

                  Et hier matin, pour faire bonne mesure sans doute, je me suis cognée le tibia (gauche) et là, j'ai évidemment "sorti le grand jeu" ! Etant diabétique, je ne cicatrise pas...Alors, en cette période de commémorations, je ressemble un peu à un "blessé de guerre"...Pansement, désinfection...ça saigne toujours ! Faudra-t-il m'attacher pour que je ne fasse rien ? Là, j'ai fait plus que d'enlever le vernis ! et c'est toujours cette fichue jambe gauche qui supporte mes velléités de travail !

                  Je sens donc que je ne suis plus bonne à rien...si seulement je pouvais penser que ma jeunesse n'est plus! ... Mais non, je me crois toujours jeune et capable de faire un tas de choses...Et ensuite, qui prend du paracétamol pour la douleur ? Moi bien sûr ! Bien fait, je l'ai bien mérité...Il y à un âge pour tout...

                  Après avoir eu bien des misères avec "ma droite", voici que maintenant, "ma gauche" fait des siennes aussi ! Je crois que je suis au goût du jour ! Tout ceci pour vous expliquer que j'ai décidé de "me tenir à carreau" et que même l'écriture me pose problèmes...Le paracétamol "m'ensuque" comme ils disent dans le midi...Alors, mes idées s'en ressentent ... Je reviendrai très prochainement avec des idées claires et sans bandages !

                   A très bientôt....

    Google Bookmarks

    18 commentaires
  •               1er - 2 et 3 août 1914...

                  Ordre de mobilisation générale, départ des réservistes, déclaration de guerre par l'Allemagne à la France -

                  De ces trois jours et des années qui ont suivi, j'en ai beaucoup entendu parler dans ma jeunesse...Ces 3 jours avaient marqué ma mère. Née en 1900 dans un petit village lorrain, elle avait donc 14 ans en août 1914, et dès la mobilisation générale, elle avait pu voir les soldats "montant au front". Cela l'avait beaucoup frappée. Dans son village, les troupes venaient "au repos" après avoir perdu les 3/4 des participants ! Et pendant plus de 4 ans, sa famille et elle avaient entendu le canon sans discontinuer...De quoi marquer à tout jamais de jeunes adolescents...Et dans ce village d'une centaine d'âmes, dès la fin août, des familles entières avaient déjà été décimées...Quel massacre ...

                  Mon père lui, venait tout juste d'avoir 18 ans lorsqu'en janvier 1916, il a été appelé sous les Drapeaux...Le Chemin des Dames l'attendait, et il ne pouvait s'empêcher de parler de tout ce qu'il avait vu et enduré...18 ans, presqu'encore un enfant ! Et il nous parlait de ses "frères de combat", venant de tous les horizons mais tous "logés à la même enseigne"...Il ne pouvait oublier. Combien de morts, de blessés, de disparus...Moi, je me souviens de toutes ces "gueules cassées" de mon enfance, de ces grands blessés se déplaçant avec des béquilles..."Blessés de guerre" nous disait-on. Qu'avait-on fait de leur jeunesse ? Ils étaient partis au front "la fleur au fusil" disait-on, avec la certitude que la guerre serait courte...4 ans...cela aura duré 4 ans et avec tant de séquelles...

                   Il y a un an ou deux, j'avais écrit un article intitulé "Petite histoire vraie de la Grande Guerre"... C'était l'histoire d'un "petit gars de Lille" courageux et qui ne pouvait accepter de voir sa région occupée par les allemands. Mon père l'avait connu dans les tranchées et parlait de lui en disant "mon frère". Leur solide amitié a duré jusque dans les années 1960, époque à laquelle cet homme qui ne se considérait pas du tout comme un héros, a tiré sa révérence...

                  Cet article que j'avais écrit, est à lire ou à relire. Combien de héros anonymes se sont distingués et, contre toute attente, ont illustré cet amour de la Patrie qui peut parfois "donner des ailes". Cette patrie qu'on dénigre allègrement parfois, mais qu'on défend en prenant tous les risques, lorsqu'elle est en danger...

                   Commémorations...c'est l'époque !

              

                  

                  

     

     

     

    Google Bookmarks

    6 commentaires
  •               Aimer...ce verbe qu'on emploie un peu "à toutes les sauces" à notre époque si peu stable...On aime son mari, son compagnon, ses amis...mais pour combien de temps ? Je crois que, pour aimer vraiment, il faut qu'on puisse avoir de l'estime pour "l'aimé", l'admirer, l'apprécier à sa juste valeur...Que voilà bien des conditions...Quand je le disais que j'étais ergoteuse ! Un amour est inconditionnel, celui qu'on porte à ses enfants. Ils ont, tout comme nous, des qualités et des défauts et malgré ces derniers, nous les aimons quand même ! C'est la loi de la nature...Ces petits sont aimés dès avant leur naissance.

                  Admirer ceux qui nous entourent et surtout les estimer...Qu'ils soient des amis ou des proches...c'est la vraie vie, celle qui nous permet d'être heureux. Si mes idées me dirigent aujourd'hui vers ces réflexions, c'est après avoir entendu parler hier de l'amour, de l'amitié...Mes idées caracolent dès que j'entends un mot au vol, en passant ! Je pense que l'amour seul (ou l'amitié) ne suffit pas, il faut qu'il soit accompagné d'estime, d'admiration pour être apprécié ! Je suis peut-être trop exigeante...possible...Je n'aime pas être déçue...et penser qu'un être que j'aime n'est pas estimable...je ne peux l'accepter ! J'aime la franchise, l'honnêteté...je déteste la fourberie et les arnaques en tous genres, qu'elles soient verbales ou autres...Je n'accepte pas le "faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais"....Je suis un peu compliquée, je le reconnais !

                  Ces verbes "aimer, admirer, estimer, apprécier" sont pour moi indissociables ...Si je ne peux admirer que des gens que j'aime, je ne peux aimer vraiment des gens que je n'admire pas ou n'estime pas ! En qui j'ai confiance...c'est aussi simple que ça ! Aïe, il me semble que je deviens bien compliquée sur mes vieux jours ! Et pourtant, c'est de la simple morale...celle qu'on m'a inculquée dès ma plus tendre enfance...Mais les temps ont changé...

                   Il s'en passe des choses dans ma tête ! Réflexions "tous azimuts"...Je n'ai que ça à faire ou presque : penser...et ça, je le fais !

    Google Bookmarks

    13 commentaires