•                       La Tour Eiffel...

                          Illustration.

                          Depuis tant d'années, puisqu'elle a vu le jour pour l'Exposition de 1889, elle attire toujours autant de monde...de quoi rendre jalouses d'autres personnes (je ne nomme personne...), des millions de gens de tous pays lui rendent visite chaque année. Dois-je l'avouer ? ça me fait un immense plaisir ! parce que, la "Tour" et moi, nous en avons des souvenirs en commun !

     

                          Un certain soir du début du siècle dernier, elle a assisté (enfin presque) à ma naissance ! Je suis née pratiquement à ses pieds...Mes parents et elle étaient proches voisins, ça crée des liens ! Et dès que j'ai pu sortir prendre l'air de la rue...on m'a emmenée dans son grand jardin, le "Champ de Mars"....C'était la promenade habituelle, nous n'avions qu'à traverser l'avenue !Ah! ce Champ de Mars, j'en ai des souvenirs de ma petite enfance...souvenirs de balançoires, de manèges et aussi, je l'avoue sans honte, le souvenir d'un goûter que ma mère nous achetait tout à fait exceptionnellement (!), un gâteau appelé "palmier"...Jamais que c'était bon ! (expression lorraine que ma mère employait souvent.....). Je crois surtout que j'aimais non pas le gâteau en lui-même, mais le fait que ce goûter n'était pas courant...(les sous, toujours les sous...).

     

                           Comme le chantait Maurice CHEVALLIER "PARIS, mais c'est la Tour Eiffel avec sa pointe qui monte au ciel...." et sans elle, plus de PARIS ? Nous avons pourtant bien d'autres monuments, beaucoup plus anciens, mais il ne viendrait pas l'idée à un touriste étranger ou français, de visiter PARIS en laissant de côté notre bonne vieille tour ! On y va pour elle, sans rendez-vous, sachant qu'on sera reçu et même un peu bousculé dans la cohue ! Mais qu'importe, le plaisir n'a pas de prix !

     

                            Une de mes arrières-petites-filles vient de faire un voyage à PARIS, avec sa classe. Elle m'a téléphoné et m'a parlé de la tour...les élèves sont montés jusqu'au premier étage ! Et en fin de conversation, elle m'a ajouté "ah oui on a "aussi" vu Notre-Dame ".... Petit supplément .... et pourtant ! 

     

                            Je crois avoir entendu dire à la télévision qu'on "allait lui refaire une beauté" à cette vieille dame ! Elle a bien de la chance elle ! j'en connais qui aimerait bien avoir le même traitement ... pas assez vieille sans doute ... Sa beauté est bien réelle quand elle brille de mille feux le soir ... J'avoue, j'avoue, je suis amoureuse de PARIS .... J'y suis née, y ai fait mes premiers pas, y ai dit mes premiers mots ... Toutes choses qui comptent dans une vie !                                                                                                                     

    Google Bookmarks

    10 commentaires
  •                                      Et la "vocation" dans tout ça ?.....

     

                         "Vocation" ! que voilà un mot désuet ! décidément, ma pauvre Magitte, tu n'évolues pas ! Qui parle de vocation ? En notre époque où tout doit "rapporter" de l'argent, quelles vocations peuvent être désintéressées ? Les vocations des religieux et religieuses qui ont un idéal, et les vocations de certains chercheurs qui, par amour de la science, veulent découvrir, coûte que coûte, qui un vaccin, qui un remède, qui les secrets d'une maladie inconnue... Jadis, les médecins qui se dévouaient sans compter pour le bien d'une clientèle qui les aimait (sans être toujours reconnaissante pourtant !)

     

                          J'avais écrit, il y a quelques années, un article sur les anciens métiers et professions...J'ai extrait de cet article ce que je rapporte ici en "copier/coller"... 

     

     

                        

     

     

                                  Les médecins -

     

                                  Qu’ils soient de campagne ou de ville, ils étaient aimés de leurs patients  car ils faisaient partie de la famille. Dévoués à l’extrême ils étaient, pour la plupart, venus à la médecine par vocation  et ils ne comptaient pas leur temps . Leur vie n’était pas toujours facile …et les patients non plus qui attendaient le dernier moment pour faire appel à eux et auraient bien aimé être guéris en un temps record ! Mais voilà quand on avait trop attendu par raison d’économie, le pauvre docteur , malgré tout son savoir, ne pouvait pas toujours faire des miracles. Pas de Sécurité Sociale à l’époque… Beaucoup de gens ne pouvaient se permettre de faire venir le médecin pour ce qui n’était peut-être pas grave…

     

                                  Mais ce médecin, on avait confiance en lui. Très souvent, il connaissait chaque membre de la famille pour être intervenu un jour ou l’autre ou même pour l’avoir mis au monde ! Le médecin généraliste était  « omni-intervenant » ! Que ce soit  pour un accouchement, pour une bronchite, pour une blessure, une grippe , un fort mal de ventre…il était là, avec son savoir et son dévouement.  On reconnaissait qu’il avait fait des études longues et difficiles et pour ça, on l’admirait et on le respectait.  Est-ce à dire que maintenant  ça a changé ? Ce sont les mentalités qui ont changé. Beaucoup de médecins sont toujours très dévoués heureusement, mais on a peut-être tendance à trouver tout cela normal. Et puis, et puis…il y a peut-être un peu l’argent qui gâche tout ? Beaucoup de « peut-être » dans ma réflexion et de regrets"

                       

                                  Eh oui, à l'époque, déjà beaucoup de "peut-être" et de regrets...Et maintenant ? A de rares exceptions près, le médecin que vous appelez, "votre médecin traitant", n'a pas beaucoup de temps à vous consacrer...Il est pressé...Il se fixe peut-être un temps par malade : pas plus de....Je n'ose penser qu'il se fixe un montant des honoraires journaliers. Ce qui est certain, c'est qu'il va vite, vous empêchant de parler de ces petites misères qui vous ennuient...On a un peu l'impression qu'il vient "pour une chose bien définie" et, que pour le reste...il reviendra, et vous paierez à nouveau ! Il y a même celui qui arrive chez vous avec son téléphone portable rivé à son oreille, et qui continue sa conversation...C'est une chose que j'admets bien volontiers lorsqu'un malade appelle en urgence, mais pour d'autres conversations...il y a temps pour tout ! Et la savoir-vivre, qu'en fait-on ? 

     

                        J'ai peut-être été mal habituée...Pendant des années, nous avons été suivis, mon mari surtout, par un médecin dévoué, représentant la médecine de l'ancien temps malgré son âge encore jeune ! Le vrai médecin de famille qui vous tranquillisait, était présent dans les catastrophes...vous donnait confiance. Je crois que là, la vocation était bien présente...

     

                         Je sais, la vie des médecins - généralistes en particulier - est une vraie vie de labeur, mais pas au détriment de l'humanité. Les malades, les vieillards, sont des humains...à considérer comme tels. De même que le médecin n'est qu'un homme avec lequel ses patients devraient pouvoir parler...s'ils en avaient le temps.

     

     

     

    Google Bookmarks

    6 commentaires
  •                        Après m'avoir répondu, lorsque j'ai "cliqué" pour publier mon article sur les poilus, que cet article n'était pas visible (!) donc non publiable (re !!) je m'aperçois qu'OB l'a publié deux fois ! Là, je suis gâtée, alors que je pensais avoir à refaire le tout !  

     

                            Je persiste donc à dire qu'OB a des problèmes et que...ça commence à me lasser !

     

                            Et bien entendu, je vous demande de bien vouloir excuser ces doublons, toout à fait indépendants de ma volonté...Je vous en remercie.               

    Google Bookmarks

    4 commentaires
  •                      Quel retour en arrière !

     

                         Janvier 1916...Combien j'en ai entendu parler par mon père ! il venait d'avoir 18 ans et il faisait partie de cette classe très jeune appelée sous les Drapeaux...la plus jeune d'après ses dires. Oh, il en restait marqué à tout jamais et nous avait emmenés, mon frère et moi, visiter les champs de bataille dont VERDUN, DOUAUMONT, LE CHEMIN DES DAMES etc...Tout, nous avions tout vu puisque tout était encore visible à cette époque (1930)...On voyait les tranchées un peu comblées "naturellement" depuis la fin de la guerre; nous avions visité la "tranchée des baïonnettes", des casemates...ces endroits horribles où avaient vécu des hommes...et mon père nous expliquait, il disait vouloir nous faire comprendre les horreurs des guerres. Je me souviens avoir visité le Fort de Vaux, le fort de la Pompelle...J'ai encore dans ma tête les images des terrains bouleversés par les obus...Tout était encore visible... Et mon père nous avait dit que beaucoup de soldats étaient certainement encore enterrés dans tous ces endroits, là où ils avaient combattu, vécu....

     

                          Et voilà qu'hier, cette nouvelle est tombée...des ossements ont été découverts, des cadavres de soldats...tous anonymes jusque là mais dont certains ont pu être identifiés...Et je pense (pour avoir vécu cette situation avec mes parents), à leurs familles qui les ont attendus, SANS SAVOIR ce qu'ils étaient devenus...Des mères, des pères, des femmes, des enfants, des frères et soeurs guettaient tous les jours des nouvelles, l'arrivée d'une lettre ou, pire encore, la visite d'un "officiel" vous apprenant que votre soldat était "mort pour la patrie"...C'est une attente épouvantable, tellement éprouvante...Combien d'enfants n'ont jamais connu leur père ? Peut-être reste-t-il des familles, petits-enfants auxquels on aura raconté que leur grand-père avait disparu dans cette tourmente...sans que son nom ne puisse être inscrit sur le Monument aux Morts de la guerre de 1914/1918....Ne plus être un "inconnu", retrouver son identité et réintégrer une famille, même lointaine, est-ce une récompense pour ces hommes, ou la fin d'une histoire ?

     

                          N'oublions jamais....

    Google Bookmarks

    14 commentaires