•                       Entre z'âgées....

     

                          Cet après-midi, deux amies sont venues me rendre visite...Que pensez-vous que nous avons fait ? bavardé bien sûr et surtout de l'ancien temps ! Il faut avouer que ce n'est pas difficile de faire parler des femmes; elles ont une réputation à tenir, puisque le monde nous accuse d'être bavardes...L'une de mes amies, née en 1937 (elle est toute jeunette celle-là !), alors que nous parlions des restrictions, nous disait que certaines denrées n'avait été connues par elle qu'après la guerre ! donc, pendant la guerre, ça ne lui avait pas manqué puisqu'elle ne connaissait pas ! Pour les plus âgés dont je suis, beaucoup de bonnes choses connues avant-guerre, s'étant éclipsées (!) laissaient un grand vide !

     

                           Même chose pour les progrès arrivés à grands pas après 1945. Les voitures que nous avions connues "au compte-gouttes" avant la guerre, nous en parlions, mais en sachant que nous ne pouvions en avoir : il fallait des tickets d'essence et je crois me souvenir que seuls certaines entreprises et commerces y avaient droit ! Tous les appareils ménagers, tant appréciés maintenant, n'étaient pas encore disponibles pour toutes les bourses ! Les crédits n'existaient pas...certains mêmes n'existaient pas encore ! alors pas facile de s'équiper...On rêvait à des jours meilleurs...

     

                            Nos souvenirs ont défilé et aussi, nous avons ri de tout et de rien...Parce que c'est bon de rire...en cette période où il semble que tout aille mal ! Serions-nous des "z'âgées" restées jeunes ? De caractère, d'esprit ? oui certainement....Que voulez-vous, il faut vivre avec son temps !

     

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    6 commentaires
  •                      Petites réflexions...pour un dimanche...

     

                         Alors que je regardais la pluie tomber hier après-midi, j'ai vu un chat sortir de sous une voiture...ça arrive ! Il semblait mû par une idée subite qui lui avait fait quitter son abri...Et hop, il a traversé le petit parking et la cour attenante, "propulsé" dans un univers d'urgence ! Et moi, le regardant, je me suis mise à penser et à me poser des questions : à quoi avait-il bien pu penser pour partir aussi vite ? Lui avait-on fait peur dehors ? non, il n'y avait personne et il dormait si bien sous "sa"voiture ! Un "flash" dans sa tête s'était sans aucun doute invité et lui avait intimé l'ordre de déguerpir....Mais que diable allait-il faire ?

     

                          Et moi? Est-ce que je n'avais rien d'autre à faire que d'essayer de comprendre les réactions d'un matou ? Il avait sans doute agi "dans la foulée" comme on dit, sans trop réfléchir où ses pas allaient le mener...C'est assez courant ça, les humains le font bien ! on part sur une idée, on décide d'une chose sans aucune précision, en oubliant d'étudier la question avant...Les conséquences ? on verra après...mais après quoi ?

     

                           Et, de fil en aiguille, j'ai pensé que bêtes et gens se ressemblaient beaucoup ! Nous partons souvent pour répondre à des impulsions que nous ne saurions expliquer...La promenade hyper-active de ce chat aura eu au moins ce résultat : elle m'a "donné à penser"....

     

                           Mais, où pouvait-il bien se rendre si vite ? je n'ai toujours pas de réponse ! Et...il pleut toujours...

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    20 commentaires
  •                       C'était pourtant bien simple...

     

                          Il suffisait d'y penser ! Des chercheurs ont enfin trouvé et me voilà déchargée d'un grand poids...Toujours cette question qui me "titillait" : "pourquoi cette espérance de vie qui a tellement augmenté depuis des décennies ? " Personnellement, je me faisais des reproches en me disant que je m'"accrochais", tout comme le lierre. Terminée ma culpabilité...J'ai enfin une explication qui me semble très valable, après cette annonce entendue à la télévision en début de semaine...explication donnée par des têtes pensantes : "Manger moins ferait vivre plus longtemps..."Des essais ont été effectués sur des souris auxquelles on a donné moins de calories...Et on a ainsi pu constater que si elles vivaient plus longtemps, elles avaient plus de performances intellectuelles...Bien sûr, il s'agissait de souris, mais de là à l'homme, il n'y a qu'un pas...

     

                          Et voilà pourquoi nous sommes de plus en plus nombreux, gens de ma génération, à effectuer des "heures supplémentaires" . Et à qui le devons-nous ? la réponse est simple : à toutes les restrictions que nous avons dû subir pendant la guerre, de par la volonté d'un certain Hitler... C'est fou ce que ce gars-là voulait le bien de l'humanité, à tel point que nous devrions peut-être lui en être reconnaissants...Oui mais...il faudrait déjà être bien certains que c'était pour notre bien, ce dont je doute...car nous avons "crevé de faim" pendant des années ! et notre estomac n'oublie pas....

     

                           C'est du passé, place au présent...Mangeons moins, absorbons moins de calories, non seulement nous retrouverons tous "la ligne haricot vert" qui faisait rage après la guerre, nous vivrons centenaires (?), mais nos performances intellectuelles n'en deviendront que meilleures ! tout bénéfice...Oui bien sûr, mais les centenaires "ça fait bien du monde dont il faut s'occuper". Comme dans tout, il y a des avantages et des inconvénients ! Je suis cruelle ? non, lucide...Ceci dit, je suis bien contente d'avoir un peu prolongé le temps qui m'était imparti...Merci aux petites souris qui ont fait cette démonstration...et de ce fait m'ont permis de voir arriver une ribambelle d'arrières-petits-enfants...

     

                          Et de faire joujou avec cet engin nommé "ordinateur"...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    4 commentaires
  •                      De ce 6 juin 1944...

     

                         Le 6 juin 2009, je publiais un article sur ce blog, article que je rapporte ici en copier/coller Et dont le titre était : "Une pensée pour eux..." 

     

     

                                       " En ce jour du 6 juin...

                           "  Les anciens dont je fais partie, se souviennent de ce matin du 6 juin 1944 qui a vu les troupes alliées débarquer sur les plages de Normandie. J'en ai déjà parlé car ce souvenir est indélébile dans ma mémoire.

                            " Aujourd'hui, des cérémonies anniversaires vont avoir lieu en Normandie, sur ces plages et surtout dans les cimetières où sont réunis tous ceux qui sont tombés sur notre sol en ce jour inimaginable ! Que toutes les personnes de ma génération qui ont la chance de voir leur vie prolongée, aient une pensée pour tous ces inconnus qui sont venus de loin pour nous redonner l'espoir et la Liberté. Et que les générations qui ont suivi et suivront, n'oublient jamais que la liberté dont ils jouissent, c'est à tous ces soldats qu'ils la doivent et aussi aux résistants qui les ont aidés selon leurs moyens.     

                            " Que serions-nous devenus sans ce jour du 6 juin 1944 ? Que serait la France, que serait l'Europe ? Un fou sanguinaire qui malheureusement avait fait des adeptes (et en fait encore...) ne reculait devant rien....sauf devant cette force et cette coalition que nous appelions "les alliés". Merci à eux qui ont réussi au prix de tant de pertes. Une pensée aussi pour tous les civils restés sous les bombardements...C'était le prix à payer, il a été très fort. "

     

                            Que pourrais-je ajouter à cet article ? Rien...Souvenons-nous. Et qu'on me permette de faire un voeu :" Alors qu'il semble de bon ton de supprimer l'étude de l'histoire de France dans écoles, collèges et lycées, je voudrais que tous les écoliers, quels qu'ils soient, sachent que les libertés dont ils jouissent leur ont été redonnées par tous ces soldats qui, après avoir traversé les océans, sont venus combattre en France pour nous libérer, avant d'y mourir pour beaucoup d'entre eux"....Nous avions perdu en 1940 honneur et liberté (s). Grâce à eux, nous les avons retrouvés. Ne l'oublions jamais.

    Google Bookmarks

    16 commentaires
  •                         Mickey, c'était moi...enfin presque !

    Chat157

     

                             Ce matou tout noir me ressemble "comme un frère", mais ce n'est pas moi puisqu'aucune photo de moi n'a été retrouvée dans la maison de mes maîtres, après ce passage des avions pendant la guerre, au cours duquel j'ai quitté cette terre...Mais Magitte a "relevé" cette photo il y a plusieurs années sur Internet et n'a pu résister au plaisir de se l'approprier...Elle lui fait tant penser à moi et à tous ses souvenirs de jeunesse.       

     

                              Dernièrement, ce brave Squirou vous a raconté que nous nous étions rencontrés au paradis des animaux, là où je réside depuis beaucoup plus longtemps que lui ! Mais nous avons parlé de nos maîtres respectifs et de notre vie jadis chez eux ! Moi, chez les parents de Magitte (puisque c'est son nom maintenant), là où j'ai été un chat si aimé et si heureux...Et Squirou chez "Patou et Magitte" à ROBION où leurs petits-enfants les rejoignaient pour les vacances...

     

                               Les présentations étant faites, je vais vous parler un peu de moi...J'étais un chat très gâté et...je trouvais ça tout naturel ! Le frère de Magitte, André, m'avait pris sous sa protection (?) ou c'était moi qui le surveillait ? Je ne me souviens plus très bien. J'allais le chercher tous les jours à son collège et "je le ramenais à la maison". J'allais avec lui dans sa chambre pendant qu'il faisait ses devoirs et aussi (mais ça, c'était un peu défendu) je dormais avec lui...mais c'était par bonté, pour qu'il n'ait pas froid...

     

                                J'avais un caractère très facile, mais un très gros défaut : j'étais "chapardeur"....Pourtant, j'étais bien nourri, mais que voulez-vous, avant la guerre, la maman de Magitte faisait tellement bien la cuisine que je ne pouvais résister...et pendant la guerre, j'avais très souvent faim...comme tout le monde ! Bon, je sais...ce n'est pas beau de voler, surtout lorsque vous mangez sur un plat où refroidissent des asperges, prévues pour des invités...Je n'avais pas tout mangé, juste les têtes, ce bout si tendre...Oh là là ! la maman de Magitte était furieuse, elle m'a chassé de la cuisine et m'a envoyé dans le jardin ! un chat comme moi ! Si câlin, si doux, si....me retrouver à la porte pour si peu ! On m'a expliqué après que ça ne se faisait pas. C'est que les humains de cette époque étaient un peu bizarres, il faut bien l'avouer avec leurs "ce qui se faisait, ce qui ne se faisait pas"...C'était ce qu'on appelait, paraît-il, l'éducation ! c'était aussi valable, et même un peu plus, pour les enfants ! Il paraît que maintenant chacun a le droit de faire ce qu'il veut...On dirait que ça ne va pas mieux pour ça !

     

                                Bon, maintenant, vous me connaîtrez un peu mieux...J'étais aimant, doux, dévoué mais, malheureusement, un peu voleur...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    6 commentaires