• IMG_0004.jpgPour un petit bonjour...

     

     

                      D'après ce que j'ai cru comprendre, on serait le 29 avril ? Très franchement, j'ai bien du mal à le croire...Il fait gris et triste et...pas chaud du tout. Dans deux jours, ce sera le 1er Mai, on commencera donc ce mois au cours duquel les humains ont le droit de "faire ce qu'il leur plaît" ...enfin, pour se vêtir s'entend...Parce que pour le reste, il ne semble pas qu'ils aient le droit d'agir en toute liberté ! Moi, je vois tout ça depuis le "Paradis des animaux", et je pense...De mon temps (pour employer une expression chère aux anciens...) il me semble que les gens avaient un peu moins de soucis ? J'entendais bien Patou (mon maître) rouspéter un peu, mais il paraît que c'est le français qui est comme ça ! "Bon coeur, mais mauvais caractère"....                     

     

                        Quand même, je trouve que le temps étant déjà gris, la vie pourrait être plus souriante...Eh bien non ! il y a beaucoup de chômeurs et...ça ne s'arrange pas ! Entre les scandales, les "petites phrases assassines" des uns envers les autres, l'amitié franco-allemande qui bat de l'aile, les difficultés des uns et des autres pour essayer de vivre décemment, comment voulez-vous qu'on s'y retrouve ? Et les promesses dans tout ça ? Envolées en grande partie...Je comprends que les gens n'aient plus trop confiance. Quand j'étais sur cette terre, bien installé chez Patou et Magitte, je savais que leurs promesses étaient toujours tenues, qu'on me promette une punition ou une récompense...Et moi, j'avais confiance en eux. La confiance ? ça aide vraiment pour vivre....

     

                          Et il paraît que le muguet du 1er mai, ce brin de fleur qui est censé porter bonheur, sera rare et donc très cher ! Et pourtant, il en faudrait des brassées à offrir à tous, pour que tout le monde sur terre ait un peu de bonheur...Nous les animaux, nous n'avons pas besoin de porte-bonheur; il nous suffit qu'on nous aime...et que nous aimions nos maîtres. 

                          

                           Offrez du muguet mais surtout...aimez-vous entre vous !  Et cessez vos disputes de "clans". Je ne suis qu'un chien, mon conseil n'a peut-être pas beaucoup de valeur...Essayez quand même !

     

                                                                

    Google Bookmarks

    18 commentaires
  •                       En celluloïd...

                          

                          Qu'importe la matière dont il était fait...c'était le bébé chéri des petites filles de "mon époque" ! Il ressemblait tellement à "un vrai" bébé. Il était aimé, pomponné, bichonné par sa petite maman qui voyait en lui le futur bébé qu'elle aurait le plaisir de posséder...Son rôle de maman, elle l'exerçait avec le plus grand sérieux...en attendant l'âge adulte et surtout...le mari !

     

                           Mais non, ce souvenir du poupon en celluloïd n'est pas venu me visiter par hasard...Une phrase entendue à la télévision m'a mise sur la voie ! Il m'en faut peu...Et hop, me voici repartie dans ma bienheureuse enfance, quand j'étais déjà "mère de famille" pour jouer. A noter que mon frère était indifféremment le père, l'instituteur, voire même le prêtre administrant le sacrement du Baptême...ça, il l'avait fait pour toutes les poupées du quartier, chez les parents d'une petite amie...Quelle cérémonie et ...quel goûter ! Nous, les mamans, étions fières d'exhiber nos bébés, tous plus beaux les uns que les autres. Ces petits bambins si sages étaient habillés par leurs "mamans" qui avaient tricoté vêtements, chaussettes, chaussons...Parce qu'à l'époque, les petites filles tricotaient...Les jeux électroniques n'existaient pas encore...Et une fille était préparée à son métier de femme d'intérieur, de future mère...

     

                             J'avais, en même temps que ce "poupard" en celluloïd , une très jolie poupée offerte par mon grand-père. Elle était magnifique, une belle tête recouverte de cheveux bouclés en "anglaises"...Oui, mais voilà, pour moi elle ne "faisait pas vraie" ! Une poupée oui, un bébé non ! Alors, devinez à qui allait ma préférence ? Une maman ne doit pas avoir de préférence, mais j'avoue que je préférais mon bébé sans cheveux, sans dents, sans membres articulés...! 

     

                              Et quand le 18 avril 1944, il nous a fallu quitter notre maison rapidement, j'ai pris le temps de coucher mon "enfant de toujours" ,celui que j'aimais depuis que j'avais 5 ans....Je ne l'ai jamais revu mais jusqu'au bout, je me serai occupée de lui...Nous sommes rattachés à notre enfance par si peu de chose parfois...Bon, je l'avoue, c'était une réaction un peu enfantine... Et à 20 ans on peut encore croire aux fées de notre enfance !

     

                               Encore et toujours des souvenirs d'enfance...pour vous distraire je l'espère ...                         

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    22 commentaires
  •                       Un ancêtre du lave-linge ?...

     

                           A force de me retourner sur ma jeunesse passée (oh combien !), il me revient une multitude de petits souvenirs composés d'objets que je croyais avoir oubliés étant donné leur temps de passage assez court dans notre vie...! Par exemple, je revois cet appareil qui avait fait son apparition au début de la guerre (peut-être même au début de l'occupation ?) Appareil devant servir à laver le linge...Tout était bon alors, (sauf la lessive et le savon celui-ci tenant plus de la pierre ponce que du savon moussant !).

     

                            Constitué d'une sorte de cône en cuivre percé de trous, relié à un grand manche genre manche à balai, je n'ai jamais su son nom. Il se trouvait chez nos amis (ceux qui avaient une pendule Pandastrava), et eux-mêmes l'appelaient le "zinzin" ! il avait une certaine utilité. Lorsque la lessiveuse était remplie de linge mis à bouillir avec lessive et/ou savon (tout dépendait des jours fastes ou non !), il suffisait d'actionner l'appareil d'avant en arrière, d'un côté et d'autre, sur une pièce de linge...et vous obteniez de la mousse et au bout...d'un certain temps, le linge était propre..ça rappelait les lavandières qui allaient au lavoir jadis, et frappaient à tours de bras sur les pièces de linge ! Ce qui était amusant pour les enfants, c'était de voir ressortir la mousse par les trous du cône ! Pour le reste, le travail des lavandières dans "l'ancien ancien temps", était beaucoup moins fatiguant que la manipulation du "zinzin" ! Nous l'avions tous essayé, avec autant d'enthousiasme...

     

                             Je ne sais pas si son inventeur avait fait fortune...Je ne sais même pas où nos amis avaient acheté ce truc...Mais, dès la fin de la guerre, ils ont acheté un lave-linge "moderne"...modernité de l'époque bien sûr ! Rien à voir avec les lave-linge actuels...

                                               

     

                              J'aurais aimé vous mettre une photo de cet engin, mais je n'ai rien trouvé....Faites fonctionner votre imagination ! et peut-être en fouillant des greniers, caves, etc...en trouverez-vous un ?

    Google Bookmarks

    15 commentaires
  •                       C'était une pendule...

     

                           La Pendastrava...c'était son nom et elle avait cette particularité : pour la faire fonctionner, il fallait lui glisser dans les entrailles, tous les jours, une pièce de 2 francs (c'était dans les années 1930). Elle était placée chez des particuliers par une compagnie d'assurances (dont je ne me souviens plus le nom), et son contenu était relevé tous les mois je crois par un employé...Lorsque vous mettiez l'argent régulièrement, non-seulement vous aviez l'heure exacte, mais vous étiez assurés par cette compagnie, sans qu'il ne vous en coûte rien de plus ! C'était donc une façon de faire des économies et d'avoir ses biens assurés ...

     

                            L'idée était bonne et la pendule était très jolie. Nous avions des amis qui en avaient une bien installée sur la cheminée du salon et...nous ne pouvions qu'admirer ! Une pendule-tirelire ... il fallait y penser ! Et le son cristallin de la pendule ajoutait au plaisir...

     

                            Que sont devenues ces pendules ? Il doit bien en rester dans les greniers ? et, allez savoir, peut-être fonctionnent-elles toujours ? Encore que les pièces de 2 francs des années 1930 ont vu quelques modifications ! C'est en pensant aux postes de TSF de ma jeunesse que ce nom de Pendastrava m'est revenu à l'esprit...Un souvenir en appelle un autre ! Et me voilà repartie...Je vais bientôt me revoir avec cette petite robe écossaise que j'avais adorée...et le gros noeud dans les cheveux dont ma mère me gratifiait ! C'était la mode....Bon...

     

                             La jeunesse s'en va...les souvenirs restent...

    Google Bookmarks

    24 commentaires
  •                      Une vraie  "révolution" dans les foyers !...

     

                         J'aime écouter la Radio puisque radio il y a maintenant...Pendant que j'écris, ma radio diffuse des chansons des années 50/60 ? Je ne sais pas exactement, mais elles me rappellent ma "jeunesse" d'après guerre et...c'est bon de se souvenir !

     

                         Mais voilà, mes souvenirs m'entraînent encore plus loin, au temps de mon enfance, quand mes parents ont décidé d'acheter un poste de T.S.F., après quelques essais qu'avait faits mon père pour construire un poste à galène...Pas bricoleur le papa...On entendait un grésillement fort désagréable, mais pas de musique ! Il allait donc doter la famille de ce nouvel appareil, un peu encombrant mais qui ferait bien dans "le séjour" alors appelé la "salle à manger". Je le revois ce poste, bien installé dans un angle de la pièce, sur un beau meuble spécial TSF acheté pour la circonstance...C'était en 1930/1931....

     

                          Quelle joie pour mon frère et moi et, il faut bien le reconnaître, ça nous "posait" un peu auprès des gosses du quartier ! nous avions la T.S.F. ! étions-nous des nantis ? pas du tout, mais tout de même...nous avions de la chance ! et comme ma mère aimait beaucoup les enfants, elle "invitait" les gamins à venir s'asseoir sur le mur et de là, à écouter "le poste" qu'elle mettait à tue-tête après avoir ouvert tout grand la fenêtre ! Tout le quartier en profitait, notamment lorsqu'il y avait le Tour de France et qu'on assistait ainsi, en direct, à l'arrivée d'étape ....       

     

                           Oui, il nous avait changé la vie ce poste...Nous étions encore loin des transistors, mais c'était un tel progrès ... Il a vécu jusqu'au 18 avril 1944...les bombes ont eu raison de lui...il commençait alors à être un peu poussif...et ne nous permettait pas d'écouter la radio de Londres...Mais, échange de bons procédés, nous allions l'écouter chez des voisins qui avaient un poste plus récent !

     

                           Les émissions diffusées à la TSF étaient très bien et faisaient connaître les chanteurs, les chansonniers...Et ne pas oublier les informations dont mon père était friand et lui permettaient d'évacuer sa bile ! Il suivait pas à pas les gouvernements qui se succédaient à un rythme accéléré, critiquait, refaisait le monde et clamait son mécontentement...et pendant ce temps, nous ne devions pas parler car il ne voulait rien perdre des mauvaises nouvelles ! Et on reparlait de guerre...

     

                           Je ne dois pas oublier les "réclames" ancêtres des publicités..."Pour dix-neuf francs, pour dix-neuf francs seulement, vous aurez chez ToutFait la robe qu'il vous plait"..."Un meuble signé Lévitan est garanti pour longtemps"...et tant d'autres...et c'était en musique, tout ça pour le même prix ! 

     

                            T.S.F. de mon enfance, comme je t'ai appréciée....             

    Google Bookmarks

    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires