•                     Quand l'éducation avait sa place !

     

                         Mon père n'était pas avare de recommandations de toutes sortes. Deux choses étaient importantes pour lui : l'instruction et l'éducation ! Concernant l'instruction, nous étions surveillés, suivis...les devoirs devaient être faits et les leçons apprises...Ma mère y veillait en premier puisqu'elle ne travaillait pas, et mon père contrôlait au besoin...Je me souviens des questions qu'il nous posait sur ce que nous avions appris dans la semaine...Cet interrogatoire avait lieu au cours des repas, notamment au cours du repas du dimanche ...de quoi gêner la digestion ! Personnellement, je n'aimais pas du tout ! mais c'était ainsi !

     

                         Et il y avait la sacro-sainte éducation groupant "tout ce qui se faisait et tout ce qui ne se faisait pas"...Là, c'était varié et nous avions intérêt à avoir bonne mémoire ! Exemples : "rapporter" les faits et gestes de son frère ou de sa soeur (surtout si c'était par manque de gentillesse...), ou se "vanter" de façon à se mettre en vedette ! Alors là, leçon de morale à l'appui, mon père nous reprenait et nous remettait dans le rang...et nous avions droit à une leçon de modestie...Mais qu'est-ce que la modestie ? D'après mon dictionnaire, c'est "la modération, la retenue dans l'appréciation de soi-même"...Et voilà, je ne peux m'empêcher de penser à nos politiques ! Ah, on peut dire que trop souvent, ils manquent de modestie ! Ils sont si certains d'avoir personnellement raison, et d'être les seuls à détenir la vérité....S'ils voulaient bien comprendre que "ça ne se fait pas", et que s'ils mettaient leurs idées en commun quelle que soit leur appartenance politique, il en ressortirait du "bon" pour nous tous ! Mais non...chacun pense être le meilleur et se juche sur un piédestal...

     

                          Allons, pas de critiques, ça non plus ça ne se fait pas ! Je vais juste raconter une anecdote ancienne qui me fait encore venir le rouge au front quand j'y pense ! Je devais avoir 15 ans environ et j'avais passé un examen...Mes notes arrivent et sont "épluchées" par mon père qui me pose cette question "Tu es bonne en chimie" ? ce à quoi je réponds, avec tout l'aplomb de la jeunesse "Je ne me défends pas mal"...Ce n'était pas la réponse à faire...j'avais obtenu 1/40 ! c'était peu, si peu même que j'avais bien compris que l'examinateur, bon prince, n'avait pas voulu me mettre zéro qui était éliminatoire.....Grâce à ce 1, j'étais encore en course ! Vantardise et mauvaise note, c'était trop pour mon père....On en a beaucoup parlé....

     

                           Ah ces recommandations jadis...C'était un peu pesant, et pourtant....

     

                         


    Google Bookmarks

    10 commentaires
  •                     La fête des mères approche...

     

                        Ce qui explique le petit colis découvert ce matin dans ma boîte aux lettres, colis envoyé par ma fille et son mari et arrivé à vitesse supersonique (!)...Pour cette fois, "bravo la Poste" ! Quelle bonne idée cet envoi qui contient...des chansons des années 1960...3 CD, de quoi me distraire

    un bon moment...Entre Le Poinçonneur des Lilas, Le Tourbillon, Pour une amourette, Chez Laurette, Vous étiez belle Madame, Toulouse, et combien d'autres, je n'ai que l'embarras du choix...Merci mes enfants, vous avez bien choisi ...

     

                         Ces chanteurs et ces chansons des années 1960, alors que j'étais "encore un peu jeune" je les ai aimées...Toutes voulaient "dire quelque chose" et c'était l'époque où "les chanteurs avaient de la voix".... Elles étaient écoutées et appréciées par mes enfants, jeunes adolescents et les parents !

                        "Quand la musique est bonne"...on succombe à son charme ! Elles ont maintenant un petit charme rétro bien agréable...Si j'aime la musique classique dont je ne me lasse pas, les variétés me donnent "du tonus" ! Elles me renvoient à ma seconde jeunesse, celle de la vie de famille, du travail, des difficultés aussi...Tout ce qui a constitué la vie "d'avant"...Mais avant quoi ? Avant le certain âge et l'âge certain qui se sont installés petit à petit, sans qu'on s'en rende bien compte...A petits pas...un pas de retraitée...

     

                          Et pour finir en musique, partons avec Yves Montant "A bicyclette"...

     

     

     


     

                         

     

     

                          


     

                         

    Google Bookmarks

    18 commentaires
  •                      Comme s'il en pleuvait...

     

                         Je me revois enfant, alors que nous habitions JUVISY... La Pentecôte voyait arriver "du monde" à la maison ! C'est qu'à cette époque, JUVISY c'était presque la campagne, bien qu'à 18 ou 20 km de PARIS...et nous avions un grand jardin....Et, de tradition, la fête foraine s'installait quelques jours avant de façon à être "fin prête"pour le Samedi...Ouverture des festivités ce jour-là, avec défilé, musique par les divers mouvements de jeunes et de...moins jeunes ! Les visiteurs de la fête suivaient cette "retraite aux flambeaux" qui donnait l'autorisation d'amusement pour une quinzaine de jours !


                         Je crois que cette fête existe encore...A-t-elle le même charme ? Pour nous, enfants de l'époque, le charme était bien là ! Manèges, stands de toutes sortes, autos-tamponneuses, Chenilles, train fantôme et combien d'autres attractions, nous tenaient en haleine ! Nos parents nous offraient un tour de manège, parfois deux...mais ce qui comptait, c'était d'aller à la fête ! Les flons-flons, le bruit...tout nous semblait merveilleux. Elle était immense cette fête, répartie dans divers quartiers de la ville, et même jusqu'aux bords de la Seine !

     

                           En plus de la fête, pour nous, il y avait le plaisir de recevoir ces parents ou amis...Ma mère préparait de bonnes choses...Je me souviens qu'elle avait préparé un grand plat d'asperges mises à refroidir sur la fenêtre de la cuisine (les frigos n'existaient pas encore !). Quand elle a voulu les reprendre, notre chat, amateur de légumes et un peu voleur il faut bien le dire, avait mangé toutes les têtes...Ben voyons, quand on est amateur...

     

                           Le dimanche matin, nous allions à la messe, après avoir mis nos beaux habits...puis place au repas dominical ! Ma mère, excellente cuisinière, se surpassait...Tout était "fait maison"...

     

                           Et puis, il y a eu la guerre...Plus rien n'était comme avant...Je ne me souviens même plus si la fête avait toujours lieu; nous n'y allions pas...trop de drames chez nous pendant cette guerre...

     

                           Et puis...je me suis mariée...la fête est revenue et nous avons conduit une fois ou deux nos enfants "faire un tour de manège". Mais ce "n'était plus ça"...le charme était rompu !

     

                            Tous ces petits bonheurs de mon enfance ne doivent pas me faire oublier un grand bonheur...l'arrivée de notre fille une nuit de Pentecôte...Le lundi à 1 heure du matin, elle arrivait....Nous revenions juste d'aller faire un tour sur la fête foraine ! Surprise et joie....

     

                            Que de souvenirs....

     

                           

     

                           

     

                          

    Google Bookmarks

    16 commentaires
  •                                         Ou un peu de paresse ?

     

    Mes images 0001

     

                             Alors ça ! c'est nouveau ! Magitte a décidé qu'elle était en RTT...A son âge ! elle veut faire comme les travailleurs, mais elle, il y a longtemps qu'elle ne travaille plus ! Enfin, bon prince, je suis toujours prêt à rendre service...Quand même, je me demande si elle n'est pas un peu paresseuse aujourd'hui....? ou alors, serait-elle "à la recherche du temps perdu" ?

     

                              Nous voici donc arrivés à ce week-end de Pentecôte et je me souviens...A ROBION quand j'étais sur terre, dès qu'il y avait une fête, il y avait du monde...et j'adorais ça ! Les petits-enfants arrivaient avec leurs parents, surtout Yannick et Gaëlle puisqu'ils n'habitaient pas trop loin ! Pourquoi j'étais aussi heureux ? tout simplement parce que tout ce monde était gentil avec moi ! on m'aimait bien et pour les enfants, j'étais un bon petit camarade...Et Yannick, c'est le premier que j'ai connu, alors que j'étais arrivé depuis une journée...Pas de favoritisme, ça ne se fait pas, mais tout de même, c'était mon préféré , je peux bien le dire maintenant...Et il aimait tellement les animaux, (ça, on ne s'y trompe pas...ça se sent) ! Et puis, ne croyez surtout pas que j'aimais "par intérêt", mais il me glissait sous la table des petites gâteries...ça ne se refuse pas !

     

                               L'été, tout le monde mangeait dehors...Mon maître promu cuisinier en chef, préparait des grillades...Tout le monde se régalait ...même les guêpes qui venaient nous rendre visite. Alors, Patou avait trouvé un bon truc, les guêpes étant attirées par la viande, on leur mettait leur couvert sur une grosse pierre dans le jardin : deux ou trois petits morceaux de viande dans une assiette et...on avait la paix ! ouf...Ah j'oubliais, une autre visiteuse, très bavarde celle-là, nous importunait : une cigale ! Elle nous faisait entendre ses ritournelles (toujours les mêmes !) juste au-dessus de nous ! On ne s'entendait plus .... C'est ça la Provence...sans cigales, il n'y aurait plus de Provence !

     

                                Que des bons souvenirs que je me "repasse en boucle"...Il faudra que j'écrive un livre "les petits bonheurs d'un chien heureux"....Il sera gros mon livre, j'ai été tellement heureux !

     

                                 A bientôt...

    Google Bookmarks

    12 commentaires
  •                     Conscience professionnelle ?

     

                         A une époque où on dit souvent que les employés manquent de conscience professionnelle, je me demande si, en tout premier lieu, ce manque de conscience ne viendrait pas des employeurs ou des chefs de service !

     

                         Après avoir passé hier une partie de la matinée à essayer de joindre un "service public" pour demander un papier qui aurait déjà dû m'être envoyé au plus tard début mai, il m'a été répondu très aimablement d'ailleurs, que j'allais le recevoir...sans doute courant juin...Il m'a été confirmé que ma déclaration avait bien été prise en compte et que d'ailleurs, (puisqu'il s'agissait de l'URSSAF), on allait me prélever le montant des charges sociales correspondant...ce même courant juin ! Heureuse de l'apprendre....Donc j'attends...le prélèvement ! (j'avais employé en "extra une personne au mois d'avril). Tout ça n'est pas grave !

     

                          J'ai habituellement une aide qui m'est adressée par une association, le vendredi avec voiture puisqu'il s'agit de m'emmener en courses...

    Pour ce matin, j'avais été avisée que la personne que j'avais habituellement était en "formation" et qu'on m'envoyait quelqu'un d'autre. Très bien...Une jeune fille charmante arrive à 9 heures comme prévu et me signale qu'elle est venue en métro, donc pas de voiture ! on ne lui a pas précisé qu'il s'agissait de me conduire en voiture ! Elle vient de repartir chercher cette dernière et...j'attends ! J'ai téléphoné à l'association mais je n'ai pu joindre la responsable du service....

     

                          Alors, je pense vraiment que ce manque de conscience professionnelle des uns et des autres, est imputable non pas aux employés, mais à "l'échelon au-dessus" ! Le client ? tout comme le travail jadis, il était roi...On savait que moins on avait de clients, moins l'entreprise était rentable...Facile à comprendre non ? Bon, ces deux faits ne constituaient pas des cas graves...mais c'est énervant ! Je me souviens qu'on disait jadis que les "bons patrons faisaient les bons employés". Et c'est bien vrai !

     

                          Je me prends encore à critiquer l'époque actuelle et je n'aime pas ça du tout...mais il faut bien se rendre à l'évidence, tout ne "tourne pas rond". Il faut que l'exemple vienne de plus haut...Jadis (encore !) les employés, dans la grande majorité des cas, étaient fiers de leur travail. Et pourtant, les patrons (ou les chefs) n'étaient pas tendres avec eux....Mais ces mêmes employés respectaient ceux qui les commandaient, ceux-ci étant presque toujours durs pour eux-mêmes également.

     

                           Nous sommes arrivés à un degré de laxisme qui n'est presque plus supportable ! "Faire ce qu'on veut, quand on veut, comme on veut"...est devenu la règle...Mais après ?

    Google Bookmarks

    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires