•                     Qui pouvaient "mener loin"...

     

                        Pourquoi, mais pourquoi des noms qui ne sont plus employés (à ma connaissance), me reviennent-ils à l'esprit sans crier gare ! Mystère des méandres du cerveau et surtout de la mémoire... Quand je crois me reposer, cerveau et mémoire travaillent et extirpent de mon esprit des mots très connus jadis...

     

                         C'est ainsi que le nom "saute-ruisseau" a sauté le pas et est venu prendre l'air et se rappeler à mes souvenirs ! Le saute-ruisseau ! ce très jeune coursier, encore enfant très souvent, était principalement employé par les notaires, les avoués, les huissiers et autres professions de ce genre. Il était chargé de faire les courses, de porter les plis de l'un à l'autre, d'aller parfois au Tribunal chercher des dossiers...C'est ainsi qu'un jour de 1er avril, mon père avait envoyé le saute-ruisseau de son Etude au Palais de Justice, chercher "la grosse du jugement dernier" ! (la grosse étant la copie intégrale d'un jugement). Comme entre-temps chacun le renvoyait qui chez un avoué, qui chez un avocat...le pauvre était revenu bredouille à la fin de la journée....Plus sérieusement, le saute-ruisseau avait des missions de confiance...Il devait être déluré, rapide, connaître parfaitement sa ville...Et en bonne santé ! il en faisait des kilomètres dans une journée ! Les canivaux d'alors n'étant pas ce qu'ils sont devenus, il devait souvent "sauter" par-dessus pour traverser une rue et ne pas se mouiller ! d'où sans doute son nom....

     

                            Un autre nom de profession m'est revenu également: celui de "petit mousse". Dans les professions du bâtiment, c'était le nom donné au très jeune employé, là aussi souvent à peine un adolescent, qui était chargé d'apporter aux maçons et autres ouvriers, les seaux d'eau, le ciment, la chaux, les matériaux divers...et aussi les "casse-croûte" aux moments de la pause...Je ne sais si ce nom est encore employé ?

     

                            Ces deux professions étaient surtout exercées par des très jeunes (13/15 ans ?). Mais oui, il n'était pas rare de voir des enfants travailler à cet âge...Les gens n'étaient pas riches. Mais qu'on ne s'y trompe pas...même de la première marche de ce "piedestal" on pouvait arriver dans la vie, avec du courage, de la bonne volonté et un certain sens des affaires...Mon grand-père, considéré de son temps comme "un Monsieur" assez connu et apprécié, avait démarré comme saute-ruisseau à...10 ans ! Puis, pas sot, il avait étudié tout en travaillant...Un des amis de mon père, Entrepreneur de Travaux Publics apprécié et très connu aussi jadis, était à 11 ans "petit mousse" sur un chantier....Dur avec lui-même, dur avec les autres, tout comme mon grand-père....Mais la réussite était à ce prix !

     

                              C'était une époque dure bien sûr...Mais ce qui comptait, c'était la valeur et pas le nombre d'années après le bac ! D'ailleurs, le bac n'était pas encore tellement couru ! Le travail manuel était reconnu, de même que le travail "tout court"....Tout change...

    Google Bookmarks

    20 commentaires
  •                     De Février 1934...à février 2012 

     

                        En parcourant ce blog que je tiens depuis plusieurs années, je viens de relire un article que j'écrivais le 2 février 2009...Les années passent, mais il semble que la situation reste inchangée....Allons-y pour un copier/coller de cet article datant de trois ans :

                       

    Lundi 2 février 2009


                                          Crise, scandales, émeutes....

                                          J'étais encore bien jeune pour m'occuper de politique et surtout y comprendre quelque chose. De ce côté, je n'ai pas vraiment changé, seul mon âge l'a fait ! L'enfance a cela de bon que les grands sujets d'actualité lui "passent un peu au-dessus de la tête".....Mais les oreilles fonctionnent bien et même quand on ne veut pas écouter, on entend... Et moi, j'entendais ce qui se disait autour de moi, par mes parents, les adultes voisins ou amis. Tout le monde discutait ferme !

     

                                           Il y avait déjà la crise qui sévissait depuis cette grande crise aux Etats-Unis en 1929, et qui nous arrivait en Europe. Tiens, tiens, on le dit bien : "l'histoire est un éternel recommencement"... Chômage, pointage aux différents bureaux du même nom (je ne sais pas comment ils s'appelaient), ces mots, je les entendais tous les jours dans la rue et à l'école où beaucoup de mes camarades de classe disaient que leur père était au chômage et que chez eux l'argent se faisait rare, très rare même parfois. Les familles touchées et qui ne percevaient que des indemnités dérisoires à cette époque, avaient bien du mal à subvenir à leurs besoins...Le "chômeur" acceptait n'importe quoi comme travail (il ne pouvait refuser plus de deux fois un travail je crois) et était en outre "réquisitionné" pour déblayer les rues par temps de neige ... Et réquisitionné voulait dire qu'il n'y avait qu'à obtempérer...Le salaire ? non mais, on ne peut pas tout avoir ! Enfin passons...tout ça, c'est ce que j'entendais autour de moi. La vie était donc morose et même plus que ça, et en plus, elle était chère....On ne peinait pas à trouver des sujets de conversation, il y avait "la crise"...

     

                                          Nos gouvernants dans tout ça ? Là encore, je me souviens de mon père disant qu'on avait une fois de plus changé de Président du Conseil, que le gouvernement avait démissionné...ça arrivait tous les quatre matins. Je pense que personne n'avait le temps de s'installer ! Mon père ne décolérait pas, je m'en souviens...Tout y passait, "la guerre de 14, les sacrifices, qu'ils s'étaient tous battus pour rien."..Sans rien y comprendre, je me rendais bien compte que quelque chose ne marchait pas droit dans notre pauvre pays....Et pour couronner le tout, on découvrait des scandales financiers, des histoires de pots de vin, des hommes politiques et des financiers qui étaient mêlés à de drôles de petites magouilles...tout ceci nous amenant à l'affaire STAVISKY, le scandale du siècle ! Il s'est "suicidé" celui-là...bon, bon, c'est ce qui a été écrit dans les journaux, officiellement... Mon père ne décolérait toujours pas...ça ne servait à rien certainement, mais ça lui faisait du bien ! Et ce scandale nous a amenés aux émeutes de février 1934... Là, je me souviens avoir eu peur. Nous habitions en banlieue, mais mon père travaillait à PARIS et notre capitale n'était pas de tout repos....Quand il rentrait le soir, il nous donnait les dernières nouvelles : autobus renversés, émeutes dans les rues....Des mouvements divers se créaient, droite, gauche, extrême-droite, extrême-gauche...Pour moi, c'était un ron-ron de mots incompréhensibles, je savais seulement que le danger était là et que j'avais très peur de ne pas revoir mon père, qu'il soit blessé, mort peut-être, pris dans ce monde de violence. Il en passe des idées dans la tête d'un enfant qui ne comprend pas, il fait lui-même son cinéma...Et voilà pourquoi je n'ai jamais oublié ce jour du 6 février 1934.

     

                                            Soixante quatorze ans plus tard...et on reparle de crise, de scandales, de financiers qui s'enrichissent, de gens qui s'appauvrissent...L'Histoire est vraiment un éternel recommencement. Espérons que nous en resterons là..."

     

                         En sommes-nous restés là ? A quelque chose près, peut-être..Le chômage est toujours bien présent, les politiques se tirent les uns sur les autres à boulets rouges par paroles interposées...et quelles paroles ! On s'invective, des noms d'oiseaux volent, des scandales éclatent à tous les degrés...nous voguons dans la boue... Pas d'émeutes, mais... Nous n'avons plus de présidents du conseil posés sur des sièges éjectables et qui ne faisaient "que passer" ! Nous avons un Président de la République élu au suffrage universel, dont la place est bien convoitée...par amour de la France s'entend !....Comme on aimerait y croire ! Et moi, si j'ai pris "quelques années", je n'aime toujours pas la politique...mais je réfléchis....Et la Crise est bien là....

     

                         Peu de changements...

     

                        

     

     

                

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    14 commentaires
  •                     Il suffit de bien s'expliquer !

     

                        Ici il neige...le temps est gris...Quoi de mieux pour le moral qu'une petite histoire racontée par mon père et vraie celle-là ! 

     

                        Sa deuxième femme parlait sans avoir bien écouté la question qu'on lui avait posée...et souvent, la réponse "tombait" un peu n'importe comment...Un jour, elle dit à mon père "Tiens, le fils du patron (qui revenait de voyage de noces), est passé nous voir"...Mon père, grand plaisantin devant l'Eternel, lui dit "Et alors, il vous a raconté sa nuit de noces ?"...Réponse de sa femme : "ah tu sais, il n'a fait qu'entrer et sortir...."  Toutes les suppositions étaient permises !

     

                         Rire de tout et...en faire profiter l'entourage ! vous pensez bien que c'est ce que mon père a fait ...en riant bien sûr !

     

                          Bon dimanche,

     

    Google Bookmarks

    25 commentaires
  •                     Nos dents....

     

                        Nous venons au monde sans dents et le sourire des bébés reste quand même un ravissant sourire....Allez donc sourire bien des années plus tard avec une bouche dont les locataires habituels sont partis ! On vous trouvera absolument affreux, à juste titre !

     

                        C'est ainsi...Et les étapes pour avoir un sourire enjôleur sont parfois un peu rudes ! A quelques mois déjà, le tout petit qui "fait ses dents" pleure de douleur...On s'extasie sur sa première dent, père et mère en sont fiers, mais c'est le petit qui a bien souffert pour leur faire ce plaisir...Les autres dents suivront, avec les mêmes douleurs, et la même joie pour les parents... Puis ces petites appelées dents de lait, ont des idées d'évasion...elles tombent petit à petit, bientôt remplacées par de bonnes dents solides qui devraient durer. Entre les deux dentitions, l'enfant a un sourire....bon, dont je ne dirai rien ! Et souvent, on s'aperçoit que si les dents poussent, elles ont tendance à vouloir le faire selon leur propre volonté, comme un classement mal fait ! Alors, vite, vite...un homme de l'art y remédie en posant un appareil un peu gênant...Mais ne doit-on pas souffrir pour être belle ou beau ? Encore heureux, quand ne s'ajoute pas une carie qui fait très mal et oblige à des soins pas toujours agréables....et là, je suis gentille ! je me souviens de cette roulette dont les dentistes se servaient dans ma jeunesse...Je n'insiste pas !

     

                          Et viennent les inutiles, appelées dents de sagesse ! quel nom pour des dents qui vous font un mal atroce bien souvent, et ne vous servent à rien ! Vous vous croyez enfin délivrés des douleurs dentaires ? Oui mais, vous vieillissez et vos dents aussi...et les problèmes suivent ! Si vous voulez conserver un sourire acceptable (je ne dis plus enjôleur !) et surtout, si vous voulez pouvoir manger autre chose que de la purée, de la viande hachée, de la bouillie....il vous faut bien soigner vos dents et....ça vous coûte très cher ! Entre tous les appareils qu'on vous propose, (mobiles ou fixes) implants, bridges, dents à pivot, couronnes, etc.....vous avez le choix ! Mais dans cette vie, tout à un coût... Ce qu'il vous faut, c'est manger, ne pas souffrir, offrir à votre entourage un visage pas trop "décrépi" avec un sourire avenant ! Comme chacun sait, ça n'a pas de prix ! Et là encore, le dentiste vous accompagne et...vous donne la facture ! que voulez-vous, tout travail mérite salaire ...

     

                            Et je ne parle pas de "la dent qu'on peut avoir contre quelqu'un"...Au fait, d'où vient cette expression ? On l'emploie beaucoup à l'égard de personnes qui vous ont fait du mal...Donc, parler de dents, c'est parler de mal ou douleur ? Simpliste non ?

     

                            Après cet exposé sur les dents, sujet qui m'est venu à l'esprit après une visite chez mon dentiste hier matin, je crois que je devrais aller me reposer et penser à des choses plus drôles...j'ai vraiment trop mal aux dents pour aujourd'hui !

     

                             Mais rassurez-vous, je n'ai de dent contre personne...même pas contre mon dentiste chez lequel j'étais entrée...sans avoir mal !

     


    Google Bookmarks

    12 commentaires
  •                    Aujourd'hui, c'est moi "Squirou" qui raconte !

     

                       Hier, Magitte a reçu un coup de fil de ses amis (ceux chez lesquels je suis né il y a bien longtemps...). Il paraît que c'est tout blanc chez eux, qu'ils ne peuvent pas sortir, mais que tout est bien joli, couvert de neige...Un vrai paysage de carte postale...C'est vrai que le Lubéron est très beau...j'aimais beaucoup aller m'y promener ! 

     

                        IMG-copie-2                         

                           Mais la neige, ce n'est pas courant dans la région...Pourtant, je me souviens d'un matin d'hiver...Comme d'habitude, on m'a fait sortir de la maison, certains actes ne pouvant être faits à l'intérieur quand on est un chien bien élevé.... Mais, je ne comprenais pas ce qui était arrivé, tout le jardin était blanc...Je n'osais pas marcher parce qu'en plus de la nouveauté (je n'étais pas un chien téméraire...!) ce blanc qui couvrait tout était très froid ! je n'avais pas envie d'attraper un rhume par les pattes...c'est bien connu, quand on a froid, les dangers vous guettent...Alors, j'essayais tout doucement de mettre une patte que je secouais bien vite....et Magitte, pour me faire honte sans doute, me racontait que lorsqu'elle était jeune, elle avait un gros chien qui allait se coucher dans la neige tellement il aimait ça ! On dit que tous les goûts sont dans la nature....Bon, je m'y suis habitué et puis, on a sa petite fierté....Mais c'est vrai que c'est drôle ! je me suis beaucoup amusé, à tel point que plusieurs fois Patou m'a emmené jusqu'au Mont Ventoux...Alors là, je faisais "la luge" ! je me laissais glisser et ça amusait les petits-enfants qu'il emmenait aussi...Et je me roulais dans tout ce blanc...c'est ce qu'on appelle "les joies de la neige" !

     

                             Comme j'aimais quand même mon confort, j'appréciais de revenir à la maison et de m'installer sur mon tapis devant la cheminée. Tout le monde n'a pas cette chance. Il parait que des humains sont obligés de coucher dehors par ces temps de neige et de froid...Et qu'ils n'ont presque rien à manger...Même si la neige est bien jolie, elle a de gros inconvénients. Et je trouve qu'il y a trop de malheureux sur terre...Il faudrait bien que les gens heureux et les très riches, pensent un peu aux autres...C'est ça qu'on appelle la solidarité. Il y a comme ça des mots qui existent, mais qui ne servent pas beaucoup....Enfin, je crois que "ma vie de chien" a été plus heureuse que certaines vies d'êtres humains....

     

                               A une autre fois...

    Google Bookmarks

    12 commentaires