•                     Demande de précisions...

     

                        Lorsque mon frère était enfant, il était un peu curieux et "mêle-tout" ! Mes parents le reprenaient souvent parce que, tout en jouant, il écoutait ce qui se disait autour de lui et y mettait son grain de sel...Dans notre ville de banlieue se trouvait un artiste-peintre hyper-nerveux que nous n'aimions pas beaucoup rencontrer car il nous faisait peur ! Il ne semblait pas méchant, mais subitement, alors qu'il était installé à peindre, il faisait des gestes désordonnés et se mettait à invectiver qui ? on ne savait pas....Les enfants en particulier le disaient fou !

     

                         Un jour, mon père qui lisait son journal dit à ma mère "Tiens, il est question de X... Dans une crise, il a tué sa femme"...Mon frère qui jouait à proximité dit à mon père "Ce n'est pas sa femme, c'est sa maîtresse"...Pour un gosse de 7 ans, la réflexion était mal venue et évidemment, mon père a pris un air étonné et dit à mon frère "sa maîtresse d'école" ? Mon pauvre frère, sentant bien qu'il allait avoir des ennuis, répond "je ne sais pas, on ne me l'a pas dit !"Mais à son air, mes parents ont bien vu qu'il plaignait un peu ce pauvre père qui avait l'air si ignorant et qui en plus était fâché que son fils se soit mêlé à la conversation...Mieux valait alors faire l'ignorant à son tour ! Et pourtant, les enfants sont si contents d'en savoir plus que leurs parents, ce qui n'est pas toujours exact !

     

                            De nos jours, ce problème ne se poserait plus...Mais jadis, il y avait des mots tabous...et les parents ne "badinaient" pas sur leur emploi par leurs rejetons censés garder leur innocence le plus longtemps possible !

     

                         

     

                         

    Google Bookmarks

    10 commentaires
  •                      Un souvenir...

     

                         Un peu cuisant ce souvenir qui me rappelle un jour où j'avais été particulièrement mal à l'aise ! Nous étions à table, invités par ma mère qui avait invité également des cousins ! Je venais de raconter (déjà) un souvenir du temps où j'étais "institutrice en famille"... Mon fils aîné, à peine 4 ans, me demande ce que je faisais et je lui réponds que j'étais alors un peu maîtresse d'école, puisque j'apprenais à lire aux enfants qui m'étaient confiés.

     

                          J'avais de très bons souvenirs de cette période puisque j'avais eu la chance d'être dans des familles agréables...et pendant la guerre, c'était appréciable...La discussion continue sur ce métier et tout à coup on entend une petite voix qui demande haut et fort "Dis maman, avant de te marier, est-ce que tu étais la maîtresse de Papa ?...." La question abrupte a fait rire la famille ! Il n'en fallait pas plus pour rendre tout le monde joyeux ! Mais moi, j'étais dans mes "petits souliers" ! Et j'ai bien regretté que, contrairement à l'ancien temps, les enfants aient le droit de parler à table ! Mais ça, c'était il y a 60 ans...cette question semblerait anodine maintenant...pas à l'époque !

     

                          Ce qui confirme que les enfants entendent tout, même s'ils ne comprennent pas tout ! Et malheureusement, ce défaut n'est pas réservé aux enfants...Combien d'adultes répètent ce qu'ils ont cru comprendre...et alors, ils n'ont même pas l'excuse de l'innocence !

     

                           Il pleut chez moi, il ne fait pas chaud. C'est un temps à conjurer par le sourire ! Ce que j'espère avoir fait !                                  

    Google Bookmarks

    10 commentaires
  •                      Saint-Mandrier....quels souvenirs !

                    

                     Quand mes maîtres disaient le matin "il doit faire bon à St Mandrier"....je savais que le départ n'était pas loin ! Pour moi, pas de valise à faire, ma maîtresse préparait ce dont j'avais besoin ! si peu de choses puisque les chiens ne portent pas de vêtements...Mais, je me préparais quand même et j'allais vers la voiture dans le jardin et si le coffre était ouvert...je prenais place ! Je savais que je faisais partie de la promenade...Et pour moi, c'était le rêve ! La mer à ma disposition, les vagues, les rochers...Tout près de l'appartement se trouvait la plage de la Coudoulière...c'était mon "coin" ! J'en prenais des bains, je jouais dans les vagues et je me roulais sur les galets....Le rêve des chiens !

                        

                        Mon maître me lançait des bâtons et je plongeais pour aller les rechercher et les rapporter; il paraît que c'est ce qu'il faut faire ...pourtant ces bâtons ne semblaient pas avoir de la valeur, mais mon maître y tenait, et moi, je voulais lui faire plaisir (en même temps, ça m'amusait...) Et nous en faisions des promenades le long du port...J'ai gardé tant de souvenirs de cette petite ville près de TOULON ....J'aimais beaucoup ROBION aussi, mais il n'y avait pas la mer (seulement le canal...je m'y baignais aussi mais il n'y a pas de vagues...).

     

                         Je vous raconte ces souvenirs heureux aujourd'hui, Magitte ne semble pas avoir trop de courage ni d'idées...alors, je l'aide ! et ça me fait plaisir de venir bavarder cinq minutes de temps en temps sur ce blog....

     

                          A très bientôt !                  

    mes-images-2.jpg

    Google Bookmarks

    10 commentaires
  •                      6 juin 1944....

     

                          Ce matin du 6 juin 1944, c'est ce qu'on pouvait entendre..."ils arrivent"...Les alliés débarquaient sur le sol de France. De très bonne heure la nouvelle s'était répandue. Décrire notre joie est impossible...Depuis le temps que nous étions occupés par les troupes allemandes, nos rêves les plus fous se réalisaient ! Nous allions pouvoir enfin être libérés...Bien sûr, nous nous rendions parfaitement compte que ça n'allait pas être pour ces soldats une partie de plaisir...Mais notre espoir était là et nous avions confiance.

     

                          Combien sont morts sur notre sol pour notre liberté ! Nous ne devons jamais l'oublier. Ils étaient jeunes, pleins de fougue, de courage....Grâce à eux et à la Résistance qui les a aidés, nous sommes restés français et nous avons gardé le droit de vivre....Depuis juin 1940, nous n'étions plus que des hommes et femmes qui "vivotaient", qui se cachaient pour certains, qui vivaient dans la peur..... Alors, ce 6 juin 1944 était là pour nous rappeler notre condition de français frondeurs, râleurs....mais tellement attachés à nos libertés !

     

                          Tout n'a pas été facile, mais la brèche était ouverte et la Libération approchait. Je crois qu'il faut avoir vécu cette période pour mesurer exactement ce que nous pouvions ressentir...un grand "Ouf" de soulagement. Ce jour là est inscrit à l'encre indélébile dans ma mémoire et pour la joie qu'il nous a apportée, je dis un grand merci à tous ces soldats .

    Google Bookmarks

    6 commentaires
  •                          Mais, c'est pour sourire !...

                        

                         Que ne ferait-on pour un sourire en ces temps maussades où il semble que tout va mal ? Une seule solution, lire ou écouter des histoires drôles ! En voici une racontée jadis par mon père....

     

                          Marie est bonne chez le Curé d'un petit village de la "France profonde" comme on dit maintenant ! Un jour, un paroissien offre à Mr le Curé deux belles bécasses qu'il avait tuées à la chasse. Mr le Curé invite alors à déjeuner le maire du pays et prévient Marie de cuisiner les bécasses et de se distinguer...Il y va de sa réputation...Marie s'applique du mieux qu'elle peut et sert son plat bien appétissant. Mais, oh, horreur ! elle a vidé les oiseaux ! Or les amateurs ne les vident pas...ça se mange comme ça ! Monsieur le Curé appelle Marie et lui dit : "Mais Marie, vous avez vidé les bécasses ! il ne fallait pas"...Marie est toute penaude, elle qui croyait recevoir des compliments...

     

                           Peu de temps après, Monseigneur l'Evêque annonce sa visite au Curé ! Alors, là, il s'agit de le recevoir au mieux et de "mettre les petits plats dans les grands". Pas de panique, Marie se sent capable de faire un bon repas. Elle fait cuire un magnifique poulet qu'elle apporte sur la table bien dodu et bien doré...Mais...Quelle est cette odeur qui accompagne ce plat ? Une odeur dans la pièce, fort désagréable. Notre brave Curé commence à découper le poulet et...appelle Marie. Aucun doute n'est possible, l'odeur vient du poulet !Question :"Marie, vous n'avez pas vidé le poulet ?..." - Réponse "Ah non Mr le Curé, j'ai fait comme vous m'avez dit..." ???"Mais Marie, c'était pour les bécasses  ! Un poulet se vide...."

     

                            Marie, excédée, quitte la pièce et dit "Moi je donne mes huit jours...Le service de Mr le Curé devient trop difficile. Une semaine, il aime la

    m...e, et la semaine d'après, il ne l'aime plus ".....

     

                             Pauvre Mr le Curé, non seulement il n'avait pas mangé, mais il n'avait plus de bonne !

     

                            

    Google Bookmarks

    6 commentaires